pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hyun Min Ah

avatar

miser.
never turned around to stop.

Messages : 149
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
ambition : devenir actrice.

MessageSujet: pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.    Dim 3 Mar - 19:54

Les cours se finirent. Quelques heures avec sa mère, qui était en pleins tournage d’un film. Notre jeune femme se remémorait son enfance et son désir d’y être la submergea encore un peu plus. Avec sa mère, cela aurait été aussi simple qu’elle intègre le casting. La proposition lui avait même été suggérée. Seulement, contre toute attente, elle refusa. Le sentiment de n’être pas encore prête, l’assurance que les critiques crient au pistonnage en voyant mère et fille partagée l’affiche et la pensée, qu’il y ait bien plus méritante qu’elle. Min Ah observait ses jeunes actrices, certaines avait son âges, voir moins à vue d’œil. Au final, ne cherchait-elle pas trop d’excuse pour se lancer ? Dans la loge de l’actrice, ses doigts s’entremêlèrent autour des boucles soyeuses de sa mère. Les questions à propos de ce refus ressurgirent. A quand le grand saut ? Bientôt, espérait-elle, mais seule. Sans familles, sans non-plus amis de la famille, sous un autre pseudonymes surement, elle voulait être jugée pour son talent dans la comédie et non, fille de. Cependant, ce dernier détail, elle n’en parla pas avec sa mère. Puis, cette dernière dût repartir travailler après avoir parlé longuement avec Min Ah de ses cours, de sa journée et des castings se déroulant en ville. Et, Mademoiselle Hyun repartit alors seule chez eux.

Sur le chemin, elle regardait le décors, tous ces gens qui se mouvaient vers divers points d’arrivées. Puis, alors qu’elle était encore dans ces songes, le bus s’arrêta au troisième arrêt du parcours et elle crut reconnaître une silhouette bien familière dans la foule. Dans la précipitation, elle ne prit pas le temps d’y regarder un peu plus soigneusement et quitta l’habitacle du transport en communs. Criant son nom, cela ne lui rapporta aucuns succès. Elle dut arriver à son hauteur et lui attraper le bras. L’appelant encore, le jeune homme se retourna et dévisagea Min Ah en cherchant de comprendre. Ce n’était pas lui. Sa main lâcha prise. Son espoir s’évanouit. Elle s’inclina pour s’excuser et fit rapidement demi-tour, sans chercher à en discuter davantage de sa confusion. Au lieu d’attendre une nouvelle fois le bus, elle préféra marcher jusqu’à chez elle. Une manière ainsi de s’éloigner plus rapidement du jeune homme, auprès duquel elle devait être passée pour folle.

Une journée était encore passée. Aucunes nouvelles. Cela allait bien faire une semaine qu’elle était restée sans nouvelle. Et, ce n’était pas faute d’avoir essayé. Elle ne comptait plus les messages envoyés, ceux laissés sur sa boîte vocale. Surement était-il trop occupé avec sa mère et les cours de musique avec ses élèves ? Alors qu’elle remontait la rue, Min Ah restait songeuse. Et, si il lui était arrivé quelque chose. Une nouvelle fois, elle prit son portable et tenta de renouer le contact tant bien que mal. Elle souhaitait juste un signe. Il pouvait même l’envoyer paitre ou se contenter d’un ridicule smiley comme réponse, elle prenait tout. Cette semaine, le cours de violons avait été aussi annulé. Bref, c’était une absence bien trop longue dans sa vie. Comme à chaque fois que cela concernait le jeune homme, notre jeune femme se faisait rapidement du sang d’encre. Imaginant le pire, elle passait du fait qu’il ne désirait pas la voir à celui d'un tragique accident dans son quartier. Se remémorant lorsqu’elle s’agrippait à cette veste ; elle aurait tellement été soulagée, si ça avait été lui. Min Ji.

Une hésitation. Et, au lieu de rejoindre le confort familial, Min Ah se détourna vers un tout autre endroit. Aux grands remèdes, les grands moyens, elle laissa tomber la technologie et préféra le face à face. Au moins, elle saura plus sûre d’avoir des réponses à ses question, d’être rassurée. Elle partit voir Min Ji chez lui. Pourtant, la dernier fois qu’elle y était arrivée, elle n’en était pas sortie très fière. Notre jeune héritière avait rapidement désenchanté. Un aperçu d’une vie moins confortable, d’un milieu moins tendre. La jeune femme se dirigea tout de même encore à l’avant de possibles problèmes. Elle referma sa veste, mit sa capuche sur sa tête et fit en sorte de se fondre dans le décors. Désireuse qu’aucun problème ne lui tombe sur le coin du nez, elle s’immisçait de nouveau dans ce fameux quartier. Au fond, elle restait sereine. Enfin, elle tentait de garder cette lueur de sérénité. Car, à trop penser à un possible mal, il lui tombera irrémédiablement dessus selon elle. Des magasins lui rappelaient la route puis, la façade du bâtiment apparut. Une nouvelle fois hésitante, sa main serra la poignet. Était-ce une bonne chose ? Elle se décida enfin. De tout son cœur, elle essaya de ouvrir la porte, mais elle en oublia qu’il y avait une sécurité et se confronta à un blocage de madame la porte. En effet, il fallait l’accord d’un résident pour y faire intrusion. Et merde.

Au même instant de son infructueuse tentative, une vieille dame fit irruption derrière elle pour pouvoir taper son code et entrer. Ce qui, au passage, manqua de peu à ce qu’elle fasse une crise cardiaque. Devaient-ils tous être si silencieuses et marquer leurs présences qu'à quelques centimètre d’elle ? Qu'importe. Min Ah ne resta pas plus longtemps à observer les noms et laissa la place. Une lueur d’ingéniosité, elle profita du passage de la grand-mère pour rentrer à son tour et prit l’ascenseur jusqu’à l’étage voulu. Arrivée, elle se déplaça doucement mais surement vers la porte de Min Ji. Elle voulait en avoir le cœur net, elle espérait le voir face à elle pour être un tant soit peu rassurée. Son doigt pressa la sonnette. L’attente s'installa. Puis, une seconde fois elle appuya, puis une troisième fois. Personne ne venait l’ouvrir ou tout du moins lui demandait son identité. Rapprochant l’oreille de la porte, elle n’y entendit aucuns bruits trahissant la présence d’une personne y étant. Surement était-il encore en cours ? En fin d’après midi, elle avait surement choisi la mauvais journée et il se trouvait en étude ? Dans tout les cas, elle était là à attendre.. Que faire ? Rebrousser chemin et voir un autre jour ? Puis, quoi d’autre. La prochaine fois, elle n'aura surement pas le coup de pouce d'une petite vieille sortie de nul part ! Donc, c'était décidé. Son dos glissa contre la porte et elle s’assit sur le sol, les genoux contre sa poitrine. Ses bras encerclèrent ses jambes. Elle ne voulait plus se fier au hasard, confondre sa stature avec celle d’un autre ; tant pis si cela prendra des heures, elle était bien décidée à l’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na Min Ji

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 89
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
ambition : Devenir un prof de musique au conservatoire

MessageSujet: Re: pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.    Lun 4 Mar - 22:06

    Ouvrir les yeux. Il fallait qu’il ouvre les yeux. C’était comme si une petite voix qu’il lui répétait ça dans sa tête. Pour une fois que ce n’était pas la voix de son frère… qui le traitait de pur. Non, cette fois-ci, c’était une voix agréable. Presque réconfortante. Il la connaissait… Oh oui, il la connaissait bien ! Autrefois. Mais il n’arrivait pas à la reconnaître. Les souvenirs étaient trop enfoncés dans sa mémoire pour qu’il s’en souvienne facilement. Et le sommeil l’assommait mieux que n’importe quelle drogue en ce moment. La fatigue s’était accumulée, accumulée… jusqu’à ce qu’il s’endorme. Puis, comme une gifle en pleine gueule, ses yeux s’ouvrirent. Merde. Cette voix… c’était celle de sa mère. Avant… avant tout cette horreur qu’est la drogue et l’alcool… avant… quand elle était encore une maman avant d’être une junkie. Cela lui donnait presque envie de pleurer… mais c’est à ce moment-là qu’il réalisa où il se trouvait.

    Au boulot. Ou pour être précis, dans les vestiaires de son boulot. Un café chic de la ville dans lequel il faisait un remplacement depuis maintenant deux semaines. Le patron ne l’aimait pas. Il venait d’ en bas de l’échelle après tout… un quartier qui fait peur. On ne pouvait pas lui faire confiance. On le prenait juste parce qu’il ne demandait pas cher et qu’il n’y avait rien de mieux sous la main pour le moment. Pas parce qu’il avait l’air gentil ou efficace. Encore moins parce qu’il avait besoin de ce boulot.

    Il gémit. Sa tête lui faisait atrocement souffrir. Mais il ne prendrait aucun médicament. Comme d’habitude. Il avait une sainte horreur de tout ce qu’il s’en approchait… Peut-être que c’est car il avait peur. Il ne voulait surtout pas devenir comme sa mère. Drogué. Au point de plus pouvoir se lever, de délirer vingt-quatre heures sur vingt-quatre. De ne pas reconnaître son fils qu’il fait pourtant tout…

    Il leva les yeux. Merde. Son supérieur le regardait, le regard mauvais. Il baissa la tête. Il savait très bien ce qui l’attendait. Ce gars n’attendait qu’une seule erreur de sa part pour le mettre à la porte… et visiblement, dormir sur son lieu de travail… était une erreur. Il serra les dents. Pas besoin de mots, le message était très bien passé. Renvoyé. Il soupira. Même pas la peine de discuter dans de telles conditions. Il était fautif. Il défit son tablier et le plia. Soigneusement. Puis… il entreprit de déboutonner sa chemise. Il savait que l’entreprise ne lui en ferait pas cadeau. Il l’enleva ensuite. Tout doucement cette fois. Il savait bien que juste derrière lui, son… patron le regardait. Il était mal à l’aise de montrer son corps. C’était légitime… il était maigre. Plus qu’il ne devrait l’être. Et les marques sur sa peau… C’est vrai qu’il y a quelques jours, il avait eu des petites retrouvailles avec son jumeau. Pour son plus grand bonheur, évidemment. Son corps s’en souvenait parfaitement.

    Il enfila à une vitesse folle son pull trop grand. Ça, on voyait directement qu’il était à lui. Grand. Sombre… et à milles lieux de la mode d’aujourd’hui. C’est avec ce genre d’habits qu’il arrivait à passer plus ou moins inaperçu dans son propre quartier. Il ramassa ses quelques affaires et se dirigea vers la sortie. Quand il arriva à la hauteur de l’homme, ce dernier lui tendit une enveloppe. L’argent qu’il méritait. Pas un centime de plus. Il pouvait le deviner rien qu’au visage de l’individu. Il sortit de l’immeuble. Il fuit. Direction les enfers. Ça lui aurait presque manqué, dis-donc !

    Il pressa le pas. Il devait se rassurer. Vérifier que sa mère était bien là où elle lui avait promis rester : à l’appartement. Mais une promesse d’une junkie, que vaut-elle ? Pas grand-chose, il était bien placé pour l’avoir compris. Au fond de lui, il savait qu’il avait peu de chance de trouver sa mère sur le canapé. Après tout, elle avait de l’argent aujourd’hui. Elle ne se priverait pas d’aller ajouter sa dose auprès de son fournisseur habituel : son père. Dire qu’elle savait très bien où il se cachait et qu’elle avait toujours refuser de l’avouer à Min Ji… Ce dernier n’arrivait toujours pas à le comprendre. Bon… son père… était peut-être une des seules personnes que Min arrivait à détester de tout son cœur… mais ce n’est pas pour autant qu’il pourrait lui faire mal. Inoffensif petit Ji. Comme dit si bien son frère.

    Bon, demain, il allait rechercher un nouveau « boulot de jour ». Il avait annulé plusieurs de ses cours du soir pour s’occuper de sa mère… qui n’en avait rien à foutre. Elle avait poussé le bouchon trop loin ces derniers temps. Elle était même allé jusqu’à volé le téléphone portable de son fils pour le revendre ! Et elle avait utilisé l’argent pour… des machines à sous. Sur le coup, Min Ji avait été étrangement soulagé. Elle ne s’était pas acheté de la drogue pour une fois ! C’était le signe d’un changement, non ? Non. Juste d’une nouvelle lubie qui lui avait pris tout d’un coup. Croyait-elle que si elle gagnait beaucoup d’argent aux jeux, elle pourrait s’acheter plus de drogue ? Cela ne l’étonnerait même pas.

    Il arriva devant chez lui. La porte d’entrée du bâtiment était brisée à plusieurs reprises. Il fallait être prudent lorsqu’on l’ouvrait pour être sûr de ne pas la casser plus. C’était une œuvre de son frère. Au moins, il se disait qu’il avait de la chance… Même si physiquement, ils se ressemblaient comme deux gouttes d’eau… Tout ce qui les connaissaient ne les confondaient jamais. Ils étaient bien trop différents. Expressions. Démarches. Voix. Intonations.

    Il monta rapidement les escaliers. Il s’était déjà raisonné : il ne trouverait pas sa mère chez eux. Et là, il tomba nez à nez avec… Min Ah. Ses yeux étaient comme des soucoupes. Puis… il éclata. Comme rarement. « Non mais t’es folle ? Pourquoi t’es là ? C’est dangereux ! Tu n’as rien n’a faire dans ce quartier !! Tu ne devrais pas être ici !! Tu as pourtant bien vu la dernière fois, non ?! » Dans sa voix, on pouvait entendre que c’était uniquement de l’inquiétude… et non de la vraie colère. Il lui attrapa rapidement le poignet et ouvrit la porte à clé plus rapidement qu’il ne l’eut jamais fait. Il tira Min Ah derrière lui et referma rapidement la porte. Là, elle était un peu plus en sécurité que devant la porte au moins… Mais elle ne devait pas rester ici… « Min Ah… ce n’est vraiment pas une bonne idée… Tu le sais, non ? » Cette fois, sa voix était plus calme, fatiguée même… suppliante ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyun Min Ah

avatar

miser.
never turned around to stop.

Messages : 149
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
ambition : devenir actrice.

MessageSujet: Re: pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.    Mer 6 Mar - 17:37

Les doigts s’accrochèrent aux coutures du jeans. Les yeux dans le vide, lorsqu’elle ne levait pas en entendant un bruit suspect dans les environs. Les cris d’un bambin, un couple qui se dispute, une femme à la tenue légère qui claqua la porte d’un appartement non-loin d’elle. Cette dernière porta une demi-seconde de son attention sur la carcasse de Min Ah, qui jonchait le sol du paillasson d’en face. Surement, un truc genre ; qu’est-ce qu’elle foutait là ? Devait trotter dans sa tête. Dans tous les cas, avec sa démarche assurée, elle quitta les lieux, oubliant surement dés le prochain étage le visage de la gamine. Cette même gamine, qui n’était vraiment pas rassurée d’être ici et pourtant, elle n’était pas prête de partir. Ce n’était pas son milieu, ce n’était pas une place qu’elle apprit à côtoyer. Nous naissons sous le même ciel, mais tout est question de chance pour avoir la bonne parcelle de cette infinie étendue bleue. Seulement, nous avions le choix par la suite. Soit rester, soit s’en sortir. Qui aurait-elle été en naissant dans l’une de ces familles bruyantes ? Aurait-elle eu autant de courage que Min Ji ? Car oui, elle le trouvait courageux. Depuis la grande découverte, à défaut de se sentir encore minable à l’avoir suivi et entrainé tout ces ennuis, elle s’était retenue d’y ajouter des commentaires. Au fond, cela ne lui aurait rien rapporté. Elle avait ravalé sa petite personne pour s’occuper de lui. Encore maintenant, elle ravalait cette envie de prendre ses cliques et ses claques et foutre le camps. Hors de questions. N’osant bouger même à cet instant, elle ne savait pas combien de temps déjà elle attendait. Recroqueviller. La volonté de bouger ne l’effleura plus. Seuls ses pieds taponnaient de temps en temps le sol pour évacuer les fourmillements naissants.

Il va rentrer, il ne va pas rentrer. Ses suppositions se répétaient dans son esprit encore et encore, en espérant la première. Son visage s’enfouit dans le col de sa veste. Elle vint à poser son attention sur les vaisseaux lumineux émergeant du dessous de la porte d’en face, qui se battaient avec les ombres des habitants. Le couple se disputait encore. Puis, en plein observation de ce spectacle, elle entendit la porte des escaliers s’ouvrir. Dès lors, son attention s’y porta et elle vit Min Ji. Enfin, c’était lui. Pas une personne qui lui ressemblait, pas une illusions mais bel et bien lui. Elle se leva de suite. Les engourdissement dans ses jambes apparurent suite à ce soudain changement de position. Seulement, elle en fit rapidement abstraction ; ce n’était pas son soucis de l’instant. Le principal étant ce qui se déroulait devant ses yeux. Elle se sentait un tant soit peu rassurer. Cependant, sa présence n’assura pas l’autre parti. En effet, Min Ji ne semblait pas apprécier sa visite. Et, c’était compréhensible. Min Ah le savait, elle comprenait sa crainte, elle en avait déjà fait les frais. Pourtant, elle ne paraissait pas en avoir tiré une leçon étant là, à attendre devant son appartement. Cependant, c’était trop dur pour elle d’attendre un signe de vie. Cela avait duré une semaine depuis leur dernière rencontre.. Sept jours, c’était long. Surtout quand on connait le lieu dans lequel il vit. Toutes les possibilités les plus horribles étaient possibles.. Elle se laissa emporter par le poignet. Un peu plus à l’abri dans l’appartement, la jeune femme encaissa l’inquiétude de Min Ji.

« Je le sais. » franchit timidement la barrière de sa bouche. Néanmoins, elle ne put rester calme plus longtemps. Un trop-pleins s’était emmagasiné en elle et la jeune femme ne put s’empêcher d’extérioriser toute son inquiétude de la semaine faite à son sujet ; « Mais tu ne répondais pas à mes messages ! J’ai du t’envoyer une cinquantaine de messages, voir plus pour savoir comment tu allais… Alors oui, oui, je suis folle ! J'étais aussi folle d’inquiétude. Parce que j’ai pu voir ce qui pouvait se passer par ici, parce que je tiens à toi et imaginer qu’il puisse t’arriver quelque chose… »

Son visage se baissa. Tant qu’elle ne s’était pas prononcée à haute voix, l’émotion sommeillait encore. Cela s’étant fait, les larmes montaient. Foutue sensibilité, elles n’avaient pas à sortir à cet instant. Présent face à elle, elle n’avait plus à autant s’inquiéter. Ce n’était pas qu’un simple professeur de musique pour elle. Il était devenu un ami, voir comme un frère sur qui veillait. Cependant, le seul hic à ce tableau était qu’elle n’avait malheureusement pas la bonne carrure pour le protéger.. En contre partie, elle cherchait à être présente pour lui, à l’aider au mieux. « Alors, comme tu ne répondais pas … j’ai voulu venir te voir … je suis désolée. Tu n’avais surement pas le temps ou tout simplement, tu ne souhaitais pas me répondre.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na Min Ji

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 89
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
ambition : Devenir un prof de musique au conservatoire

MessageSujet: Re: pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.    Dim 10 Mar - 21:46

    Il se rendit compte à quel point Min Ah devait s’être inquiété… Et il se retrouva honteux. Il aurait dû lui donner des nouvelles. Il aurait dû trouver un moyen… C’est juste qu’il n’avait pas jugé cela nécessaire. Il ne s’était pas rendu compte à quel point il comptait pour la jeune fille. Il a eut tort. Il pensait que l’affection qu’il lui portait n’était pas réciproque. Il était le seul fautif dans cette affaire au final. C’était de sa faute si elle s’était mise en danger… Elle l’avait fait uniquement pour lui… parce qu’elle s’inquiétait. Qui était-il pour la juger ? Il aurait très certainement fait pareil si les rôles étaient inversés… A la différence près que son quartier à elle n’était pas dangereux comme le sien. Là-bas, il ne risquait pas un coup de couteau dans l’estomac car il avait regardé la mauvaise personne dans les yeux. Oui, c’était comme changer de monde entre leur deux quartier… Alors qu’au final, ils habitaient tous les deux à Gangnam… Il y avait juste un bon et un mauvais côté. Je vous laisse décrété qui est du bon et qui du mauvais.

    En entendant les mots de Min Ah, son cœur se serra. Il se sentait atrocement mal de l’avoir rendu dans un tel état. Il aurait dû empêcher cela… Il faisait un mauvais « frère de cœur ». Alors… pour se faire pardonner… ou au moins apaiser la demoiselle, il s’approcha doucement d’elle et mis ses bras autour de ses épaules. Un câlin. Depuis combien de temps n’avait-il pas fait de câlins ? Une éternité. Cela remontait à une époque douloureuse… Enfin, heureuse, mais douloureuse lorsqu’il s’en souvenait. Son dernier câlin était pour Kwang Sun. Non, il ne fallait pas qu’il y pense. Il resserra son emprise contre Min Ah et lui caressa délicatement les cheveux.

    Puis… il se recula brusquement, se rendant compte d’un coup de ce qu’il faisait. Au final, il ne tentait pas de la rassurer elle… mais lui-même… Ses gestes étaient certainement déplacés. Il n’avait aucun droit de lui faire ça. De l’obliger à ça. « Je suis… je suis désolé… » Il baissa la tête. « Pour tout… » Il se sentait honteux. Mal à l’aise. Il espérait que cela s’efface de sa mémoire, comme de celle de Min Ah. Cela valait certainement mieux pour tout le monde. « Je… n’ai plus de portable. Désolé. Je n’ai pas reçu tes messages. » Ce n’était pas un mensonge. Enfin, pas complètement. Disons un mensonge par omission. Il ne précisait pas que c’était sa mère qui avait pris son téléphone portable pour le revendre au plus offrant. Il n’expliqua pas qu’il n’avait pas assez d’argent pour s’en racheter. Il avait préféré acheter de nouveaux draps pour la chambre de sa mère.

    « Désolé… ce n’était pas un question de temps ou d’envie… Les choses ne se sont tout simplement pas passées comme prévues… » Oui, les choses ne se passent jamais comme prévues de toute façon. Encore moins avec lui. Il lui fit signe de le suivre… Ils ne pouvaient tout de même pas rester là, dans l’entrée ? Cela ne se faisait pas. Il avait beau avoir grandit dans un quartier pas très… enviable, il avait tout de même les bases de la politesse. Et il y tenait. Il conduit son invitée surprise jusqu’au tout petit salon de l’appartement. Il se mordit volontairement la langue en réalisant subitement l’état de ce dernier… Sa mère n’avait apparemment pas considéré qu’il serait sympa qu’elle range son bordel. Pour changer. Elle avait mis un chaos inimaginable. Honteux de montrer la pièce sous un tel aspect à son amie, il entreprit de ranger en quatrième vitesse. Il attrapa les couvertures, les plia rapidement puis les déposa dans un coin. Il réarrangea les coussins. Il prit les verres et les assiettes sur la table et courut le plus rapidement vers la cuisine pour les déposer avant de revenir. Il n’était pas… du genre maniaque. Pas plus que n’importe qui, à ce qu’il savait en tout cas… Mais la dernière fois qu’elle s’était retrouvé là, les conditions n’étaient pas favorables. Il voulait au moins faire un peu mieux. Même si s’était juste un tout petit peu…

    « Assieds-toi seulement… » Oh, c’était loin du grand confort, il en avait bien conscience. Mais il avait au moins un canapé tout ce qu’il y avait de respectable. Sa mère n’avait pas encore eu le temps de le dégrader. Autant en profiter, non ? « Tu veux boire quelque chose ? Enfin… il n’y a pas beaucoup de choix… J’ai de l’eau, du lait… du thé… euh… et c’est tout, je crois… » Il oubliait volontairement dénoncer l’alcool. Pourtant, il savait bien qu’il y en avait dans la maison. C’était quand sa mère n’arrivait pas à avoir sa dose, elle l’utilisait en attendant. En attendant que son cher fils lui fournisse de quoi payer la drogue. Elle en planquait partout. Min Ji avait depuis bien longtemps arrêté de chercher toutes ses cachettes. Cela ne servait à rien. Cela n’était que mettre un pansement sur une jambe de bois. Inutile.

    « Je te promets que… si jamais cela devait se reproduire… je te donnerai des nouvelles. J’irai même jusqu’à chez toi pour déposer une lettre dans la boîte au lettre s’il y avait besoin… tu sais comme je déteste écrire des lettres, non ? » Oui, il était certain d’avoir déjà laissé cela lui échappé lors de l’une de leurs conversations… Depuis tout petit, il détestait les lettres. Il trouvait cela trop tragique. Trop théâtral. Trop dur à revoir après… Oui, car les lettres, c’est toujours le chose que l’on tient dans les mains lorsqu’on regrette quelque chose. Ce sont des traces douloureuses du passé. Dans les films, il ne comptait pas le nombre de scènes avec des personnages, une lettre à la main, et les yeux qui pleurent tous les larmes de leur corps. Il détestait cela. Il préférait lorsque les gens riaient à gorge déployée ou chantaient sous la pluie avec bonheur. Enfin, ce n’était pas comme s’il regardait beaucoup la télévision ses derniers temps. Son temps libre avait la mauvaise habitude de lui filer entre les doigts pendant que sa mère faisait ses conneries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyun Min Ah

avatar

miser.
never turned around to stop.

Messages : 149
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
ambition : devenir actrice.

MessageSujet: Re: pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.    Dim 17 Mar - 14:29

Tu ne souhaitais pas me répondre, resta en suspens dans sa tête. Elle n’espérait pas que ce soit cela. Ce n’était jamais agréable à entendre, encore moins à s’en rendre compte face à l’intéressé. Ce serait s’être illusionnée à donner son amitié, sa confiance à quelqu’un et au final, n’être qu’un ridicule détail pour ce dernier.. Néanmoins, il y avait une part de Min Ah, bien plus grande qu’à se soucier de la réciprocité. Une partie, qui se consolait à le voir, se tenant debout face à elle. Tant pis, si elle était prise pour une idiote, elle trouvait par quoi se consoler ; il paraissait aller bien. Était-ce sa naïveté qui voulait cela ? Qui sait. Son regard encore abaissé, elle contrôlait au mieux ses émotions de l’instant. Puis, sans qu’elle ne vienne à le déceler à l’avance, Min Ji s’approcha plus près d’elle et la prit dans ses bras. Un instant de réconfort, qui n’était pas si courant. L’hésitation prit place. Cependant, au fond d’elle, cela lui faisait du bien. Une vague de réconfort l’enveloppa, elle se sentait peu à peu s’apaiser. Assez bien pour refréner ses larmes, elle en vint même à sourire. Était-ce vraiment elle seule, qui avait besoin de réconfort ? Ses mains se posèrent doucement sur le dos de son ami. Sous ce touché, sous ce pull large qui masquait les choses, elle ressentait un corps bien trop mince..

Le repousser, ce n’était pas dans ses projets actuels. Certes, ce n’était pas non-plus courant entre eux, mais cela ne leur faisait pas de mal. Puis, ressentant surement la gêne de ce geste, Min Ji se retira en s’excusant. Autant pour l’acte que l’anxiété passée de Min Ah, il s’excusa encore et encore. Puis, elle apprit qu’en faite, il n’avait plus son portable et de ce fait, il ne pouvait avoir vu les messages laissés. Une chose qu’elle n’avait pas envisagé.. « Ce n’est pas de ta faute, tu ne pouvais pas savoir.. » ..Qu’elle en était venue à être prise limite comme une harceleuse pour avoir des nouvelles. Non. Il ne pouvait pas le savoir, n’ayant plus son mobile pour s’en rendre compte. Elle n’osait demander qu’est-ce qui c’était passé. Surement un vol, lui vint en tête. Dans un tel quartier, ce n’était pas comme si c’était rarissime.. Par la suite, il la guida jusqu’au salon. Et là, la pièce ne paraissait pas être dans l’état qu'aurait souhaité son hôte. Ou alors si, seulement il n’était pas censé savoir qu’elle allait lui rendre visite. Dans tous les cas, comme à chaque fois, elle ne fit aucune remarque en décelant l’embarras de son ami. Qu’importe l’endroit, l’état de la pièce, le désordre, elle n’était pas là pour l'architecture ou l'aménagement d'une pièce. D’un autre coté, elle était comme rodée par rapport à sa dernière visite. « Tu verrais ma chambre ces dernières temps. C’est un remake d’Hiroshima avec les vêtements et les cours dans tout les sens.. Hm.. Ne t’en fais pas pour le rangement.. » Était-ce trop gauche à aborder les choses comme ça ? Min Ah voulait seulement qu’il ne s’active pas dans tous les sens pour elle et surtout, en y ressentant une quelconque gêne.

Suite à l’invitation à s’assoir, Min Ah obtempéra en posant ses fesses sur le canapé. Un léger sourire plaquait sur ses lèvres, elle ne prête attention qu’à Min Ji. « Oui, je veux bien de l’eau, s’il-te-plait. » A l’intérieur, la température étant bien plus clémente et devenant même étouffante avec ses deux vestes sur le dos, elle retira son manteau et le plaça sur ses jambes. Puis, il vint à lui parler d’un moyen de rester en contact. Eh oui, la technologie. C’était bien beau mais lorsqu’elle nous fait défaut.. Nous nous retrouvons rapidement démunis. Un dialogue épistolaire à notre époque, ce n’était pas si courant. Pas non-plus inexistant. Cependant, Min Ah avait déjà entendu le point de vue de Min Ji à propos de ce genre de procédé. « Ce serait bien, si on avait un élevage de pigeons voyageurs. Ou mieux, comme dans Harry Potter, des hiboux ! Mais bon, avec la chance que nous avons ; soit ils n’auront aucun sens de l’orientation, soit ils ne sauront pas atterrir correctement, voir même les deux.. Mais au moins, personnes ne nous les voleront.. Hm, plus sérieusement. Je ne vais pas t’obliger à faire quelque chose que tu n’aimes pas.. » Après un temps de réflexion, elle farfouilla dans son sac de cours et y sortit son bloc note. Arrachant une page de celui-ci, elle y nota à nouveau son numéros de portable et lui tendit le bout de papier. « De ton fixe, d’une cabine téléphonique ou par je-ne-sais-quoi encore, tu pourras joindre comme ça. Il ne faut pas que tu le perdes, ne ? De mon coté, je ne ferrai attention de ne pas perdre mon portable.. » Elle rigola doucement et posa soigneusement le bout de papier dans la paume de son ami. Elle serra sa main au passage. Toujours présente quoiqu’il arrive, elle désirait tellement le promettre, mais il n’était possible de savoir ce qui nous guette à l’avance.. Et, comme elle ne promettait jamais sans être sûre.

Puis, doucement, elle remonta sa main jusqu’à son poignet. Mangeait-il bien ? Se portait-il bien ? Un regard inquiétant se posait alors sur ses mains, sans vraiment qu’elle puisse le contrôler. « Est-ce que tu manges bien ? Tu vas bien ? » Ses yeux remontèrent jusqu’au visage de Min Ji. Tant bien que mal, elle masquait son inquiétude, faisant passer cela pour des questions de routine. Cependant, il la connaissait assez bien pour savoir le sang d’encre qu’elle se faisait déjà..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na Min Ji

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 89
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
ambition : Devenir un prof de musique au conservatoire

MessageSujet: Re: pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.    Lun 25 Mar - 20:20

Hyun Ah ne semblait pas tellement gênée par l’état de l’appartement… Il aurait été fier d’avoir une telle amie si seulement il s’en serait sentit digne. Là, tout ce qu’il ressentait, c’était de la culpabilité de la faire venir dans de tels lieux. C’est clair qu’il n’était pas à l’aise d’accueillir la demoiselle dans de tels lieux… Elle avait tout chez elle. Elle habitait une belle maison saine et propre. Ce n’était pas son cas. Leur cadre de vie était à milles lieux l’un de l’autre… Il se demandait souvent pourquoi elle était tant attachée à lui. Il devait bien y avoir une raison, non ? Il n’avait ni argent, ni gloire, ni popularité pour lui… alors qu’avait-il à lui offrir ? Il n’avait aucunement l’impression qu’elle attende son amour. Et lui, ne pouvait lui donner que de l’affection d’un frère envers sa sœur… Alors quoi ? Elle était certainement sa plus chère amie en dehors de son milieu.

Il sourit en entendant parlé de la chambre de Hyun Ah. Il se doutait bien qu’elle disait surtout ça pour le mettre à l’aise et il lui en remerciait. Il lui fit un grand sourire. Il courra rapidement chercher un pot d’eau et deux verres tout en écoutant son amie. Ce n’était pas comme si la cuisine était très loin ! A peine quelques pas. On pouvait faire le tour de son appartement en moins de trente secondes… mais il ne s’en plaignait pas. Il n’avait pas besoin de plus après tout. Il y avait la cuisine, la salle de bain, le couloir, la chambre de sa mère, la sienne et le salon. Enfin, cela faisait bien longtemps que sa mère n’avait plus mis les pieds dans sa chambre. Elle n’avait plus l’énergie d’aller jusque là-bas en rentrant de ses « escapades ». Elle squattait le salon et parfois la chambre de son fils, plus petite mais bien plus proche.

« Oh ! J’aime les oiseaux ! Cela pourrait rendre le truc très sympa ! Qui sait, peut-être même que j’apprendrai à bien écrire des lettres ! Et ne t’inquiétes pas, tu vaux largement la peine que je fasse un effort et que j’écrive des lettres ! » dit-il en souriant. Il voulait à tout prix détendre l’atmosphère le plus possible. C’est sûrement car ils se retrouvaient ici que… les choses ne semblaient pas naturelles comme d’habitude. Comme une gêne entre eux… et il n’aimait pas cela.

Quand il prit le papier, il caressa distraitement du doigt l’écriture de Hyun Ah… Bien plus élégante que la sienne. Mais ce n’était pas bien difficile, il n’avait jamais appris à écrire d’une manière délicate, tout ce qui comptait pour lui c’est que ce soit rapide et vite terminé. Il n’y avait que pour écrire ses partitions qu’il était appliqué ! Et encore, cela dépendait des jours. Il préférait avoir son archer dans la main plutôt qu’un crayon. Tout son entourage le savait… « Ne t’inquiéte pas, je ne ferai plus la même erreur ! Je trouverai un moyen, quel qu’il soit, pour te donner des nouvelles ! Promis ! Je ne le perdrai pas… je vais le noter partout dans l’appartement pour ne jamais oublier ! » répondit-il avec un grand sourire sur les lèvres. Il s’assit à côté d’elle sur le canapé et fut surpris lorsqu’elle attrapa son poignet… Il la regarda faire, ne comprenant pas très bien où elle voulait en venir… pendant quelques secondes. Puis cela lui fit tilt. Elle regardait certainement l’épaisseur de son poignet, elle qui s’inquiétait tellement de sa santé… Il avait envie de lui refaire un câlin… mais il n’était pas sûr que cela la rassure vraiment de le voir si bizarre. C’est vrai qu’il était trop réservé pour lui faire des câlins à tout va en général. Peut-être que les choses changeraient avec le temps, qui sait ?

« Comme d’habitude… » lâcha-t-il doucement alors qu’elle le questionnait s’il mangeait bien. Aussitôt dit, aussitôt regretté. Elle n’était pas naïve au point d’ignorer que « d’habitude » n’était pas forcément une bonne chose avec lui. Elle savait beaucoup de choses sur lui, y compris le fait que la nourriture et lui n’était pas des grands amis. « Euh… disons que… comme Kwang Sun me manque… j’ai un peu mis la nourriture de côté… » Il lui avait déjà parlé de son… ex-petit ami. Ah merde, même le fait de rajouter le « ex », lui faisait mal au cœur. Alors vous n’imaginez même pas la tête qu’il fait lorsqu’il le croise lorsqu’il va donner des cours à son petit frère… « J’ai pas avancé avec ça depuis la semaine derrière… et depuis la semaine d’avant et encore celle d’avant… Je crois que je suis un peu désespéré sur ce point… »

Ouais, tourner la page en amour… a toujours été un calvaire pour lui… et il ne savait pas pourquoi mais cette fois-ci était la pire de toute. Non, disons plutôt qu’il n’avait aucune envie de l’oublier. Il l’aimait bien trop et espérait bien reconquérir Sun et se faire pardonner… enfin, peut-être que le pardon était trop demandé… oui, certainement. Mais cela ne changeait rien au fait qu’il crevait d’envie et de besoin de se remettre avec lui. « L’amour ça doit pas être fait pour moi, je m’accroche trop, peut-être… » Il soupira. « Mais et toi ? Que s’est-il passé cette semaine ? » Puis il sursauta violemment « Oh ! Peut-être que tu me cherchais car tu avais besoin de moi pour quelque chose ?! C’est ça ? Désolé de ne pas avoir été joignable alors que tu avais besoin de moi… » Bon, là, peut-être qu’il avait sauté trop vite aux conclusions comme trop souvent. Mais Hyun Ah n’était pas la seule à s’inquiéter, c’était réciproque… Il se devait d’être là lorsqu’elle aurait besoin de lui. C’était la moindre des choses pour un ami… Il n’avait pas les moyens de lui faire des grands cadeaux – ni même des petits, d’ailleurs – tout ce qu’il avait à lui offrir, c’était sa présence et son affection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.    

Revenir en haut Aller en bas
 

pas de nouvelles bonnes nouvelles ; foutaises.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FAQ 5.2 (ou de bonnes nouvelles en perspective)
» solidarité...merci YOI pour les bonnes nouvelles!
» La Liste de Garmore ! Nouvelles cartes, nouvelles recherches ! Venez jeter un oeil !
» Nouvelles box
» Pas de nouvelles....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
black diamonds :: ✖ fly to seoul :: ∞ kangnam :: résidences :: appartement de na min ji-