❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seonwu Jae Bum

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 86
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 25
ambition : devenir kinésithérapeute & fonder une famille.

MessageSujet: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Lun 4 Mar - 1:28

Citation :




















❝ Sexo, drogas y fiesta ❞
« Il faut bien que jeunesse se passe » ▬ Marcel Pagnol ~



Journée de merde, journée de merde, journée de merde.. que dire de plus ? À vrai dire, je pense que ces trois mots résument assez bien la situation. Je venais de passer un samedi après-midi plus que merdique, à me ressasser toutes ces choses. Ces saletés de souvenirs.. Putain, si je pouvais revenir en arrière et tout changer.. ce serait vraiment parfait. Mais je me suis fais une raison, ça n'arrivera jamais.
Alors j'avais décidé de sortir ce soir, histoire de me changer les idées. J'avais sorti l'artillerie lourde, avec les fringues parfaitement adaptées et la toilette irréprochable, comme tous les soirs à peu prêt. Aujourd'hui, la pêche était bonne. Je m'étais trouvé une gonzesse plutôt pas mal, qui avait dans la vingtaine à tout casser. Je l'avais repérée, cette gosse de riche, à se trémousser devant des thons, en leur proposant de l'argent en échange d'un simple baiser. J'vous avouerais que sur le coup j'avais pas vraiment compris la réaction des types. La nana en question était charmante, mais ils l'avaient repoussée. Ils se croient tout permis ces moches.. m'enfin, j'étais parti à sa rescousse, faisant plutôt bel effet devant ses amies en furie. On avait commencé par papoter au coin du bar, tout en rigolant pour des pacotilles, pour finalement se retrouver seuls sur un des canapé bordeaux du club. Elle me racontait ce qu'elle faisait dans la vie; c'est à dire rien. Elle devait se la faire tranquille, sérieux. Mais ici, on ne peut être sûr de ce que l'on nous annonce. Quasi tout le monde ment sur son identité, sur ses études, tout ça... personnellement, à part mon passé, je ne cache rien. Notre conversation s'enchaîna sur nos passions, nos phobies, notre vie. Elle m'avouait des petits secrets intimes -vrais ou pas- et continuait en me faisant quelques compliments sur mon apparence. Bien entendu, je lui rendais toutes ces « gentillesses » pour terminer avec ce baiser qu'elle attendait impatiemment. À cet instant, la jeune femme ébouillantait sur place. Je ne sais pas si mes lèvres avaient un pouvoir magique sur son cerveau, mais je peux vous dire que son comportement changea littéralement. Adieu les paroles, bonjour le tripotage ! Elle n'arrêtait pas de me rouler des pelles en veux tu en voilà et me tira vers la piste de danse. La brunette semblait prendre plaisir à ce que je lui fourgue ma langue dans sa bouche. C'est un peu cru dis comme ça, en effet. Mais ce n'est que la vérité. Ses copines nous regardaient tout en rigolant et ma partenaire faisait bonne mine, comme si par télépathie elle leur lançait « & ouais, il est à moi ». Je souriais, même si je n'étais pas très à l'aise. C'est louche, parce qu'à mon habitude, je suis toujours dans l'ambiance et je prends du « plaisir » à faire ce que je fais. Cependant, là ce n'était pas le cas. La raison ? Ou plutôt, les raisons ? Toujours les mêmes, et encore les mêmes: Anna et cette nouvelle fille. En ce moment, je ne me comprend pas trop. Malgré cette nouvelle rencontre, je continue mes conneries. Je devrais pourtant arrêter hein. Mais peut-être qu'au final j'en ai pris l'habitude et que je suis bel et bien accro au sexe et à la drogue ? Quand je me le dis comme ça dans la tête, ça me fait un peu peur.. C'est dur de s'avouer qu'on devient toxico. J'ai toujours eu tendance à aimer faire la bringue, à boire, à me droguer. Mais en ce moment, j'atteins des sommets.
Je secouais alors ma tête, comme pour me sortir de mes pensées et je lançais à la jeune fille:

« Je te laisse deux minutes, je vais boire un coup et je reviens »

Elle secouait la tête et je l'embrassais à nouveau avant de tourner les talons en direction du bar. À peine arrivé que je commandais une vodka pour ingurgiter deux trois cachetons que j'avais piqué à ma mère, datant de ses dépressions à répétition. Je sortais mon porte feuille et je lançais trois pièces sur le comptoir. Après l'avoir rangé, je m'avançais vers les toilettes pour hommes. Je tirai la porte difficilement et une odeur répugnante envahie mes nasaux. C'est impressionnant ce que ça peut puer dans ces chiottes miteuses. Un homme était de dos, face aux pissotières, en train de pisser tranquillement. Il ne semblait pas saoul vu que sa capacité à viser dans le trou était quasi parfaite. Enfin, je ne le voyais que de derrière, ce n'était qu'une impression. Je trainai alors mes pieds pour me retrouver face aux lavabos. Le reflet de mon visage dans le miroir n'était pas si désastreux que ça, c'était une bonne chose. Je posai mes mains sur mes joues, me foutant deux claques avant de me dire à moi même.

« Putain mais ressaisis toi Jae »

Je tâtais mes poches pour en ressortir le matériel nécessaire à ma consommation. Ce soir, c'était de l'héroïne. D'habitude je prenais des doses plutôt légères mais ce soir, je mettais le paquet, pour être sûr de l'effet. Dépendant ? Le risque était maximal. Après avoir aligné ma poudre blanche sur un papier, je la sniffais à l'aide d'un petit tube introduit dans ma narine droite. Ça piquait, mais ça faisait du bien. Affreusement du bien. C'est ce genre de bien être qui fait mal. Je lâchais un soupir et une main se posa sur mon épaule, dérangeant mes pensées. Je me retournai de manière patraque mais bien décidé à m'énerver:

« Putain mais tu peux pas me foutr.. »

Je m'arrêtai net. J'en restais encore sur le cul. Dae Hyun. Sur tous les mecs qui habitaient Séoul et qui étaient là ce soir, il fallait que ce soit Dae Hyun qui me retrouve en train de me shooter. J'allais me faire engueuler, c'était sûr. Mais notre conversation allait être inutile, encore une fois. Surtout maintenant. Ma raison était en train de partir.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Dae Hyun

avatar

dreamer.
reality is wrong , dreams are for real.

Messages : 124
Date d'inscription : 25/02/2013
ambition : prouver à tous que je vaux de l'or

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Lun 4 Mar - 17:40

Je me suis levé tard, j’ai trainé, j’ai dansé... j’ai essayé de m’entrainer en classique, mais c’est barbant, enfin, au moins je fais le maximum. Mais là, j’ai besoin de sortir, de faire quelque chose et bien sûr j’ai choisi d’aller en boîte. Dans un sens j’ai bien fait... mais j’aurais préféré ne pas voir ça.

La soirée c’était plutôt bien passé, j’ai vu des têtes que je connaissais, d’autres pas, de la drague dans l’air, partout, des boutonneux partout, et bien sûr... il a fallu qu’il soit là accroché à une gosse de riche, tout sourire, mais ça n’allait pas et cette petite pimbêche, elle ne l’a pas capté puisque tout ce qui l’intéresse c’est sortir avec un mec pour en faire rager un autre ou pour frimer, c’est marqué sur son front...

Je me passe une main sur le visage, je ne m’amuse pas, non, pas du tout. Je vais essayer de me détendre, en commençant par soulager ma vessie et je jette un coup d’oeil par-dessus mon épaule en le regardant faire. Je me lave les mains, pas le temps de les essuyer qu’il commence déjà à se droguer et là, je vois noir...
Je pose ma main sur son épaule et la réaction ne se fait pas attendre, il me regarde et il a bien compris qu’il allait vraiment déchanter dans pas longtemps. J’envoie tout son matos en l’air, pour commencer.

« Tu joues à quoi là ?! Tu veux vraiment te détruire ? Tu crois qu’elle aurait aimé ça ? C’est pas la première fois, mais là tu dépasses les bornes, tu vas t’en prendre une méga... je t’assure que je vais te faire regretter... »

Il ne m’écoute pratiquement pas, je crois qu’il à même du mal à suivre avec tout ce qu’il a pris et ça me fait plus de peine qu’autre chose, ça me fout en rogne au point que je le choppe par le col pour le sortir de là. On traverse toute la pièce sous le regard de sa « petite copine qui m’insulte, je dis rien, je ne la regarde même pas, jusqu’au moment ou elle m’agrippe le bras, je la pousse, sans la faire tomber, parce qu’on risquerait de me prendre pour le bouffon de service.

« C’est mon frère, alors TOI tu te mêles de ce qui te regarde, t’as des tas de gros porcs qui voudraient être à sa place, alors fait pas chi*er et va faire tes affaires avec un autre, les petites connes écervelées dans ton genre, c’est pas ce qu’il lui faut, t’as compris ? »

Je souffle un bon coup, je ne l’ai toujours pas lâché et on finit par se retrouver loin de tout ce brouhaha. Je cogne un de mes pieds contre une poubelle et le regarde, il n’est même plus l’ombre de lui-même, c’est effrayant... j’en ai vu, pourtant, des gens désespérés, ceux qui veulent « s’amuser » aussi... mais des comme lui, je crois que c’est les pires.

« Je sais même pas comment on fait pour annuler les effets »

Je me mords la lèvre, ma principale occupation ce soir, c’est de le désintoxiquer. Je soupire, puis je regarde rapidement sur Google à l’aide de mon téléphone. Je cherche une pharmacie du regard et bingo, je me souviens qu’il y en a une, un peu plus loin... je l’attrape par le bras, je sais que je le traite mal, mais il ne mérite que ça vu son comportement. Et donc, j’achète ce « médicament » à effet immédiat, qui réduit qui plus est le manque chez le consommateur... sans remplacer cette foutue drogue. Il coûte la peau des fesses, comme si j’avais les moyens !

Je le force à avaler, je me fiche de savoir si oui ou non, le veut, de toute façon, je vais lui faire les poches dans deux secondes, pour être sur qu’il me jette ces cochonneries. En sortant, je vois les regards sur nous, ou plutôt sur lui, je déteste quand on juge sans connaitre et qu’on se croit mieux que les autres... c’était un type bien, il a juste eu des soucis avec la vie... ça peut arriver à tout le monde.

« C’est bon, t’es redescendu de ton petit nuage ? Alors, elle est comment la vie ? Elle est redevenue moche ? C’est bien, ça te donnera une raison de m’en vouloir maintenant. Mais avant tu vas m’écouter et cette fois t’as intérêt à le faire, parce que je te jure que si je te vois encore consommer, ne serait-ce qu’une goute d’alcool, ou te piquer, ou ingurgiter, sniffer, quoi que ce soit, je t’arrache ce qui te sert de couilles mon vieux... c’est clair ? Je t’émascule, parce que c’est lâche ce que tu fais ! Tu mérites pas ça, t’as intérêt à te ressaisir ! T’as des tas de gens qui t’aiment et toi tu les fais souffrir... »

C’est pas vraiment les paroles les plus réconfortantes au monde, mais d’abord, je veux qu’il comprenne, je veux lui faire peur, même si je sais que ce petit c*n va recommencer, je vais l’étriper... je lui promets des choses, à croire qu’il attend que ça que je lui refasse le portrait... je soupire, puis je marche quelques secondes, alors qu’on était assis sur un banc... je m’arrête et je reviens, debout face à lui.

« Écoute, t’es pas le seul à avoir eu des déceptions comme ça... t’as des gens, ils perdent des membres, t’as des survivants d’une famille entière, le tout, c’est d’avancer, mais toi tu recules, tu veux l’oublier, c’est pas ce qu’il faut faire, je suis vraiment pas un expert, mais je sais que c’est pas bon ce que tu fais... et j’ai franchement pas envie de te ramasser à l’hôpital, d’apprendre que t’as chopé le sida, que tu risques de partir... ça te plairait hein ? Mais ça ne lui aurait pas plus je pense, et d’ailleurs, tu provoquerais toi même le bordel... parce que les gens qui t’aiment réagiraient comment à ton avis ? Comme tu l’as fait, et oui... c’est ce que tu veux ? Les voir toxicos et complètement détruits parce que t’as été lâche ? Même si tu ne m’écoutes pas de toute façon, même s’il faut que je te surveille H24... je vais le faire, c’est ce que tu veux aussi ? Me suivre même pendant mes cours de classique ? Écoute, le tutu... c’est vraiment pas mon truc, et je suppose que c’est pas le tien non plus, mais s’il faut je te forcerais à assister à ce cours... juste parce que je dois te surveiller, comme on surveillerait un gamin de 5 ans... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seonwu Jae Bum

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 86
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 25
ambition : devenir kinésithérapeute & fonder une famille.

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Ven 15 Mar - 22:58

Citation :




















❝ Sexo, drogas y fiesta ❞
« Il faut bien que jeunesse se passe » ▬ Marcel Pagnol ~



Dae Hyun n'était sans doute pas d'humeur blagueuse, comme toujours quand il me fait la morale. Hyung se mit à faire voltiger mon matériel de consommation, avant de me parler de mes actes, de mes conneries. J'entendais ce qu'il disais et je comprenais tout à fait, mais je m'en fichais. Je ne réagissais pas. J'avais la tête baissée, de peur de croiser son regard. Il faut dire que ce mec est vraiment flippant quand il s'énerve. Je fixais donc mes chaussures, le laissant déblatérer seul. Soudain, il me prit par le col de ma chemise, pour me tirer à l'extérieur. Nous passions donc de nouveau dans le club, où était assise ma gonzesse. Elle se leva pour tirer le bras de Dae Hyun, avant qu'il ne la repousse brusquement. Je regardais simplement la scène. Bouche bée. En même temps, je n'avais rien à dire, rien à faire. Je n'allais pas protéger cette fille. Au final, je ne la connaissais pas. Puis mon « grand frère » lui baragouina quelque chose, que je ne compris pas. Le boum boum de la musique raisonnait à l'intérieur de mon corps. Ma tête ne réfléchissais plus très bien, je commençais à me sentir tout bizarre, comme si je m'en allais. Cette sensation m'est assez connue mais à chaque fois, je me sens toute chose.
Quand la conversation des deux fut finie, nous sortîmes pour de bon. Je ne sentais plus mes jambes, alors Dae Hyun me traina tant bien que mal à l'extérieur. Je me posai brusquement contre le mur, regardant dans le vide. Les lignes se déformaient peu à peu, mais la réalité semblait bien plus heureuse qu'à son habitude. Je relevai les yeux en direction de mon hyung, le jeune homme tapant sur une poubelle non loin de là.

« Je sais même pas comment on fait pour annuler les effets »

Je souris, alors que ce n'était sans doute pas le moment. Mon aîné tournait autour de moi, cherchant sans doute une solution à mes problèmes. Ça me faisait un peu chier qu'il se préoccupe de moi. Mais qui aurait cru que je serais tombé sur Dae Hyun ce soir ? Personne. Je mourrais d'envie de lui dire de rentrer chez lui, que j'allai le suivre, juste pour le rassurer. Mais je n'y voyais plus très clair; tout se chamboulait dans ma tête à cet instant précis. Je me frottai alors les yeux longuement, avant que Dae Hyun ne me prenne par le bras, pour me tirer à nouveau, mais vers la pharmacie cette fois ci. Je me laissai faire. Ça n'aurait servit à rien de se débattre, à part l'énerver d'avantage. Le trajet jusqu'au commerce avait sans doute duré quelques secondes, mais mon salle état m'avait fait croire que ça avait duré une éternité. Tandis que Dae Hyun entrait dans la pharmacie de garde, je restais adossé à la devanture, attendant sagement le retour de mon aîné. À quoi pensais-je ? À rien. Absolument à rien ! Je ne me rappelais même plus de ce que je foutais ici.. ou à peine. Je fermai mes yeux petit à petit, me laissant partir. Tout à coup, je sentis deux doigts saisir mon menton, ouvrant ma bouche et me faisant ingurgiter une gélule, que j'avalai à peine engloutie. Je marmonnai quelques mots incompréhensibles, même pour moi.
L'effet du médicament se fit ressentir rapidement, retrouvant peu à peu la raison. Dae Hyun commença alors à m'expliquer deux trois trucs, me faisant le speetch habituel. Cependant, cette fois ci ces paroles étaient crues. Il n'y allait pas par quatre chemins au moins. Mais je dois avouer que c'était difficile d'entendre tout ça.. J'étais au courant de tout ce que pouvaient ressentir les gens que j'aimais, mais que la vérité sorte de la bouche d'un proche, c'était vraiment dur. Nous étions assis sur un banc, j'écoutai attentivement son long discours. Hyung se leva alors durant ses quelques paroles, se positionnant par la suite debout devant moi.

« ... j’ai franchement pas envie de te ramasser à l’hôpital, d’apprendre que t’as chopé le sida, que tu risques de partir... ça te plairait hein ? Mais ça ne lui aurait pas plus je pense, et d’ailleurs, tu provoquerais toi même le bordel... parce que les gens qui t’aiment réagiraient comment à ton avis ? Comme tu l’as fait, et oui... c’est ce que tu veux ? Les voir toxicos et complètement détruits parce que t’as été lâche ? »

C'est toujours bien beau de toute façon, de faire la morale. Toujours. Mais j'ai l'impression que personne ne peut me comprendre, hormis Min Jun. Alors voilà, je vois pas pourquoi on me juge. Je me demande comment il réagirait lui, si il avait vécu ce que j'avais vécu. Je ne veux pas qu'on s'apitoie sur mon sort; hors de question. Mais alors, qu'on me laisse tranquille. De toute façon, même si je venais à mourir, qui s'en soucierait ? La question ne se pose même pas à vrai dire. Il continuait son discours un certain moment et quand il eut fini, je prenais à mon tour la parole:

« Hyung, je sais pertinemment que ce que je fais est mal. Mais tu vois, présentement, je me fous de tout. Je sais aussi que ma réaction est immature et lâche, mais je suis une personne faible; que veux tu ! Tu me dis aussi que je ne suis pas la personne la plus désespérée sur cette planète, mais encore une fois, je joue mon égoïste et moi, je suis mal. Tu vois, y a des gens qui arrivent à remonter la pente, d'autres non. Eh bien moi je fais parti de ceux qui n'y arrivent pas. Et tu sais pourquoi ? Tout simplement parce que je n'ai pas la force, je n'ai plus de motivation.. Te dire que j'arrêterai mes conneries demain serait un mensonge et là, j'ai pas spécialement envie de te dire ce que tu attends. Je suis franc et non, je n'arrêterai pas. Pas pour le moment. Tu pourras m'arracher les couilles comme tu dis, tu pourras même me faire ce que tu veux.. Je m'en fiche. »

Je m'arrêtai, n'ayant plus de souffle. Je repensais alors à sa phrase, faisant allusion à Anna. Les larmes me montaient aux yeux, comme cette fameuse soirée, où ma petite amie était décédée. Encore une fois, je voulais pleurer mais non, il fallait à tout prix que je me contienne. Même si je suis un homme faible, il ne faut pas que je pleure.

« Aussi, même si je suis idiot, je suis aussi au courant que je fous en l'air ma vie. Qui sait si un jour je me reprendrai en main, si je serai de nouveau « dans la normale » et que la drogue et moi ce sera définitivement fini mais.. »

Encore une fois, je reprenais un peu d'air, fermant les yeux pendant quelques secondes, avant de reprendre de plus belle.

« Cette putain de drogue, tu peux pas savoir comment je voudrais l'arrêter. Arrêter de boire, arrêter de jouer à l'enfant. Mais je n'y arrive pas. Non. Je ne pense pas être accro ou du moins, je l'espère, mais c'est la seule chose qui me fait du bien sur cette terre. Mais hyung, même si je comprend tout à fait ta réaction, ne me juge pas. S'il te plait, ne me juge pas. »

Mes dernières paroles, je ne savais pas vraiment si Dae Hyun allait en prendre compte. Il va plutôt droit au but, donc ça m'étonnerait qu'il ne me juge pas, d'une manière ou d'une autre. Après, il me donne son avis en tant que grand frère et veut m'aider à m'en sortir.. Peut-être n'aurais-je pas du dire ça ? Je frottai alors mon nez de droite à gauche avant de me tourner sur le banc, de sorte à ce que mon aîné me voit de dos. J'appuyai mes bras sur le dossier du banc en bois, déposant mon menton dessus.

« Non oublie. Oublie ce que je viens de dire. J'suis trop con. C'est toi qui as raison. »

Le ciel était d'un bleu nuit assez angoissant. Le croissant de lune semblait inexistant et les étoiles n'étaient même pas perceptibles. Ce bleu, ce ciel.. C'était vraiment oppressant !




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Dae Hyun

avatar

dreamer.
reality is wrong , dreams are for real.

Messages : 124
Date d'inscription : 25/02/2013
ambition : prouver à tous que je vaux de l'or

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Sam 16 Mar - 19:21

Voila, il est en train de me dire qu’il arrive pas il est pas fait pour remonter la pente et ça me glace le sang, c’est impossible, il était pas comme ça avant, je sais qu’un évènement comme ça, ça change tout, mais faut pas abuser, non, il a juste une énorme peine, moi aussi, je l’aimais bien... je sais que c’est pas la même relation... mais je peux pas accepter ça, c’est hors de question ce serait la trahir, j’ai toujours veillé sur lui et elle le savait, si je devais faillir à mon devoir, alors là oui j’aurais de quoi être comme lui. Je me passe une main sur le visage, il m’a un peu calmé, en disant la vérité, c’est ce que j’attendais de lui c’est un peu la preuve qu’il n’a pas changé au fond, mais comment je vais me démerder pour le lui faire comprendre ça, hein ?

Je le laisse parler, il voudrait arrêter, je crois que j’ai réussi à faire quelque chose, ou au moins j’y ai contribué, il a envie de ce battre, donc c’est pas totalement terminé cette histoire et je vais bien le lui faire comprendre. Il se tourne dos à moi et il me demande d’oublier, il dit que j’ai raison, qu’il est idiot... ok, je crois que je l’ai vraiment touché... plus que je voulais même, c’est pas mon genre de blesser les autres, mais j’ai pas eu trop le choix, j’ai vraiment paniqué en le voyant comme ça, il fait n’importe quoi et ça m’inquiète... il m’appelle Hyung et ce n’est pas pour rien... je le considère vraiment comme le petit frère que j’ai jamais eu et ça me ferait vraiment mal s’il devait tourner de cette façon... j’aime pas être ferme comme ça avec lui, mais y’a que ça qui marche. Je soupire, je regarde le ciel... je me mords la lèvre, il fait un peu froid, il commence à faire sombre et les lumières éclaires mal... vu l’endroit, c’est normal, y’a beaucoup de problèmes dans ce quartier, ça aussi je suis sur que c’est fait exprès.

« T’es loin d’être c*n, la preuve, en fait t’as envie de sortir de là, mais tu sais pas comment faire, je vais pas te mentir, le remède miracle je l’ai pas, mais puisque tu sais que c’est pas comme ça que tu vas arriver à penser à autre chose, autant essayer autre chose que cette merde... laisse moi t’aider, tu sais que je vais pas te laisser... et je sais pas ce que tu crois, mais je suis là pour toi, je supporte pas de te voir faire n’importe quoi... je peux pas vraiment t’en empêcher, je suis pas un membre de ta famille, mais je suis là... et je le serais toujours, alors t’as intérêt à remonter et vite. »

Rencontrer des filles, c’est loin d’être la solution, vu ce qu’elle lui a fait involontairement... et vu comment il a du se sentir mal avec l’autre bouffonne... celle-là, même pas je vais la calculer, c’est le genre d’attire merde que j’évite en général... parce que je sais que j’ai trop bon fond pour laisser une merdeuse se faire abuser... voilà pourquoi j’évite de venir en soirée. Je m’assois, puis je le regarde, je sais qu’il se sent vraiment mal maintenant et ce que j’ai dit n’arrange vraiment rien.

« Écoute, on va aller boire quelque chose de chaud, ça te fera passer l’alcool que t’as du boire... et tu te sentiras mieux, on va chercher ensemble, okay ? Mais le plus gros doit venir de toi, je sais que t’as envie de te sortir de là, c’est déjà beaucoup, alors continue de t’accrocher à ça, okay ? »

Je ne sais pas s’il va me répondre, mais il va être obligé, je pose une main sur son épaule pour le masser un peu, je déteste quand l’ambiance est tendue comme ça entre nous, logique j’ai envie de dire... mais c’est quand même frustrant de devoir en arriver là, vu qu’il ne comprend pas quand on lui parle gentiment... non, ce mec est têtu, mais je le suis encore plus et ça me fait sourire mine de rien, parce que je sais que j’arriverais à le garder sur le bon chemin, même s’il dévie parfois, il ne s’en éloignera pas trop.

On va vers un café, je vais lui offrir ce qu’il veut du moment qu’il ne se bourre pas, je crois qu’il a eu son compte, on estomac risque de rendre à n’importe quel moment, vu que les effets de la drogue ont été arrêtés subitement... il a du dessaouler aussi, mais trop rapidement, il doit être un peu chamboulé. Bref, rien de mieux qu’un peu de chocolat, parce qu’il y a du lait dedans et que ça calme. Je connais tout ça parce qu’il m’y a forcé un peu, parce que j’ai eu des problèmes moi aussi, pas aussi graves, mais j’en ai eu... et parce que je connais trop de personnes qui en ont, tellement que je me demande comment je fais des fois, pour toujours attirer ces gens-là ou, pour toujours vouloir prêter mains fortes à des cas difficiles, j’ai raté ma vocation, j’aurais du être dans le milieu psychologique ou social, tiens.

« Bois un peu, force-toi, au moins pour ton estomac, ok ? »

Je dis rien d’autre, j’attends je me gratte un peu la nuque, je sais pas quoi faire, je le regarde dans le blanc des yeux, il est triste comme les pierres, ça me fait mal. Il faut qu’on trouve une solution. Peut-être que parler d’elle ça lui permettra d’accepter qu’elle est partie ? Et qu’il a sa vie à construire qu’elle sera fière de lui si elle le regarde de là haut, parce que forcément, pour moi ça existe, peut-être pas le paradis et l’enfer, mais y’a un autre monde ces sur et elle est là à veiller sur lui, j’en suis sur.

« Qu’est-ce que vous faisiez le soir, avant ? Y’a des choses que je pourrais pas faire, certes, mais je pense que c’est bien de se rappeler d’elle quand elle était bien et tout, plutôt que d’essayer d’oublier ou d’avoir les derniers moments en tête, c’est difficile, mais je vais t’y forcer un peu, je suis sur que ça te fera du bien... parce que ça m’a aidé aussi, quand vous me montriez des vidées et tout... c’est tellement mieux de se souvenir de son sourire non ? »

J’essaye de lui en faire un d’ailleurs, j’espère qu’il ne va pas fuir en courant, je vais essayer de faire un peu d’humour, même si le moment est mal choisi, au moins ça nous détendra et puis il comprendra à quel point son Hyung est un babo maladroit... ça, il l’avait déjà compris, je crois, mais bon, au moins j’aurais une excuse pour mon comportement minable et le manque cruel d’expérience que j’ai pour consoler les gens... ça fait longtemps que ça traine et j’ai pété les plombs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seonwu Jae Bum

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 86
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 25
ambition : devenir kinésithérapeute & fonder une famille.

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Dim 17 Mar - 22:22

Citation :




















❝ Sexo, drogas y fiesta ❞
« Il faut bien que jeunesse se passe » ▬ Marcel Pagnol ~



Je fermai mes yeux, respirant lentement l'air de la ville. Le printemps allait arrivé et ça se sentait. Comment ? Je ne sais pas, mais ça se sentait. Un léger silence s'installa quelques secondes, avant que Dae Hyun ne reprenne la parole pour me rassurer. Il me disait qu'il serait toujours là pour moi et qu'il m'aiderait, quoi qu'il advienne. Il sortait des choses vraiment touchantes. Il est rare qu'entre mecs on s'avoue de but en blanc ce que l'on ressent. Surtout dans ce genre de circonstance. J'écoutais sans broncher le discours de mon aîné, la gorge serrée. Ces paroles m'allaient droit au cœur et tout ça me faisait mal. Affreusement mal. Je lui causais du soucis et ça, c'est vraiment nul. Je n'aime pas embêter mon entourage. Alors si en plus je dois attrister Dae Hyun, il faut que je me ressaisisse, et vite. Mais je suis tellement impuissant en ce moment, je n'arrive à rien. Je prenais ma tête entre mes mains avant d'ouvrir la bouche, mais hyung continua de parler, en me proposant d'aller boire un coup. Il posa sa main sur mon épaule, me massant légèrement pour détendre l'atmosphère. Mon cœur se serra d'avantage. Après tout ce qu'il vient de se passer ce soir et surtout la morale de Dae Hyun, je me sentais inquiet comme jamais. En réalité, beaucoup de personnes tiennent à moi, et bien plus que je ne le pensais. J'essaye d'imaginer, ne serait-ce qu'une minute, ce qu'ils doivent ressentir en me voyant comme ça. Ils sont sans doute tristes, mais ils ne peuvent rien y faire. Tout est de ma faute. Entièrement de ma faute. Au lieu de répondre une longue phrase intelligente, je ne sortis qu'un simple:

« Ok. »

à sa proposition. Je ne savais vraiment pas quoi lui dire. Dans ma tête, tout était le fouillis, j'étais perdu. Encore plus qu'à mon habitude. Je me retournai de nouveau pour suivre Dae Hyun, en direction du fameux café. C'était calme là bas et les quelques clients étaient bien différents de ceux que l'on avait pu voir au club. Nous nous assîmes à une table, face à face, en entamant une nouvelle conversation. Mon interlocuteur me disait de boire ou du moins, de me forcer pour mon pauvre estomac. Il devait être dans un bien piteux état le pauvre. Je fixais la table, avalant difficilement ma salive. L'ambiance était toujours aussi tendue et je n'avais pas la moindre idée de quoi lui parler. Finalement, je mis mes mains sur la table et je lâchai doucement:

« Je prendrais bien un chocolat chaud alors.. »

J'en avais oublié les formules de politesses, laissant au placard les « s'il te plait » et compagnie. Mais je pense qu'il ne s'en rendrait pas compte. Il était bien trop préoccupé à vouloir trouver une solution à mes problèmes. Bordel, ce que je peux être con. Je passai la paume d'une de mes mains devant mon visage, avant de tousser nerveusement. Je disposai ensuite mes doigts de manière à les assembler, sur la petite table.
Dae Hyun commença à me parler d'Anna et me demanda ce que l'on faisait le soir, quand elle allait encore bien. En fait, on faisait des choses calmes. Paisibles. On sortait au bord du lac, tout en se chambrant et en passant de bons moments à deux. Il nous arrivait aussi de partir au cinéma ou plus fréquemment nous sortions, avec d'autres amis. Puis cette phrase me perturba. Je me sentais toute chose. En fait, je crois que le trouble s'installa vraiment.

« … c’est tellement mieux de se souvenir de son sourire non ? »

Je relevai brusquement ma tête en direction de mon aîné, le fixant dans les yeux. Je sentais mes mirettes me piquer, devenir rouges. Son sourire. N'allais-je pas l'oublier au fil du temps ? Et sa voix ? Ça me faisait tellement peur.. Au final, pourquoi est-ce que je faisais tout ça ? Essayer d'oublier Anna ? C'était complètement idiot. Parce que je n'en avais pas envie au fond. De l'effacer de ma mémoire. Mes mains devenaient moites, c'était horrible. Heureusement, le regard de Dae Hyun me rassura, me mettant d'avantage à l'aise. Je pus enfin ouvrir la bouche, pour faire part de mes sentiments à mon ami:

« Oui son sourire.. »

Mes lèvres se mirent à s'étirer, de sorte à ce que j'esquisse un petit sourire inquiet. Une larme coula le long de ma joue et machinalement, je l'essuyai rapidement, en espérant que la personne devant moi ne l'ait pas vu. Mais impossible, Dae Hyun me regardait fixement. Il analysait mes moindres faits et gestes. La voix un peu tremblante, je continuai:

« Hyung, j'ai tellement peur d'oublier Anna, ce que l'on a vécu... En fait, je ne sais même pas pourquoi je fais tout ça. Ça n'a aucun sens. Parce que, d'une certaine manière, je veux oublier pour pouvoir avancer. Mais peut-être qu'au contraire, ça me fait stagner dans ma peine ? De toute façon, je n'ai pas envie de l'oublier, ça me ferait trop mal et... »

Je pinçai mes lèvres, pour me forcer à ne pas m'effondrer. J'interpelai alors une serveuse qui passait à côté de nous, pour faire diversion. C'était une jeune fille de vingts ans à peu prêt. En me voyant, elle me fit elle aussi un sourire de compassion. C'était donc ça, mon image. Un pauvre type. Je raclai ma gorge puis j'annonçai:

« Un chocolat chaud et... »

Je pointai de mon index droit Dae Hyun pour lui demander ce qu'il voulait et il commanda à son tour sa boisson désirée. Je me frottai le visage frénétiquement pour me donner du courage et surtout, me remettre les idées en place. Ce soir, j'allais peut-être trouver des solutions à mes problèmes mais aussi, poser des mots sur ce que je ressentais. Tout ça grâce à mon grand frère. Que ferais-je sans lui ? Sérieusement, il est toujours là pour moi, il m'aide quand j'en ai besoin et... J'aimerais devenir un homme comme lui. Humble et droit. Humain et généreux. Pour le moment je suis juste un gamin. Minable et immature. Insouciant et puéril.

« Mais tu sais, elle m'avait dis un truc avant de partir. 'Ne m'oublie pas'. Je ne sais pas comment interpréter ces parole. Depuis ce jour là, je n'arrête pas de me le répéter. Ne pas l'oublier.. Est-ce que tu crois que si je me trouvait une nouvelle copine, elle serait déçue de moi là haut ? Je lui ai pourtant promis que je ne l'oublierai pas. »

Je claquai l'ongle de mon pouce contre celui de mon index. Je fais toujours ça quand je suis nerveux et que quelque chose me tracasse. Je posais des questions à Dae Hyun alors que le pauvre, n'aurait peut-être pas de réponse. Mais j'ai comme l'impression que ce qui sort de sa bouche, est toujours vrai et juste. C'est pour cela que je lui demande son avis.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Dae Hyun

avatar

dreamer.
reality is wrong , dreams are for real.

Messages : 124
Date d'inscription : 25/02/2013
ambition : prouver à tous que je vaux de l'or

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Lun 18 Mar - 0:31

Il est silencieux d’un seul coup, un peu plus calme je pense... puis il doit réaliser que ça me fait mal, j’ai pas l’habitude de dire ça comme ça à un mec, mais bon, je peux pas passer par quatre chemins sur ce sujet, ça peut l’aider alors je fonce. Il est assez mal à l’aise, il demande veut un chocolat, c’est bien, il écoute un peu, mais bon, si seulement il pouvait m’écouter sur autre chose ce serait bien.

Je cherche une solution, il est en train de broyer du noir et j’aime pas du tout ça, du coup je me mets à penser comme si j’étais à sa place... j’essaye au mieux et je me dis que, ce qui me remonterait le moral c’est de penser à elle quand elle était bien, pas dans un lit d’hôpital. J’ai pas eu cette chance, je l’ai connu comme ça moi, du coup je suis beaucoup moins affecté, mais à travers leur amour... ça m’a fait du mal qu’elle le « laisse » comme ça, c’est pas voulu, mais c’est un peu le ressenti qu’il doit avoir de pas être avec elle en ce moment, je pense qu’il cherchait ça. Bref, j’essaye de lui parler d’elle et je le vois un peu pleurer, il se retient...

J’en étais sur, il voulait essayer d’oublier, mais il a peur, parce qu’il lui avait fait la promesse et du coup il sait pas quoi faire, il est totalement perdu. Je me mords la lèvre, j’essaye de pas être trop affecté je reste impuissant face à ça... c’est frustrant, pourtant, cette fois je sais ce que je dois dire, et du coup j’hésite pas, ça me donne l’occasion de lui faire arrêter les conneries, alors autant poursuivre.

« Si tu continues de boire, de te droguer et tout le bordel, c’est sur tu vas oublier, tu sais à quel point ça te détruit le cerveau ça ? Et non, tu l’oublieras pas, c’est quoi qui te fait du mal à ton avis ? C’est parce qu’elle est là, mais toi t’acceptes pas, tu sais pas comment faire..., je t’ai dit, pense à elle quand elle était bien, c’est le mieux à faire, accroche toi aux bons souvenirs, ça sert à rien le reste, okay ? »

J’essaye de lui dire de pas se laisser aller, de pas penser aux derniers moments, c’est ça qui le fait tomber à chaque fois. Il commande un chocolat et je fais pareil, il doit avoir honte il regarde à peine la jeune femme, la pauvre... mais elle a surement l’habitude dans ce coin paumé... d’ailleurs, je vais lui en parler.

« Tiens... t’as vu la serveuse ? Elle t’a souri gentiment... elle doit avoir des tas de problèmes dans ce coin et pourtant elle est toujours serviable et aimable... t’as des tas de gens qui tiennent le coup et y’en a même que tu pourrais te demander comment ils font, tellement ils ont subi... accroche toi à ça aussi, ces gens-là ils sont très fort, ils méritent d’avoir du bonheur, toi aussi tu mérites, faut pas croire, t’as été avec elle jusqu’au bout, tu l’aimes tellement que là, tu fais des conneries... mais tu sais que c’est pas la solution, alors montre lui que tu l’aimes... autrement »

Parce que je considère qu’il lui fait du mal aussi en agissant comme ça, si elle est capable de le voir. D'ailleurs, il me demande s’il a le droit d’aimer quelqu’un d’autre, il a peur de l’oublier et je pense que je comprends ce qui lui a fait mal, c’est de croire qu’il allait la trahir en continuant sa vie. Ça me tue de le voir comme ça, il est jeune, il a tellement mal... il a vécu beaucoup, mais il y a pire comme il y a mieux, il faut pas qu’il l’oublie.

« Je suis pas spécialiste Jae Bum, mais... je suis sûr que tu l’oublieras pas, tu l’as toujours en tête. Et puis, t’as le droit de vivre, elle aurait pas aimé te voir comme ça, tu le sais hein ? Te voir triste comme ça, puis tout seul. Quand une personne en aime une autre... si elle n’est pas aimée en retour, la plus belle des preuves d’amour c’est de la laisser aimer qui elle veut même si nous on est triste, puis quand cette personne voit l’autre sourire, même si elle n’est pas avec de la façon dont elle voudrait... elle sourit quand même, parce que le bonheur de l’autre devient son propre bonheur. C’est différent dans ton cas, parce qu’elle n’est plus là, mais je pense qu’elle serait du même avis, si elle te voit de là haut, si elle pouvait te dire de vivre heureux, elle le ferait, tu sais... »

Je pense que ça devrait lui faire comprendre à quel point il se prend la tête, je sais bien que c’est normal, mais j’aimerais qu’il évite, ça lui fait plus de mal que de bien. C’est ça qu’il a peut-être voulu oublier en fait et pas Anna. Je me mords la lèvre, puis on nous apporte nos chocolats, on a l’air couillon surtout moi, je me brule un peu, mais je dis rien, je me contente de tousser un peu... je suis un gag à moi tout seul... si seulement ça pouvait le faire rire au moins, mais non.

« Allé, détend toi, maintenant que tu sais tout ça, ça va aller, je suis sur, t’as compris ce que ça faisait je crois, tout ça aussi bien à toi qu’à tes proches et c’est l’essentiel, puis tu veux remonter, c’est pas rien. Comme tu dis y’en a qui restent au fond, mais souvent c’est parce qu’ils ont pas le soutient adéquat, toi tu l’as, profite en au lieu de le repousser. De toute façon, même si tu me repousses, je reviendrais à la charge, alors... t’es pas dans la merde »

Je lui souris, je crois que ça, ça pourrait le faire rire un peu, c’est vrai quoi, j’y ai vraiment pensé, je le laisserais pas, même s’il me disait que je suis qu’un abruti, même s’il me disait des choses vraiment désagréables au point que je veuille lui refaire le portrait, j’oublierais jamais comment il était avant, et que c’est pas son état normal.

Je bois un peu de mon chocolat cette fois, ça fait du bien. J’espère qu’il y trouvera autant de réconfort, c’est une bonne boisson, le meilleur remontant qui soit en plus. Ça arrangera pas tous ses problèmes, mais ça l’apaisera un moment, et c’est pas additif ces petites choses-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seonwu Jae Bum

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 86
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 25
ambition : devenir kinésithérapeute & fonder une famille.

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Mar 26 Mar - 22:21

Citation :




















❝ Sexo, drogas y fiesta ❞
« Il faut bien que jeunesse se passe » ▬ Marcel Pagnol ~



Dae Hyun m'expliquait son ressenti sur le sujet. Il me parlait tel un grand frère aurait fait: sincèrement mais tout en me rassurant. Il me sortait mot par mot, ce dont je n'avais jamais réussis à me rendre compte. Il trouvait les bons termes pour résumer ma situation présente. Il fallait à tout prix que je réagisse et au plus vite. Pour mon bien, mais pour celui de mon entourage également. Tout en écoutant mon hyung, je fixais encore et toujours la table. Je n'osais pas le regarder dans les yeux. C'est bête, mais j'avais peur de lire quelque chose à l'intérieur de ceux ci et.. peut-être qu'au fond de lui il me jugeait mais qu'il n'osait pas me le dire. Je ne pense pas que c'était son genre mais qui sait ! Bien que ce soit une très bonne personne, il n'en restait pas moins humain, avec des sentiments et des opinions. Mais en me remémorant le début de soirée, je me disais que c'était impossible. Il m'avait parlé avec des mots si crus que je pense, qu'à ce moment là, il m'avait dit tout ce qu'il ressentait.

Nous en venions maintenant à parler du regard que m'avait lancé la serveuse. Il me disait qu'elle aussi, comme beaucoup de personnes sur terre, avait vécu des choses pas toujours très joyeuses dans sa vie, et pourtant, elle gardait toujours le sourire. Pour soutenir son entourage, garder le moral, et remonter la pente. Plus la conversation avançait, plus je me trouvais pathétique. De réagir comme ça. De foutre en l'air ma vie. Dae Hyun m'avait fait à plusieurs reprises la morales mais je n'avais rien fais. J'avais continué, encore et encore. Alors qu'au fond, à quoi bon ? Si je continuais comme ça, les gens allaient vraiment se demander ce que j'avais dans la tête.. D'autant plus qu'avant, je n'étais pas du tout comme ça. Finalement, mon aîné répondit à ma question précédente, le plus sincèrement possible.

«  … la plus belle des preuves d’amour c’est de la laisser aimer qui elle veut même si nous on est triste »

Je n'écoutais même pas la fin de son discours. Cette phrase m'avait vraiment perturbé. C'est à dire que tout cela répondait à la question que je me posais depuis la mort d'Anna. Je me faisais du soucis et je me rongeais pour rien. Et ça, je n'avais même pas pu m'en rendre compte tout seul. Je ne savais vraiment pas comment réagir. Je me sentais un peu bête parce qu'au final, tout pouvait être si simple. Mais non. Moi je m'étais embourbé dans mes questions et, au lieu de chercher une solution, j'avais préféré jouer la facilité et me défiler. Nul. J'étais juste nul. J'avais gâché deux années de mon existence à me morfondre sur mon sort, à m'enfoncer d'avantage. On se rend compte toujours trop tard de nos erreurs. Et quand c'est le moment, on a que nos beaux yeux pour pleurer. Puis nos chocolats arrivèrent au bon moment. J'en bus une petite gorgée avant de reposer le bol sur la table en bois. Le breuvage descendait le long de mon œsophage, avant de réchauffer mes entrailles, ce qui faisait vraiment du bien. À côté, tous les verres de vodka du monde ne valaient rien. Il faut en réalité profiter des petites choses simples de la vie, et non pas vouloir le bonheur non stop. C'est égoïste et puéril. Je relevai mes yeux en direction de hyung, et celui ci venait tout juste de se brûler le bout des lèvres. Il me semblait que je venais de sourire mais, à vrai dire, je ne sentais même plus les parties de mon corps. Hormis mon ventre.

Après m'avoir dit, Ô combien j'avais de la chance d'avoir des gens pour me soutenir et que, de toute façon, il ne me lâcherait pas, j'osai enfin le regarder, droit dans les yeux. C'était étrange parce que, pour la première fois depuis deux ans, je me sentais mieux. Simplement avec des mots. Alors là, je me devais de remercier mon aîné. Dae Hyun... je n'arrêtais pas de lui causer du soucis mais au fond, peut-être que lui aussi avait quelques problèmes dont il faisait abstraction pour se préoccuper de moi ? Je lui souriais gentiment puis je lâchai:

« Hyung, tout ce que tu viens de me dire, ça me fait bizarre.. Tu vois, ça fait deux ans que je ressasse tout ça et toi, en quelques minutes, t'arrive à trouver des solutions à mes problèmes. Maintenant, je me trouve franchement ridicule.. »

Je baissai à nouveau la tête, croisant mes doigts nerveusement. Il m'avait aussi affirmé que, en pensant aux bons moments passés avec Anna, cela me ferait du bien. Alors pourquoi est-ce qu'en me remémorant nos sorties au cinéma, nos tendres baisers, cela me serrait-il le cœur ? Je ne voulais pas à nouveau l'embêter avec mes questions. Je me gardais tout ça bien au fond de moi, pour en pleurer un peu plus tard. Malheureusement, mes yeux commencèrent à me piquer, rougissant à vue d'œil. Les larmes se mirent à couler sans s'arrêter et dans un rire nerveux, je remerciai Dae Hyun, pour tout ce qu'il avait fait:

« Hyung, je te remercie. Sincèrement, tu m'as ouvert les yeux.. »

Je pinçai ma lèvre inférieure tout en esquivant son regard. Je pris alors mon bol de chocolat chaud entre les mains, avant de le diriger vers ma bouche, pour en avaler le contenu. Je m'arrêtai un instant pour jeter un coup d'œil à mon ainé, qui esquissait un sourire. Il ne me regardait pas forcément, il avait l'air satisfait.. ça me faisait du bien, ça aussi. Le savoir rassuré. Je reposai le tout avant de frotter mes yeux énergiquement. Je raclai ma gorge pour éclaircir ma voix et je dis:

« Ne te fais plus de soucis Hyung. Pour toi, pour mes parents, ma famille, mes proches, mais aussi pour Anna, je vais avancer. Ça ne se fera pas du jour au lendemain mais, putain, je veux m'en sortir. Puis comme tu m'as dis que tu ne me lâcherais pas, et bien moi non plus... … ... Mais assez parlé de moi ! Dis moi ce que tu deviens, hein. Ça me changera un peu les idées. »

La pendule accrochée au mur, indiquait deux heures du matin. Je n'avais pas vu le temps passer. Mais là, je ne voulais pas arrêter ce moment. C'était un peu comme une discussion entre frères, et ça nous faisait un moment de complicité. Comme j'ai eu l'occasion de le dire un peu plus tôt, j'aime ça. Surtout avec Dae Hyun.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Dae Hyun

avatar

dreamer.
reality is wrong , dreams are for real.

Messages : 124
Date d'inscription : 25/02/2013
ambition : prouver à tous que je vaux de l'or

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Mer 27 Mar - 22:42

Il boit son chocolat, comme moi et regarde la serveuse qui doit avoir pas mal de problèmes elle aussi. Finalement, il comprend qu’il n’est pas seul, enfin, après je sais qu’on peut être égoïste quand on est influencé par un évènement comme ça... ici, la mort d’Anna. Je me mords la lèvre, j’aurais réagi comme un idiot moi aussi, et en parfait égoïste, c’est certain, il s’en tire bien parce qu’il n’est pas tout seul, mais ça aurait pu être pire encore... s’il savait. Je suis bien content qu’il soit assez lucide pour écouter encore, parce que j’en ai des choses à dire, pour tenter de le raisonner ! ça a l’air de marcher et je suis ravi. D’ailleurs, j’incline doucement ma tête, il n’a pas à me remercier, il avait juste besoin de parler et j’ai pas vraiment été réceptif jusque-là, parce que je pensais pas qu’il avait été si loin, mine de rien, mais c’est un jeune que j’ai en face de moi... plus jeune que moi du moins, et je sais qu’on est con à cet âge, je suis vraiment pas une exception... j’aurais dû y penser.

« Dis pas ça, t’avais besoin de parler, on aurait du le faire depuis un bout de temps et je m’en veux quand même, j’ai pas vu à quel point t’en avais besoin, je referais jamais l’erreur, quitte à ce que tu m’ais sur le dos autant qu’un psy ! »

Un peu d’humour ne risque pas de le tuer, enfin, j’espère qu’il va me sourire. Il essaie en tous les cas, même si c’est pas trop concluant, du coup je l’encourage en le faisant moi-même, c’est sincère, car il retrouve un peu ce qu’il était avant, quand elle était là avec lui. Mais je le vois pleurer en même temps et je me sens mal, c’est peut-être encore trop frais... de lui dire de penser aux bons moments ? Je me passe une main dans la nuque, je suis mal à l’aise, j’ai fait une boulette, mais j’ai jamais été confronté à ça... c’est effrayant, je voudrais pas provoquer l’inverse quoi !

« Si c’est difficile d’y penser maintenant, je pense que ça viendra après, ne te prend pas la tête, c’était une fille vraiment bien, donc ne t’en veux de rien, tu as été là, elle a eu une très bonne vie à tes côtés, crois moi »

Un petit clin d’oeil le rassurera peut-être ? Mine de rien, je parle pas du reste, je change un peu de sujet, mais le truc c’est de trouver de quoi parler, du coup je cherche, un peu dans mes pensées sans pour autant que ça se voit, car je surveille. J’aurais voulu voir ce que ça aurait dû donner entre eux... je suis sur qu’ils auraient fait des enfants, même peut-être un peu jeune tous les deux, mais bon, ils s’aimaient c’était vraiment beau à voir. Je me mords la lèvre encore avant de croiser son regard. Il a l’air de mieux le supporter et ça me rassure, parce que j’ai jamais voulu l’offenser ou lui laisser entendre que je le jugeais, c’est pas mon genre vu comme je suis, je pouvais certainement pas jeter la première pierre.

Finalement, c’est lui qui parle le premier et il me dit qu’il va avancer et j’ai presque envie de me lever pour le serrer dans mes bras et me mettre à danser ! Mais on va éviter le carnage à presque trois heures... hm ! Je me contente de rire, de bon coeur, et puis de jouer les gêner, parce que vraiment, ça me met mal à l’aise qu’il me demande. Quoi de beau ? Qu’est-ce qu’il y a dans ma tête ? Plein de choses, mais est-ce que ça lui ferait du bien de savoir ? Dans le doute, je vais simplement dire ce qui est, enfin, je dirais pas trop ce qui me tracasse... ou peut-être que si, parce que je dois lui faire confiance comme il a confiance en moi, ce serait mal de ne pas lui renvoyer la pareille, non ? Aish... réfléchir à une heure pareille ! Mais en même temps, j’ai franchement pas envie de dormir, je suis bien trop content qu’il m’ait écouté pour une fois !

« Ah ~ il se passe plein de choses. Tu sais que je suis étudiant en danse maintenant ? Eh bah tu vas rire, je dois avoir des cours de danse classique... pour valider la matière, parce que j’ai sauté une année... et que je devais absolument avoir ces bases pour passer »

Je me gratte la nuque, je suis sur qu’il va imaginer le tutu et ça me tue, justement, parce qu’il aura de quoi rire et que je vais me vexer, j’en suis sur, même si c’est lui je vais le prendre mal. Bref, du coup j’essaye d’éviter ça un maximum.

« Pas de tutu, juste un putain de collant... je pète les plombs, surtout avec le prof qui n’est autre qu’un élève d’une école prestigieuse qui est venue ici on sait pas pourquoi. Lui... il est vachement exigent et il me fait des réflexions tellement douteuses qu’un jour, je vais me foutre à walpé dans la pièce pour qu’il s’arrête ! »

Je m’emporte, merde, Dae Hyun tais-toi ! Tu vas te faire griller sinon ! Enfin, c’est pas trop grave, j’ai des fois envie de le taper ce prof, mais il est quand même doué et il a de bons conseils, même si ses remarques sur mon paquet sont désagréables... il croit que ça s’apprend facilement à cacher ça ? Lui... je suis sur qu’il a pas grand-chose à cacher... bref... ne pas penser à ça, ça craint !

« Aish, pardon, ce prof m’énerve, il est bon, mais il est casse-pieds en fait. Je pense que je vais devoir lui demander de m’expliquer c’est quoi son problème, au lieu de me foutre à walpé... nan ? »

Petit sourire, c’est sur c’est préférable. Mais j’aime pas parler de moi, il n’y a que la danse qui me motive, concernant les filles, les garçons, toujours pas de nouvelles j’ai bien trop peur de tenter ma chance... je sais pas ce qu’il me faut, Jae Bum ne le sait pas et c’est sans doute le plus gros problème de mon existence, la cause de mon indifférence souvent, en soirée... vu que j’ai vraiment aucune expérience... Mah ! Impossible, je lui dirais pas ça, trop la honte, il a plus d’expérience que moi ! Mon Dongsaeng pourrait me donner des conseils, c’est chaud !

« Hm... sinon, y’a pas grand-chose, ça va, y’a quelques profs qui s’acharnent, je sors de temps en temps, mais des sorties comme celles là, j’en manque quand même, on devrait faire ça plus souvent, qu’est-ce que t’en penses ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seonwu Jae Bum

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 86
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 25
ambition : devenir kinésithérapeute & fonder une famille.

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Jeu 28 Mar - 23:05

Citation :




















❝ Sexo, drogas y fiesta ❞
« Il faut bien que jeunesse se passe » ▬ Marcel Pagnol ~



Il me comprenait, il me rassurait. Au fond, je crois bien que je n'aurais pas pu en parler à quelqu'un d'autre. Même à Im Chul, avec qui je suis pourtant très proche. Dae Hyun est sans doute un de mes seul ami à connaître celui que je suis, minuit passé. Tout mon entourage doit bien se douter de quelque chose, mais hyung connait quasi tout. Mes problèmes avec l'alcool, la drogue, et les filles. Il me sortait qu'il s'en voulait, qu'il regrettait, alors ça me faisait un peu mal. Il avait toujours été là pour moi, et ça depuis le jour de notre rencontre. Il n'avait jamais fais un pas de travers, même si parfois il était un peu maladroit. Mais c'est humain après tout. Et à côté de moi, c'était vraiment rien. Moi j'avais fais pleins de conneries, et Dae Hyun s'inquiétait énormément pour moi. Alors là, c'était moi qui m'en voulait. Je m'en mordais les doigts ; plein de remords. Si je pouvais remonter dans le passé, et recommencer de zéro, je sauterais sur l'occasion. Parce que maintenant que mon entourage en souffre, je me rend compte que j'ai été puéril et inconscient. Ok, j'étais jeune, mais ça n'excusait pas tout. Donc je voulais changer à tout prix, avant que « l'ancien » Jae Bum ne me quitte vraiment. Car, à force de vivre comme je le faisais, je prendrais par la suite de mauvaises habitudes et je ne pourrais plus faire machine arrière. Mon avenir se jouait dès à présent... Cette phrase fait toujours un peu peur en y pensant. C'est bizarre de dire ça comme ça, mais c'était la vérité.

« … quitte à ce que tu m’ais sur le dos autant qu’un psy ! »

Je rigolais légèrement à travers un souffle, tout en souriant bêtement. En effet, Dae Hyun ferait un excellent psy. Mais ami suffit amplement. Je me verrais mal raconter toutes mes mésaventures à un étranger. Même si je trouve ça un peu spécial de se faire suivre, j'essaye de me mettre à la place de ces pauvres gens qui sont peut-être comme moi, ou qui ont des problèmes encore plus graves et qui n'ont personne dans leur entourage pour les soutenir. Donc je comprend tout à fait leur démarche. À un moment donné, il faut pouvoir se confier, décompresser et se faire rassurer. Après, tout dépend de la personnalisé de chacun mais voilà, je pense que trouver du réconfort, même chez un étranger, ça fait du bien. Je continuais de pleurer, même si dans ma tête, j'allais mieux. Tout était clair à présent ; ou presque. Mais ce n'était qu'en surface. Sinon, pourquoi pleurer encore et encore ? Je me frottai à nouveau mes yeux tout rouges, avant de regarder Dae Hyun penser, respirer, boire... Le voir en face de moi me mettait du baume au cœur pour avancer. Cependant, je me demandais à quoi il pouvait bien penser. Parfois, je rêverais d'être dans la tête des personnes, ne serais-ce qu'une seconde. Connaître leurs sentiments, tout... Parce que je ne suis pas une personne rassurante. Je veux dire que j'aimerais bien, mais j'ai l'impression de ne pas trouver les bons mots. C'est pour ça que parfois, je fais vite. J'ai peur de faire des gourdes sinon.

Ne pas se prendre la tête disait-il. Toujours facile à dire mais à faire.. un peu moins. Même si je me convainc que la cause pour laquelle je me tracasse n'en vaut pas la peine, je stresse. C'est comme ça. Je suis une énigme de la nature ; un être humain à part entière et un peu trop capricieux. Dae Hyun se mit à rigoler de bon cœur, signe me semble-t-il de son contentement. Mes yeux ne me piquaient plus et aucune larme ne roulait sur mes joues. Je pouvais à présent sourire sans difficulté. Je me sentais bien. Ça faisait longtemps que je n'avais pas ressentis ça. Je poussai un soupir de satisfaction, et hyung m'expliqua ce qui se passait en gros, dans sa vie. Apparemment, il prenait des cours de danse classique, et ça ne lui plaisait pas des masses. Il me disait que sa tenue n'avait rien avoir avec celle des filles, et qu'il était obligé de porter un collant. En tant que mec, je peux comprendre que ça doit être un peu.. gênant. On est tellement habitués à porter des jeans, des joggs ; mais alors des collants, ça ne doit pas être super confortable.

« Des collants ? Carrément ! Ça doit être un peu chiant non ? Quoi que, comme c'est prêt du corps, ça doit être facile pour les mouvements. »

Je n'y connaissais rien à la danse. Mais quand je dis rien, c'est rien. Juste bouger mon corps sur une musique, comme ça, en boîte, je savais faire. Mais dès qu'on parle de chorégraphie, plus personne. Nada. Niet.

«  Aish, pardon, ce prof m’énerve, il est bon, mais il est casse-pieds en fait. Je pense que je vais devoir lui demander de m’expliquer c’est quoi son problème, au lieu de me foutre à walpé... nan ? »

« Si tu veux mon avis, en tant qu'étudiant, mieux vaut ne rien faire. Si tu commences à t'en prendre à lui, il fera tout son possible pour que ça te retombe dessus. J'imagine que ça ne doit pas être facile tous les jours, d'autant plus si la danse classique ne te plait pas. Mais dis toi qu'après ça, tu ne pourras qu'en sortir gagnant. Alors certes, faut faire quelques compromis mais au final, tu seras fier de toi. Et moi aussi hyung. »

Je souriais, avant de finir mon bol de chocolat chaud. Ça m'avait fait un plus grand bien et je me sentais maintenant tranquille et apaisé. Ce n'était pas encore le bien-être absolu, hein ; mais c'était un bon début. Puis parler de Dae Hyun me faisait du bien aussi. Pour une fois que je ne monopolisais pas la conversation, ça m'allait. Puis j'en apprenais un peu plus sur mon aîné. Il m'avouait ensuite qu'il sortait de temps en temps, mais qu'il manquait affreusement de ce genre de ballade nocturne.

« Oui, t'as raison. Au moins on est sûr de passer une bonne soirée quand on est ensemble.. on a toujours un truc à faire ou à se dire ! »

Je rigolais gaiement à présent.. C'est fou ce que je pouvais passer du rire aux pleurs ! Incompréhensible. Je suis un type totalement incompréhensible. La serveuse revint à cet instant, nous apportant la note, qu'elle disposa sur la table. Elle repartie, nous laissant seuls à nouveau. Un peu curieux, je me lançai sur un sujet complètement différent. Après tout, il connaissait toutes mes histoires alors, pourquoi pas moi ?

« Et sinon côté cœur, ça se passe bien ? »

Je fouinais dans mes poches avant d'en ressortir mon porte feuille. Je saisis les pièces nécessaires au paiement de nos consommations et je rangeais le porte monnaie. Rien à faire, je voulais inviter Dae Hyun. Je lui devais au moins ça.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Dae Hyun

avatar

dreamer.
reality is wrong , dreams are for real.

Messages : 124
Date d'inscription : 25/02/2013
ambition : prouver à tous que je vaux de l'or

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Sam 30 Mar - 0:55

Il a l’air un peu mal, mais jamais autant que tout à l’heure, heureusement, et du coup j’évite de dire autre chose concernant ma culpabilité, je vais garder ça pour moi et tâcher de faire le meilleur, vu qu’on ne peut pas revenir sur les choses passées, du moins on peut pas le changer. Je me mords la lèvre, j’ai fait une blague sur les psys, enfin, j’en suis pas un et je suis bien content, mais ça le fait sourire, je suppose qu’il est ravi de devoir éviter. Je sais que beaucoup aurait pensé à ce qu’il consulte, de ses proches je veux dire, mais je savais qu’il le prendrait pour un c*n... ce gamin est plus intelligent qu’il en a l’air, et même quand il est amorphe il a de la réparti et autant de neurones qu’à l’ordinaire, enfin, disons qu’il serait capable de les faire fonctionner, par auto défense de ses petits secrets je suis sur.

On change de sujet, y’a un énorme blanc entre, je réfléchissais et lui il pleurait, mais je pouvais rien faire, je me contentais juste de lui sourire, d’être là, quoi, car je lui ai promis, et puis je pense qu’il a rien à dire, il vide seulement sa tête sans le savoir, il a enfin eu un peu de soutiens et il sait ce qu’il doit faire et il doit se sentir mieux, mais il doit pas trop savoir que c’est ça ? Enfin, je suppose qu’inconsciemment oui, puisqu’il rit à ce que je dis et c’est tant mieux.

Je lui parle de mon prof et de mes collants et ça l’emballe pas tellement, mais il essaye de donner des conseils, même s’il ne connait pas. Il a un regard assez posé sur les choses, je lui fais confiance pour ça. Et qu’est-ce que je disais ? Je n’aurais pas pu avoir meilleur conseil ! Et il est plus jeune, pour dire à quel point j’admire ça, ça, c’est vraiment lui et ça me fait plaisir.

« Aish, on va dire que c’est vraiment gênant, chiant à mettre et que ça fait vraiment bizarre sur moi, je suis pas spécialement taillé comme une brindille, du coup, j’ai l’impression que le collant va exploser à chaque fois, alors que non »

Je bois un peu, j’ai presque fini, c’est dommage, mais tant pis, on a toute la nuit pour parler encore quitte à reprendre un chocolat ou que je l’invite à dormir chez moi, non, en fait c’est certain, j’habite un peu plus loin, certes, mais on s’en fout, il dort pas seul ce soir.

« Pour le prof, tu vois... on s’en fiche de ce prof, c’est un élève hyper doué à la base, qui fait cours à ceux qui doivent rattraper, je fais tous les efforts possibles, ne t’inquiète pas pour ça, je pense que je finirais par apprécier quand je serais assez bon et que je serais habitué à la paire de collants. Mais tu vois... tu es de très bon conseil, et ça, ça, c’est vraiment le Jae Bum que je connais »

Après ça je lui dis qu’on devrait passer des soirées comme ça plus souvent et il me dit que oui, c’est vrai que les sujets s’épuisent rarement avec lui, et ça a toujours été comme ça, on s’entend sur presque tout, je dis bien presque parce que monsieur a eu le goût pour autre chose en ce moment, mais bon, ça arrive et je suis pas à l’abri moi non plus, d’y faillir un jour. Je me mords la lèvre, j’ai failli recracher ma dernière gorgée en fait, parce qu’il me pose LA question, celle à laquelle je sais jamais répondre. Bref, comment je vais me démerder ? Je vais devoir être honnête, mais en même temps... je peux pas tout lui dire non plus, pour qui il me prendrait ? Ma crédibilité en prendrait un coup justement...

« Ah... on va dire que c’est assez compliqué... y’a personne pour l’instant, mais je sais pas vraiment ce dont j’ai besoin »

Je ne retourne pas la question, il lui faudra du temps pour répondre à celle-là, j’ai pas besoin de la poser pour comprendre qu’elle est toujours là, qu’elle prend une place très importante dans son coeur et que ça l’obsède qu’elle soit plus là... au point qu’il soit un peu aveuglé et ne puisse pas percevoir une autre perle, je suis sur qu’il en trouvera, mais il faut qu’il la voie... sinon ça ne lui servira jamais de leçon cette petite soirée. Enfin, je serais toujours là pour veiller de toute façon, il a pas intérêt à gaffer, même si je lui fais confiance, on sait jamais. Cette fois, c’est une bonne raclée qu’il se prendrait, je pense !

« Et toi, les études alors, t’en es où ? Hm ? »

J’espère qu’il a pas arrêté, avec ce qu’il prenait, peut-être qu’il va devoir s’y remettre à fond, mais au moins savoir que je serais là pour l’épauler et lui donner du courage, ça devrait le remotiver, il ne devrait pas avoir peur, il a des capacités et je suis même sur qu’il pourrait rattraper... enfin, presque ! Je souris, puis je tourne la cuillère et je vois qu’il commence à sortir son porte-feuille. J’arque un sourcil, je sors le mien, il a payé, trop tard, du coup je donne un pourboire. Je grimace, j’aime pas ça, c’est moi l’ainé, j’aurais dû le faire. Puis je soupire.

« La prochaine fois, c’est moi qui paye, d’accord ? »

Je m’étire un peu, m’affale presque sur la banquette, puis je le regarde un instant. Il a l’air de se sentir mieux, mais pour combien de temps ? Je sais pas s’il est déjà accro à ce qu’il a pris... il avait du matos et l’air de savoir s’y prendre, c’est vraiment pas bon signe... mais je l’aiderais. Je vais devoir me renseigner et ça va pas du tout lui plaire ça... car ça touche aussi bien sa vie sexuelle que ce qu’il prend... bref.

« Ce soir, je veux rien savoir au fait, tu viens chez moi, on est trop mort pour aller autre part de toute façon et je veux pas risquer que tu tombes sur des tarés, vu le quartier. Même si on est en pleine nuit, c’est le plus dangereux justement »

Et comme je dis ça, qui je vois arriver ? La petite écervelée dont le maquillage coule. Elle nous a vus, elle était surprise, au moins elle cherchait pas les embrouilles, mais deux minutes après, elle vient faire sa miss en levant la tête bien haute et en disant des mots assez durs à Jae Bum comme à moi. Ma réaction ? Souffler.

« C’est beau tout ça, mais c’est jamais ta faute hein ? T’as personne d’autre à aller emmerder à une heure pareille ? Tu vois pas qu’on s’en tamponne de toi ? Dégage, va jouer avec tes copines et rouler des pelles à ceux qui veulent, mais tu nous laisses tranquille »

Elle s’en va, elle est énervée, mais... je vois tout de suite un gros bras s’avancer... ne me dites pas qu’il la défend ? Le béguin ? Un cousin, un frère ? Bref, j’ai pas envie que ça parte en live surtout à l’intérieur. Du coup je me passe une main sur le visage, et je le regarde, il sort, il m’attend, je crois, je vais surement me prendre une bonne dérouillée, mais il va ressortir pire que moi.

« Bon, tu attends ici, je reviens, tu t’inquiètes pas, je pense que ça devait arriver de toute façon, j’ai jamais eu une seule soirée sans avoir un gros abruti qui veut se fighter. »

J’essaye de le rassurer, de toute façon c’est la vérité, mais bon, on sait jamais, je suis sur qu’il est capable de sortir pour vouloir me défendre, ou je sais pas, de s’en vouloir et de prendre la fuite, et la je crois que je défoncerais encore plus la gueule du poids lourd, pas si lourd que ça.

Je sors, puis je m’en prends une direct. Il est pas loyal, génial ! Du coup, je réplique comme je peux, et forcément, j’envoie ou ça fait mal, vu qu’il a pas été réglo, je fais pareil, je vise les cotes, puis la tête, puis... le trois pièces. Mais avant d’en arriver là, je m’en suis pris, j’ai été assez assommé je pense. Bref, pas trop grave. Je rentre, j’ai mal à l’arcade et un peu à la lèvre, je voudrais lui cracher dessus à cette petite idiote, mais c’est pas elle qui nettoie après, je me contente de poser mes mains à plat juste en face d’elle et de sa petite troupe de merdeuses effrayées.

« Écoute moi bien toi... c’est quoi que tu comprends pas dans « lâche l’affaire ? » t’es tombée amoureuse ? Tu me prends pour un idiot ? T’es tombé sur le mauvais gars... maintenant, tu vas boire tranquillement, et t’as pas intérêt à nous suivre, parce que cette fois je trouve tes géniteurs et je leur dis ce que t’as fait... ou tu préfères que je les défonce eux aussi ? Ça dépendra de s’ils sont aussi cons que toi. Tu veux pas ça, hein ? Ça peut aller loin, pour quoi au final ? Pour un gars rencontré dans une soirée, que tu ne mérites pas d’ailleurs... donc, reste à ta place petite »

Et je retourne voir Jae Bum qui a surement entendu. Elle doit surement penser à plein de choses et c’est tant mieux, j’espère qu’elle a bien compris ses erreurs. C’est pas mon problème cette fille, je vais pas jouer les bons gars avec des gens comme ça, que je connais pas et qui pourraient me prendre pour une bille, la preuve, deux fois ça lui à pas suffit.

« Bref..., je pense qu’on peut rester si ça te chante, elle nous emmerdera plus... ou bien, on sort un peu pour parler encore, puis on rentre chez moi. À toi de voir si tu te sens de te dégourdir les pattes maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seonwu Jae Bum

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 86
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 25
ambition : devenir kinésithérapeute & fonder une famille.

MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   Mar 2 Avr - 21:22

Citation :




















❝ Sexo, drogas y fiesta ❞
« Il faut bien que jeunesse se passe » ▬ Marcel Pagnol ~



Ça ne semblait pas simple pour lui non plus. On avait des problèmes complètement différents mais autant l'un que l'autre, ça en valait la peine. J'veux dire, aucune préoccupation n'est à prendre à la légère ; tous, autant que nous sommes sur Terre. Cette saleté de collant semblait embêter Dae Hyun. Je n'aurais jamais cru que cette « chose » puisse être cause de tant d'ennuis. Enfin, il devait y avoir autre chose aussi. Ce qui est étrange avec hyung, c'est qu'il n'est pas du tout pareil que moi. D'une manière ou d'une autre, je montre ce que je ressens. Je pleure, je cris, je m'énerve... Dae Hyun essaye de cacher certains de ses sentiments, et il préfère tout garder pour lui. Je ne suis pas contre cette pratique, hein. Je trouve ça même remarquable. Je serais incapable de faire comme si tout aller bien, tout le temps. Quand ça va pas, ça va pas. Mais lui, il avait toujours la patate, le sourire.. Dae Hyun buvait calmement son reste de chocolat chaud, tandis que de mon côté, je l'avais fini depuis belle lurette. Il continuait de m'expliquer que je n'avais pas de soucis à me faire, que tout se passerait bien et qu'au final, il s'habituerait à sa paire de collants. Puis, il ajouta:

«  Mais tu vois... tu es de très bon conseil, et ça, ça, c’est vraiment le Jae Bum que je connais »

On peut dire que là, il m'avait fait chaud au cœur. Et pas qu'un peu. J'en aurais limite reversé quelques larmes. C'était quand même fou ce qu'il me disait parce que lui, il était pire que « de bon conseil ». Il trouvait tellement les mots justes.. Et puis, ce qu'il m'avouait là, je ne pouvais pas vraiment le croire. Ou du moins, comment être de bon conseil quand pour soi même, nous en sommes pas ? Mais à y réfléchir, ça pouvait être possible.. J'avais toujours eu des choses à dire pour rassurer les gens, les aider tant bien que mal. Mais pour moi même, je ne savais même pas comment réagir. C'est fou de se connaître si peu. Au fond, je pense que nous sommes tous un peu comme ça.. toujours là pour notre entourage, mais quand il s'agit de notre petite personne, il n'y a plus personne. Comme une maman par exemple. Toujours à penser à sa famille, sa maison, ses enfants.. Mais elle alors ? Y pense-t-elle ? Sans doute pas, non. Dae Hyun réussissait à me soutirer à nouveau un sourire. Je me mordis la lèvre inférieure puis, je répondis:

« C'est toi qui dis ça, alors que tu es toujours le premier à donner des conseils ? Franchement, je vaut rien à côté de toi. »

Un petit rire nerveux s'échappa de ma bouche et, à nouveau, je croisai mes doigts sur la table. Après avoir posé la question en rapport à ses amours, Dae Hyun essaya de me répondre le plus calmement possible. Il m'annonça qu'il ne pensait pas trop à ça en ce moment, et qu'il n'en avait pas besoin. C'était faux, bien entendu. À en voir l'expression de son visage, il me cachait la vérité. Je n'avais pas envie de fouiner d'avantage. Si il ne voulait pas se confier, c'est qu'il pensait que ça n'en valait pas la peine. Le jour où il se sentirait prêt, il m'en parlerait. Je ne suis pas du genre à mal le prendre. Certaines personnes ne supportent pas que leur entourage leur cache des choses. Or je pense, que nous avons tous besoin d'avoir un petit jardin secret. C'est vital on dira.
Puis il changea directement de sujet ; ce qui prouvait bien qu'il contournait la question. Peut-être avais-je manqué de tact ? Aheum, je suis si maladroit. Mais maintenant que c'était fait, c'était fait. Il enchaîna donc sur mes études, me demandant où j'en étais. À vrai dire, je continuais encore et toujours, motivé comme au premier jour. C'était en ce moment, ma seule source de satisfaction et de motivation. Travailler, me plonger dans mes livres... ça me faisait du bien. Mais je sortais quand même. C'est toujours dans les alentours de 23 heures que me viens l'idée de sortir en boîte. Alors je quitte la maison, laissant mes parents inquiets. Je n'aime pas ça ; mais c'est la vie. Plus le temps avance, plus je pense qu'ils se doutent de quelque chose. Il y a de ça un an, ils s'étaient rendus compte que je me shootait régulièrement, et ils m'avaient fait promettre d'arrêter sur le champs. Je n'avais pas stoppé. J'avais simplement caché tout ça, encore une fois. Mais tous les soirs, sortir le même alibi... ce n'était plus vraiment crédible. Mais bientôt, je n'allais même plus être obligé de mentir. Bon, ce n'était pas encore fait hein. Puis, pour l'instant, j'étais simplement motivé suite à la morale encore fraîche de Dae Hyun.

« Eh bien, on peut dire que ça se passe bien. En fait, c'est la seule chose pour laquelle je me donne à 300%. Parfois, je me demande comment j'arrive à allier médecine et fêtes.. »

Je me frottai la nuque puis la note arriva et je payai, tout naturellement. Dae Hyun m'annonça que la prochaine fois, c'était lui qui payerait. Une prochaine fois, il n'y avait pas de soucis. Mais alors ce soir, c'était moi qui invitait.

Hyung voulait aussi que je dorme chez lui ce soir. Nous étions bien trop fatigués et défoncés pour rentrer chacun de notre côté. Enfin, c'était plutôt moi qui était défoncé, hein. Puis, comme il disait, c'était vraiment une rue malfamée la nuit. On pouvait se prendre la mâchée, violenter.. Il faut pas croire ! Ici, c'est comme la loi de la jungle. C'est la loi du plus fort. Surtout que l'on vient vous taper pour des raisons complètement débiles. Une fois, je m'étais pris une droite parce que, « soi-disant », j'avais mal regardé un type. Aheum. Pathétique.
Bien que je me ressassais tout ça, je me sentais bien mieux. J'en avais presque oublié le début de la soirée. Cependant, cette fille, qui était censée être ma « petite amie » du soir, venait de débarquer. Son maquillage lui coulait le long du visage et moi, je ne disais rien. Je n'avais rien à dire. Dae Hyun prenait ma défense, et traitait de tous les noms cette gonzesse. Elle faisait de même, nous regardant droit dans les yeux. Puis finalement elle sortit, laissant place à un grand baraqué. Et merde. Il semblait en vouloir à mon aîné et l'attendait à l'extérieur, pour je ne sais quelle raison. Enfin si, je savais. Le taper. Lui foutre son poing dans la gueule. Pff.. Et merde. Tout ça à cause de moi, ça me faisait chier. J'essayais de convaincre Dae Hyun de rester à l'intérieur mais, rien à faire : il voulait y aller. S'expliquer et tout « arranger ».

« Bon, tu attends ici, je reviens, tu t’inquiètes pas, je pense que ça devait arriver de toute façon, j’ai jamais eu une seule soirée sans avoir un gros abruti qui veut se fighter. »

Mais là, c'était autre chose. C'était MES affaires, et je ne voulais pas que Dae Hyun ressorte défiguré, à cause de mes conneries. Je ne pouvais rien faire, j'étais impuissant. Je voyais mon aîné sortir du café, arrivant devant le type en question. Il se décalèrent un petit peu, ne me permettant plus de les apercevoir de ma place. J'essayai de me lever mais mes jambes tremblaient. J'avais presque plus mal que si c'était moi qui prenait les coups. Je n'entendais rien, je ne voyais rien. Ça me stressait plus qu'autre chose. Je commençai à ronger mes ongles avant de faire aller ma cuisse droite. Je crevais d'envie de sortir, de m'interposer. Mais je me disais que Dae Hyun ne voulait pas ça.. mais à côté, je ne pouvais pas le laisser seul. Au moment où je me levai, hyung rentra de nouveau à l'intérieur du café. Je relevai immédiatement la tête, voyant son arcade sourcilière à demi en sang, et une petite égratignure au niveau de la lèvre. Je me sentais tellement mal pour lui. Mon moral retomba au plus bas. Voir mon grand frère dans cet état, par ma faute... non, je ne pouvais pas me le pardonner. Je me faisais honte d'engendrer tant de problèmes à mon entourage. Qu'est-ce que Dae Hyun pouvait me trouver ? À sa place, j'aurais laissé tomber depuis bien longtemps... je suis tellement nul. Nul. Nul. Nul.
Il me proposait maintenant, comme si de rien n'était, de rester ici, ou de rentrer chez lui. Franchement, je voulais juste m'en aller. Je ne me sentais pas vraiment de traîner dans ce café. Puis là, j'avais un manque. Je le ressentais. Cependant, mes doses étaient toutes dans la poubelle de la boîte, je ne pouvais plus m'en servir. Et puis, il ne fallait pas que je baisse les bras si rapidement. C'était faible et immature.

« Putain mais, Dae Hyun... pourquoi tu fais tout ça pour moi ? Ça me fout tellement en rogne de te voir souffrir par ma faute.. T'as vu dans quel état tu es ? Et tout ça à cause de moi ? J'suis tellement nul mais nul ! »

Je passai une main sur mon visage et, après avoir repris ma respiration je lui disais:

« Je pense qu'il vaut mieux rentrer maintenant, ça ne sert plus à rien de trainer par ici... »

Je me levai à nouveau, me dirigeant vers l'extérieur ; la peur au ventre. Je me demandais si le type de tout à l'heure ne nous attendait pas là, à la sortie. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Je tenais la porte à mon aîné pour qu'il puisse passer après moi. Je respirai enfin l'air de la ville, ça me faisait du bien. Je glissai mes mains dans mes poches avant d'avouer:

« Tu vois, c'est dans les moments comme celui là que j'ai envie de me shooter. Penser à autre chose. Tu sais hyung, je me fais honte. C'est un problème aussi. Mais, comment dire.. c'est un peu comme un cercle vicieux. Tu prends tes doses, tu te trouves nul, donc t'en reprends et ainsi de suite. »

Je n'aurais jamais dû commencer. Mais c'est trop tard.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Sexo, drogas y fiesta ❞ - ft. kwon dae hyun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Blog] Record des 500 membres : Fiesta oblige !
» [TEST] Fiesta online
» N°201B Ford Fiesta WRC
» N°201B FORD FIESTA WRC
» Ford Europe augmente la production des Fiesta, Focus, C-MAX et Grand C-MAX pour répondre à la demande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
black diamonds :: ✖ fly to seoul :: ∞ kangnam :: club le mass-