Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kim Im Chul

avatar

troublemaker.
bitches ain't shit but hoes and tricks.

Messages : 34
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : Devenir un homme parfait pour Cameron

MessageSujet: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Lun 4 Mar - 15:20

    Il avait tout pour se reconstruire, pour être de nouveau heureux. Il avait retrouvé l’homme qu’il aimait le plus au monde après de longues années, ils avaient repris pratiquement le même mode de vie qu’auparavant, à être toujours ensemble, à s’embrasser, se câliner, faire l’amour. C’était comme si ces presque sept années n’avaient jamais existées, qu’ils étaient restés ensemble. Et l’amour d’Im Chul envers son aîné n’avait cessé d’accroître depuis leurs retrouvailles. Pourtant, tout s’écroula de nouveau. Et s’était encore pire que le départ de Cameron. Oui, ce qu’il avait découvert était dix fois pire, cela le blessait encore plus, encore plus profondément. A croire que le destin s’acharnait sur lui. Il ne pourrait jamais être heureux, jamais être tranquille. Qu’avait-il donc fait pour mériter tant de douleur, tant de haine ? Etait-ce sa punition pour avoir céder aux multiples tentations de la nuit ? D’être devenu accro à la drogue, d’avoir couché avec toutes ces personnes inconnues, d’avoir bu à s’en rendre malade comme jamais ? Il voulait seulement l’aimer. Que cela soit réciproque. Qu’ils vivent une douce et éternelle idylle. Mais il devait se faire à l’idée que les dieux étaient véritablement contre lui. Et pour rien ne vous cachez, Im Chul aurait de loin préféré ne jamais retrouvé son aîné que de découvrir son secret. Comme quoi il était déjà en couple. Avec un homme. Et qu’ils semblaient tout heureux dans leur petit monde. Il avait l’impression de mourir tellement il avait mal. Comment avait-il pu lui faire ça, ne cessait-il de se répéter. Il avait pourtant changé pour lui, pour le reconquérir. Mais non, cela ne suffisait pas. Cet homme était meilleur que lui, se disait-il. Il craquait. Il ne pouvait plus garder cela pour lui. Il devait le voir.

    Sortant du boulot en milieu d’après-midi, le jeune mécanicien sortit son portable et regarda l’heure. 16h15. Son aîné devait être à son appartement à cette heure-là. Il lui envoya donc un sms, froid et direct, sans smileys contrairement à son habitude. « Faut qu’on parle. Je suis chez toi dans 10min. ». Il rangea ensuite son portable la poche de son pantalon et se rendit donc à son immeuble, comme leurs appartement se trouvaient être sur le même palier. Avait-il peur ? Non, bien au contraire. Il n’avait qu’une hâte, déballé toute la souffrance qu’il éprouvait à Cameron. Car il ne pouvait vraiment plus rester ainsi, à croire en un amour qui n’existait pas. Surtout que ce dont avait horreur par-dessus tout Im Chul était bien le faite qu’on se foute de lui. Et savoir que le fils Choi menait une double vie, il ne pouvait pas le supporter. C’était ce mec ou lui. Finalement arrivé devant la porte de chez son aîné, il sonna et ne le salua même pas lorsqu’il lui ouvrit. Il se contenta d’entrer dans l’appartement, les dents serrées. Et sans attendre, il prit la parole, se tournant vers Cameron en le fixant froidement, sans aucune douceur. « Ca va comme tu veux ? Tranquille ? Rien sur la conscience ? Tu comptes te foutre de ma gueule encore longtemps ? Aaah, je vois, t’as du te dire en voyant que j’étais encore fou amoureux de toi : oh, pourquoi ne pas en profiter pour être encore plus chouchouter ? Franchement, je ne te pensais pas comme ça Cameron. Je pensais que tu étais encore ce garçon sincère, mais surtout fidèle. Mais non. Tu as changé, t’es devenu quelqu’un qui ne pense qu’à sa petite personne, et qui s’en fou de blesser les autres. Ça te fait bander ?! ».

    Sa voix ne tremblait pas, elle restait froide et agressive, alors qu’au fond de lui, il se sentait au plus mal. Il avait de le serrer dans ses bras, de pleurer, de le supplier de n’avoir d’yeux que pour lui et lui seul. Mais il se devait de pendre sur lui. Voyant alors l’étonnement que le visage de Cameron, cela l’énerva encore plus. Serrant ses poings, il ne laissa même pas parler, reprenant de suite. « Ne fait pas l’innocent, ça ne marchera pas. Tu sais très bien de quoi je parle. Figures toi que je t’ai vu, à la terrasse d’un café, avec ton mec. A vous tenir la main, à vous faire des bisous, à sourire de bonheur, perdus dans votre petit monde rose bonbon. Au début, pensais que c’était un ami, mais quand j’ai vu tes yeux briller pour lui, que vous ai vu vous embrassez, j’ai compris. J’ai même demandé au serveur de ce café quand vous êtes partit, et il m’a confirmé que vous allez souvent là-bas, et que vous êtes bel et bien en couple. Alors, faut que j’te dise quoi ? Félicitations ? Sois heureux avec ce mec ? Non, tu n’entendras jamais ses mots de ma bouche. Je préfère crever que vous souhaitez du bonheur. ». Il s’arrêta pour reprendre son souffle, ses mains tremblant légèrement faute de la colère qui faisait bruler son sang dans ses veines. Im Chul se mordit la lèvre inférieure jusqu’au sang, ne le remarquant même pas, et reprit, son regard étant remplit de tristesse, de souffrance et de colère. « Tu sais quoi ? J’ai vraiment été trop con de t’attendre. Car toi, tu m’as oublié, t’as oublié nos promesses. T’as refait ta petite vie avec ce gars, et tu es heureux. Tu vois, maintenant, j’en viens même à me demander si je ne suis pas le seul avec qui tu le trompes. Y en a d’autres ? T’es devenu nympho au point de coucher avec plusieurs mecs ? Ou alors, il est juste nul au pieu, tu t’es rappelé que moi j’étais bon, alors tu m’as pris en roue de secours ? Franchement, je ne vois même pas pourquoi j’me prends autant pour la tête. T’as quelqu’un, je ne fais pas partie de ta vie. Tu l’aimes lui. Et non moi… ». Sans pouvoir se retenir, une larme perla sur sa joue, et vint s’écraser au sol. Il s’essuya rapidement la joue et détourna légèrement le regard, son cœur frappant violemment dans sa poitrine. Il l’aimait. Mon dieu qu’il l’aimait. Pourquoi cela faisait-il si mal… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choi Cameron

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 42
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : arrêter de fumer serait bien honnêtement.

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Lun 4 Mar - 18:55




if we'd go again all the way from the start.
i would try to change the things that killed our love.

k i m i m c h u l & c h o i c a m e r o n



ce matin-là, cameron s'était réveillé du côté droit, alors qu'à son habitude, il se réveillerait toujours du côté gauche. ce matin-là, il n'y avait aucune trace d'opium ni de mohani autour de ses pattes pour lui souhaiter son mythique bonjour matinal. ce matin-là, il n'avait plus de clopes, alors qu'il serait toujours faire des réserves pour les cas extrêmes. ce matin-là, il n'avait reçut aucun texto. pas de shawn, pas d'imchul. de personne. le vide. ce matin-là, on lui avait coupé l'eau tandis qu'il se douchait tranquillement tout en chantant la même chanson tous les matins. ce matin-là, son taxi fut arrivé en retard de dix minutes. ce matin-là, il n'avait pas eu la moyenne à son devoir pour la toute première fois de sa vie. malgré ses capacités brillantes en sciences qui lui valaient d'habitude des seize et dix-sept. aujourd'hui, rien était comme d'habitude. et cela préoccupait le jeune étudiant. jamais ses habitudes n'avaient été autant chamboulées. c'était un début. et même s'il y avait des jours avec et des jours sans, son sixième sens lui sifflait que quelque chose ne tournait pas rond. d'une manière ou d'une autre. c'est pourquoi, le fils choi avait décidé de louper son après midi. après tout, il était l'un des meilleurs de sa classe, il n'aurait aucune difficulté à rattraper les autres. et puis, d'un autre côté, il ne se sentait pas forcément bien. sa tête tournait violemment et parfois l'air lui manquait, le faisant tousser sec. certainement l'effet de la cigarette. c'était un gros problème qu'il fallait régler au plus vite. car malgré les consultations chez son docteur et l’acuponcture qu'on lui avait conseillé, ça ne marchait pas vraiment avec lui et ses poumons lui criaient d'arrêter de faire le con. ils pouvaient bien crier, cela ne changeait pas grand chose. il restait là, à la sortie du grand bâtiment, sa cigarette signée black devil saveur vanille au bec tandis qu'il appelait un taxi pour l’escorter jusqu'à sa rue.

une fois le seuil de l'appartement franchit, cameron pris seulement le soin de déposer son sac sur une des chaises de la salle à manger avant de se jeter sur son grand et fabuleux lit. sauvagement accueillit quelques secondes après par ses deux animaux de compagnie qui avaient disparus quelques heures plus tôt. il leur donna des papouilles généreuses avant de se redresser et d'admirer sa pendule. 14h30. « bon, apparemment j'ai un peu de temps pour boucler mes comptes rendus et faire ce que j'ai à faire. » le temps fut passé vite, très vite. tellement vite qu'il n'avait pas entendu son téléphone lorsqu'il avait vibré quelques minutes plus tôt. à vrai dire, le jeune étudiant était quelque peu occupé. ses comptes rendus étaient terminés, il avait brossé et pris soins de ses bébés tout en écoutant les infos à la télé, mais n'avait cependant pas réussi à dormir. l'esprit toujours obscurcit d'un sentiment d'inconfort. cameron avait donc décidé de prendre une douche. celle-ci n'effaçait cependant pas la crasse, mais plutôt le sang provenant des plaies fraichement taillées sur ses avant-bras et jambes. il savait que ses appréhensions partiraient de cette manière. ça a toujours fonctionné, alors pourquoi pas maintenant ? une fois sortit de la douche, il enroula son peignoir autour de sa taille pour cacher un minimum les marques des regards étrangers et boucla fermement la ceinture. à ce même moment un nouveau texto fit vibrer son téléphone qu'il s'empressa d'aller récupérer. « faut qu’on parle. Je suis chez toi dans 10min. » message d'imchul.... depuis quand sonnait-il si sérieux ? ça n'était pas clair. pas normal. ce sentiment revint, malgré les tentatives d'y avoir échappé. et la seule chose cohérence que son cerveau lui dictait de faire était : fumer. alors sans plus attendre, il ouvrit un autre paquet, étant le troisième depuis le début de la semaine et se posta au rebord de sa fenêtre, se mordillant la lèvre. peut être imaginait-il des choses. peut être qu'imchul était bien trop pressé pour mettre de la joie dans son texto. après tout, ce n'est pas impossible. du moins, c'est ce qu'il pensait avant de répondre à la sonnette qui retentit dans tout l'appartement.

« ça va comme tu veux ? tranquille ? [....] ça te fait bander ?! ». comme si je pouvais abruti. il ne savait quoi dire présentement. pas que les mots lui manquaient, mais son esprit était engourdi. engourdi par les paroles de l'homme qu'il considérait comme sa moitié. oui il se fichait en partie de lui. mais il ne pouvait savoir oh combien il avait souffert de son absence. certainement que lui aussi avait eu du mal à s'en remettre, mais s'il était réellement au courant de toute l’ambiguïté qui se cachait derrière cette « tromperie » alors peut être changerait-il quelque peu ses propos. il l'aimait. il l'a toujours aimé. seulement, quand est-ce que l'homme commence à aimer une illusion ? un mensonge ? un bien inexistant ? s'il n'avait pas mis de côté imchul, il ne serait pas là présentement, mais toujours coincé entre les griffes acérées de son père. s'il savait tout ce que celui-ci serait capable de faire s'il apprenait leurs retrouvailles. il aurait aimé courir jusqu'à lui, l'interdire de prononcer de tels mots et juste l'embrasser éternellement mais. son corps ne bougeait pas. ses yeux vaguaient à travers la fenêtre et contemplaient le temps qui avait soudainement tourné d'un soleil radieux à une pluie battante. « tu sais quoi ? j’ai vraiment été trop con de t’attendre. car toi, tu m’as oublié, t’as oublié nos promesses. t’as refait ta petite vie avec ce gars, et tu es heureux. tu vois, maintenant, j’en viens même à me demander si je ne suis pas le seul avec qui tu le trompes. y en a d’autres ? t’es devenu nympho au point de coucher avec plusieurs mecs ? ou alors, il est juste nul au pieu, tu t’es rappelé que moi j’étais bon, alors tu m’as pris en roue de secours ? franchement, je ne vois même pas pourquoi j’me prends autant pour la tête. t’as quelqu’un, je ne fais pas partie de ta vie. tu l’aimes lui. et non moi… » un sourire amer se glissa sur ses lèvres tandis qu'il avalait une nouvelle fois le poison de la cigarette. alors pour toi je ne suis qu'une pute... ce fut les paroles de trop, les dernières acceptées comme si son temps de parole correspondait parfaitement à la durée à laquelle sa drogue s'épuiserait. évacuant une dernière fois la fumée de ses poumons, il gardait sur son visage ce sourire amer. blessé. plus rien n'était cohérent à travers lui. ce n'est qu'après, petit à petit réalisant à quel point ses mots étaient blessant que sa poitrine ne se resserra en une étreinte étouffante, et que des larmes glissèrent le long de ses yeux.

« premièrement. bonjour. je ne pense pas que cela fasse partie de l'éducation nationale que d’entrer comme ça chez les gens. secondo... mais pour qui te prends-tu ? tu penses être en mesure de dire ce qui cloche chez moi ? oh sérieusement ? tu penses comprendre et interpréter de manière juste mes faits et gestes ? réellement imchul ? mais laisses-moi te dire qu'à en reprendre tes propos, si j'avais voulu faire ma pute en chaleur j'aurais tout aussi bien pu me mettre une jupe et aller écarter les cuisses au premier venu dans la rue pour me faire sauter ! le pire c'est que t'es assez con pour croire une seconde que je fais ça pour le sexe ! t'es vraiment qu'un abruti imchul ! un abruti ! » si présentement ses yeux étaient des guns, autant dire que le plus jeune serait déjà sans doute mort. ceux-ci exprimaient en eux-même toute la colère et toute la peine que l'ainé ressentait. car oui, peut être trompait-il les deux hommes qu'il aimait, mais personne ne prenait en compte tout ce qui avait bien pu lui arriver dans sa vie. au début, monsieur choi serait aller le frapper pendant presque des heures car il continuait d'aimer le cadet. et ce n'était pas rare de voir l'adulte vérifier ses textos, son ordinateur et ses cahiers pour n'y trouver aucune trace de l'enfant. il s'en fichait que son fils puisse perdre la personne qu'il aimait. tant que ce n'était pas une fille ce n'était pas de l'amour, c'était une honte. et aucune honte n'était tolérée chez les choi. « sérieusement... comment tu peux croire une seconde que je te ferais ça. oui j'ai eu quelqu'un. quelqu'un que j'ai encore. mais que préférerais-tu ?! que je sois toujours là à boire fumer et me couper pour oublier ma misère ? tenter de t'oublier pour ne pas plus souffrir de ton absence ? lutter contre père qui n'hésiterait pas à me frapper pour avoir continué d'affirmer mon amour pour toi ? c'est ça que tu veux ? » des flots de larmes coulaient dès à présent. le sujet lui tenait bien trop à cœur pour rester de marbre. surtout lorsqu'il osait être imagé telle une trainée honteuse et sale par l'homme qu'il aimait. il aurait pu le frapper, et à vrai dire, il en avait envie. frapper ce visage pour oser douter de lui, frapper cette poitrine pour lui faire partager cette douleur qu'il ressentait à ce même emplacement. mais à la place, ses mains battaient l'air avec de mouvements brusques et violents. « j'y peux rien si t'es aveugle et con ! mais si tu ne souhaites que mon malheur, alors n'oses plus jamais dire que tu m'aimes ! car ce serait tout sauf de l'amour ! maintenant, merci de sortir d'ici. ma maison et moi-même sommes trop impures et sales pour toi. ~ ta bonté vaut bien mieux que ça pas vrai ? aller files. » il s'était laissé tomber par terre, sa tête ne pensant plus du tout de manière cohérente. tout ce qu'il voulait présentement, c'était son amie. sa fidèle amie qui ne l'abandonnerait jamais. cette amie qui ne lui ferait aucun mal, ou presque. son amie la cigarette.

bordel de cul c'est long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Im Chul

avatar

troublemaker.
bitches ain't shit but hoes and tricks.

Messages : 34
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : Devenir un homme parfait pour Cameron

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Lun 4 Mar - 21:26

    Depuis qu’il les avait vus à ce café, plongé dans leur petit monde d’amoureux loin des tracas de la vie, Im Chul ne vivait plus. Il n’&tait pas concentré, son cœur lui faisait atrocement mal, et il ne cessait de se répéter les scènes qu’il avait vu dans sa tête. Mais surtout, il n’arrivait plus à penser à autre chose qu’à cet inconnu qui avait volé le cœur de son aîné. Son visage ne quittait plus son esprit. Et il se posait maintes et maintes questions. Pourquoi lui ? Qu’avait-il de plus que lui ? Etait-il plus beau ? Avait-il plus de qualités ? Faisait-il mieux l’amour ? Le faisait-il plus rire ? Le faisait-il plus rêver ? Mais surtout : Cameron l’aimait donc véritablement plus que lui… ? Il était jaloux de cet homme. Terriblement jaloux. Car c’était lui et lui seul le mari du fils Choi. C’était lui et lui seul qui avait droit à son amour. Alors il n’avait rien à faire ici, avec son sourire niais et sa taille de girafe. Il n’avait pas à recevoir de « je t’aime » de la part de Cameron. Pour ne pas vous mentir, lorsqu’Im Chul vit cette scène, il n’avait qu’une envie : aller les rejoindre pour défoncer la tronche de cet inconnu. Lui faire comprendre qu’il n’avait pas à poser ses sales mains sur son homme. Car oui, encore maintenant, il avait une folle envie de frapper l’homme et ainsi laisser ressortir toute la haine qu’il éprouvait pour lui. Pourtant, il c’était retenu. Pour son aîné. Pour ne paraître pour un mec violent et dangereux. Non, il devait rester ce garçon doux et très tendre aux yeux de l’homme qu’il aimait. Alors il n’avait rien fait, et c’était contenté de regarder alors que son cœur éclatait en morceaux.

    Il l’écoutait parler, sans pour autant se calmer. Et il répliqua rapidement, ne voulant pas que son ainé interprète mal ses propos. « Je n’ai jamais dit que tu étais une pute en chaleur, qu’on soit d’accord. Et je ne sais plus quoi penser, je ne sais plus croire ! Pour moi, le fait qu’on s’embrasse, qu’on se touche, qu’on couche ensemble, voulait dire qu’on s’était remis en couple ! Mais je me suis trompé. Et bien trompé. Puisque tu l’es déjà, avec lui. Et je sais très bien, trop bien même, que je suis très loin d’être un homme parfait. Je suis bourré de défauts, je suis accro à la drogue, j’ai fourré ma queue partout, j’ai enchaîné cuite sur cuite, j’ai participé à de nombreuses violentes bagarres. Je suis plus proche du démon que de l’ange. Pourtant… Pourtant pour toi j’ai changé ! J’ai arrêté toutes ces conneries, je prends des médocs pour me rendre moins dépendant à la drogue, je suis suivit par un médecin. Mais ce n’est pas assez. Car il reste mieux que moi. Sinon tu l’aurais quitté pour redevenir mien. ». Le fils Choi continua de parler, et Im Chul serra davantage ses poings, ses ongles entrant sa douceur dans la peau de l’intérieur de ses mains. Il n’était pas idiot, il avait bien remarqué les marques de couteaux sur le corps de Cameron lorsqu’il était nu sous ses yeux. Pourtant, il n’avait rien dit, pour ne pas réveiller les souvenirs douleurs du jeune homme. Car il savait pertinemment que son aîné avait ça sous le coup de la douleur, de la tristesse. Lui ne s’était pas scarifier car il voulait rester avec ce corps dont l’homme qu’il aimait tant était fou, et qu’il avait toujours aimé toucher. Il ne voulait pas voir du dégout dans son regard s’il devait toucher des cicatrices ou autres. Enfin bref, tout cela pour dire qu’il le comprenait entièrement. Et il lui répondit sans le quitter du regard, une seconde larme coulant pour finir par s’écraser au sol. «Tu sais quoi ? Et bien oui, je ne suis qu’un putain d’égoïste. Tous les jours je priais pour que tu m’aimes toujours un peu plus, je priais pour que tu n’oublies rien de moi, je priais pour que tu ne tombes pas sous le charme d’un autre. Je voulais être le seul pour toi. Et je le veux toujours. Car toi, tu es le seul depuis toujours… ».

    Non… Non… Cameron pleurait.... Il l’avait fait pleurer. Le cœur d’Im Chul se serra dans sa poitrine pour lui faire encore plus mal. Cette vision était tout simplement une pure torture. Le voyant tomber à genoux au sol, il ne put faire autrement que de craquer. Il s’approcha alors et se mit à genoux face à lui. Lui essuyant avec une grande délicatesse ses joues trempées, il finit par l’enlacer et le serrer dans ses bras avec une douceur infinie, lui caressant le dos pour le calmer, comme il le faisait enfant lorsque le fils Choi faisait des cauchemars ou avait un chagrin. Il le berça même légèrement et vint lui glisser à l’oreille d’une façon tellement sincère et douce qu’elle en ferait fondre les plus furs cœurs de pierre : « Je t’aime, Choi Cameron… ». Se recula lentement, il prit le visage de son amant dans les mains et le lui redressa, avant de venir capturer ses lèvres des siennes, pour un chaste mais amoureux baiser. Puis, il replongea son regard dans le siens, tout en caressant ses douces et dodues joues d’hamster de ses pouces, et reprit : « Tu ne devais être qu’à moi Cameron… ». Ses fins doigts commencèrent alors un doux parcourt, commençant par lui caresser les yeux : « Ils ne devaient briller d’amour que pour moi… ». Puis les lèvres : « Elles ne devaient se faire faire prisonnières que par les miennes… ». Puis il lui caressa ses petites mains : « Elles ne devaient connaître que la douceur de mon corps… ». Puis ses petites fesses rondes et fermes : « Elles ne devaient connaître l’orgasme que grâce à moi… ». Puis tout le frêle mais adorable corps de Cameron passa sous les doigts de notre mécanicien : « Il ne devait être touché, caressé, embrassé que par moi… ». Et, finalement, il posa ses deux mains sur le torse de son aîné, au niveau de son cœur, et plongea son regard brillant de larmes dans le sien : « Il… Il ne devait appartenir qu’à moi… ». Il se pinça les lèvres, sa voix devenant un peu plus fragile. « … J’y avais pourtant ancré mon nom dedans… bien profondément… pour qu’il n’appartienne qu’à moi jusqu’à ta mort… A croire que ce mec doit vraiment être exceptionnel et parfait pour l’avoir effacé… ». Et il craqua. De chaudes et nombreuses larmes se mirent à parcourir ses joues, alors qu’un bien triste sourire se dessina sur son visage, ses yeux fixant ses deux mains toujours posées sur le torse de son aîné. « Je… Je suis tellement désolé… de ne pas être à la hauteur… de ne pas être assez bien… Je… Promets moi simplement d’être heureux… d’accord ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choi Cameron

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 42
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : arrêter de fumer serait bien honnêtement.

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Mar 5 Mar - 22:18



if we'd go again all the way from the start.
i would try to change the things that killed our love.

k i m i m c h u l & c h o i c a m e r o n



avait-il honte de ce qu'il faisait ? avait-il honte d'avoir osé jouer avec leurs sentiments comme ça ? avait-il des regrets ? ces questions auraient pu être évitées. car les réponses sont logiques et évidentes en tout point. qui serait capable de se dire amoureux et bien dans sa peau tout en trompant sa moitié ? son amour ? son tout ? il pourrait y avoir de telles personnes certes, mais cameron ne faisait pas partie de cette possibilité. non, il s'en veut, il s'en est toujours voulu. parfois, on l'aurait vu refuser un rendez-vous avec shawn sous prétexte d'être malade ou en vacances chez sa tante habitant jeju, pour ne le voir passer qu'une soirée seul. seul avec lui même. pour penser. penser à ce qu'il faisait. ce qu'il avait fait. ce qu'il ferait. ou du moins, ce qu'il pensait faire. il y aurait des fois où il se voyait quitter le pays, se faisant ainsi passer pour total innocent. il y aurait également des fois où il reverrait son père le rapatrier aux états unis de toute urgence. oui, il le voyait ça. seulement, le fils choi ne désirait pas tout cela. tout ce qu'il désirait était impossible. ce n'était qu'un rêve. un nouveau rêve. un rêve sur un rêve. et malgré toutes les tentatives qu'il avait mises en œuvre à l'époque pour tenter de l'oublier, ce rêve, celui-ci semblait être ineffaçable : son amour pour kim im chul. leurs destinées étaient liées depuis leur plus tendre enfance. le cadet était son roi, son prince, son protecteur pour toujours. sa source de bonheur. à contrario, lui-même lui apportait de l'affection, de la douceur, il se considérait comme sa princesse. la sienne. ou plutôt le sien. car même avec shawn, jamais il ne s'était senti possédé. le contraire serait plus juste. il possédait le cadet. il lui donnait de l'amour, de l'affection, s'occupait grandement de lui. et évidemment l'ainé recevait également de l'amour de sa part ; mais c'était différent. tout était différent. cameron aimait le cadet, réellement, mais pour lui, sa relation avec celui-ci était plus un amour fraternel qu'un amour véritable. il ne faisait que combler ce cœur vide de sentiments, de joie. car il ne souhait que ce bonheur après tout. alors qu'avec chullie, la chanson était sur une toute autre piste. leur amour était fusionnel, et ce ne serait que mentir de dire que leur union n'était pas parfaite. l'un complétait l'autre, l'un calmait tandis que l'autre boostait. ce n'est autre que ce doux mélange qui a toujours fait de cette union une union parfaite. la colère, le désir, l'amour. mais surtout cette passion qui brulait telle un champ de braise. tout faisait en sorte de garder et d'animer cette flamme qui faisait rayonner leur amour éperdument, comme cette flamme continuait de faire battre leurs cœurs à l'unisson.

néanmoins, leur union, leur amour n'était qu'un poison. né d'une possessivité fulgurante et d'une colère bouillonnante, créant ainsi un mélange encore meilleur, plus explosif. présentement, chaque mot n'était qu'un poison, une pique envenimée qui allait transpercer son cœur, son système immunitaire. et c'était comme si, son corps rejetait ces surplus, ces éléments dangereux à travers ses larmes. car peu importe combien ces mots le touchaient, le blessaient, l'affaiblissaient, son être restait fort. il ne voulait pas sombrer dans un océan de mensonges. il voulait garder la foi. il ne laisserait pas ces piques, ce poison l'obscurcir, anéantir ses croyances, ses espoirs. il combattrait ces mots ardus, peu importe combien son corps en rejettera les toxines. car étant étudiant en biologie, cameron, mieux que quiconque savait qu'un cœur sans volonté, ne pourrait survivre. « tu ne comprends pas. tu ne comprends pas. non. non. » il déposa ses deux mains sur ses oreilles. malgré toutes les tentatives pour cesser ses larmes de couler, ses yeux continuèrent de créer des cascades, comme son corps évacuait tout ce qui était mauvais pour lui. ces piques continuaient de s'enfoncer un peu plus dans la plaie, mais jamais il ne céderait. ce n'était que des idées. de putains d'idées. des idées sombres, fausses. elles ne devaient être pensées quelques secondes par sa moitié. pas une seconde. alors il secoua plus violemment la tête, de droite à gauche, les yeux fermement fermés, tandis que des souvenirs revint. imchul avait réussit à s'en sortir... c'était génial. s'en était bien assez pour qu'un mince sourire vint orner son visage. mais, le plus jeune devait apprendre également que... tout le monde n'en était pas capable. « tu as réussi chéri... c'est le plus important. et ça me rend vraiment heureux. mais saches que... tout le monde ne peut pas réussir. les médicaments peuvent ne pas faire effet. les thérapies peuvent être inutiles... alors quoi faire quand il n'y a plus aucune lueur d'espoir ? » c'est à ce même moment que le plus jeune vint l’enlacer. le plonger dans sa chaleur rassurante et protectrice. il aurait voulu rester ici pour l'éternité. tant de fois il avait prié, pleuré pour espérer un jour les ressentir à nouveau autour de son frêle corps. ce n'est pas ma faute n'est-ce pas ? tout le monde aurait fait pareil pas vrai ? il arrive des moments où, malgré les combats, les persévérances, se relever nous est presque impossible. et cette situation correspondrait terriblement au cas du jeune choi. l'ainé enroula ses bras tout autour du corps tonique du plus jeune, le cajolant lentement tout en reniflant quelque peu contre sa poitrine. « tu as réussi chéri... je suis fier... tous les jours tu priais pour que je t'aime toujours et encore... je n'ai jamais cessé de t'aimer une seconde dans ma vie. au contraire, chaque jour je hurlais mon amour pour toi. les conséquences ne comptaient pas. tu priais pour que je ne t'oublies pas... la preuve y est. tu sais oh combien j'ai essayé. pourtant, je n'ai jamais pu t'effacer. tu étais tel un mirage qui désirait ne jamais me laisser partir et... tu as réussi une nouvelle fois ta mission. tu priais pour que je n'aime que toi... seulement. c'est à ce moment là que leurs lèvres se scellèrent dans un baiser passionné. celui-ci reflétant tous les sentiments que chacun éprouvait au fin fond de sa conscience. les choses n'étaient pas si simple. pas quand on vous coupe d'un monde. pas quand on vous tient loin d'une personne. pas quand on vous interdit de croire. d’espérer. cameron a continué lui. aveuglement. perdu dans son propre gouffre, croyant en une chose qu'on lui refusait de croire : l'amour. même si son père l'avait battu encore plus fort et plus régulièrement, même s'il était pointé du doigt par tout le monde, même si cela semblait si irréel et impossible. il aurait continué d'y croire. même si le prix à payer aurait coûté bien plus cher que ce qui ne l'est déjà. son cœur avait continué de battre grâce à ce combat, et malgré les erreurs qu'il ait pu faire, certaines paroles ne pouvaient être tolérées. j'ai toujours cru courir après un fantôme. j'ai cru rêver une ombre. j'ai cru que les rêves étaient irréalisables. j'ai.... seulement cru t'avoir perdu pour toujours. »

ils étaient malades. malades de leur amour. l'addiction était puissante, trop puissante. tellement puissante que les sentiments qui naissaient auparavant avaient certainement mutés avec les années en sentiments encore plus intenses. tels que... la nécessité, le besoin. ils avaient besoin l'un de l'autre. peu importe combien ils tenteraient de se l’interdire. on ne combat pas le destin. on ne le détourne pas. on ne peut pas y échapper. cameron prit alors cette main, qui était si proche posée et la prit, la menant droit à son cœur. « j'ai tellement cru ne plus jamais te revoir, ne plus jamais pouvoir te toucher, te posséder, que ce n'est que maintenant que je réalise... que je ne veux plus te revoir partir. je n'en serais pas capable. un ange ne peut être déchu qu'une seule et unique fois. je réalise à quel point j'ai cru suivre un fantôme ces derniers mois... mais j'ai beau me pincer présentement, tu es toujours là. ne pars plus. je t'en pris, pardonne moi. je ne veux plus croire en une idée, je ne veux plus croire en un rêve, une illusion. je veux croire en nous, en notre avenir. j'ai été assez stupide, assez influençable pour croire que oui, réellement, je n'allais jamais plus te revoir... à un tel point que j'ai décidé de tourner la page... pardonne moi. » il le prit alors dans ses bras, en même temps que celui-ci se mit à pleurer. il ne devait pas penser ça. il n'avait pas échoué. au contraire. imchul avait gagné la bataille. c'était le dernier restant sur le champ de guerre. résistant bravement contre les intempéries de la vie. cameron uniquement n'avançait pas. il restait allongé là, aspiré dans une spirale de défaite à quelques pas de sa moitié. dans un identique scénario, l'idée même de pousser sur ses bras pour se relever ne lui viendrait pas à l'esprit. c'était lui le raté, lui le perdant. lui le fautif. « .... reste avec moi bébé. je te promets d'être assez bien pour toi. je te promets de faire des efforts. ne pleure pas je t'en pris. chaque parcelle de peau que je possède est tienne, comme mon cœur est tient depuis tant d'années. ne... ne me laisse pas. reste là. sans toi, je ne connaitrais jamais le bonheur. » resserrant son emprise autour du corps du plus jeune, de nouvelles larmes roulèrent le long de ses joues, remplaçant les anciennes, devenues glaciales. oui cameron savait parfaitement ce que ses paroles voulaient dire. il savait ce que cela allait engendrer. mais... son cœur avait choisi depuis bien longtemps. bien trop longtemps.

j'ai fait au plus proche ce que j'avais fait avant. .__. et bui buarf, long encore..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Im Chul

avatar

troublemaker.
bitches ain't shit but hoes and tricks.

Messages : 34
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : Devenir un homme parfait pour Cameron

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Mer 6 Mar - 20:59

    On s’était souvent moqué de lui, faute d’aimer toujours la même personne depuis sa tendre enfance. On lui avait souvent dit qu’il était ridicule, cul-cul, et qu’il se comportait comme une gamine de 12ans. Qu’un premier amour s’appelait justement ainsi car il en fallait d’autres après. Que maintenant la vingtaine passée, il devait se faire une raison et tourner enfin la page. Mais Im Chul n’avait que faire de ce qu’ils disaient et de ce qu’ils pensaient concernant cet amour qui n’avait jamais connu de doute dans le cœur de notre jeune homme. Car chaque jour il ne cessait de l’aimer un peu plus, car chaque jour son amour devenait de plus en plus solide. Pour lui, ces personnes étaient jalouses, et l’enviaient. Certes, il pouvait passer pour un fou à s’accrocher à cet amour d’enfance, surtout lorsqu’il était séparé de Cameron. Certes, rien ne lui avait garanti à l’époque que s’il retrouvait son aîné, celui-ci l’aimerait toujours. Pourtant, il y avait toujours cru, dur comme fer. Quitte à passer pour un idiot finit. Car le fils Choi était sa raison de vivre. Sans lui, il n’était rien. Il était inutile. Il était incomplet. Alors il se moquait bien d’être traité d’idiot ou autre. Car Cameron était pour lui une princesse. Sa princesse. Dont il était le preux et fidèle chevalier, qui donnerait sa vie sans hésiter pour la sauver, qui ferait absolument tout pour elle. Im Chul voulait être son prince, et il savait qu’au fond du cœur de son aîné, il l’était depuis des années. Oui, il n’avait pas honte de le dire : il croyait à ce grand et éternel amour digne des contes de fées. D’ailleurs, pour vous donner une petite anecdote, il possède de nombreux livres et dvd sur des histoires de princes et princesses. Surement son petit côté féminin ♥

    Alors que ses chaudes larmes dévalaient ses joues pour s’écraser contre l’épaule de l’homme qu’il aimait plus que tout, notre jeune mécanicien l’écoutait attentivement parlé, ne perdant aucune parole du plus âgé. Lorsqu’il eut finit, il se recula un peu et renifla, essuyant avec une grande douceur les joues dodues de Cameron pour effacer ses larmes. « Je te pardonne de tout… Je t’aime trop pour t’en vouloir d’une quelconque chose, même de ça. Alors ne t’inquiète pas, et ne pleures plus mon ange… ». Im Chul vint lui voler un délicieux baiser avant de lui caresser le visage avec toujours cette douceur folle dont il avait le secret : « Tu n’as rien à me promettre voyons ! Tu es déjà parfait Cameron, tu devrais le savoir ! Tu es la plus chose qui m’a été donné… ». Il lui adressa un grand sourire remplit de tendresse et l’embrassa encore une fois. « Et je reste là, avec toi, pour toujours. Jusqu’à ton dernier souffle. Je te le promets mon ange. Je serais toujours là pour te protéger, te chérir, t’aimer. Plus rien ne sous séparera, et qu’importe ce qui arrivera, je serais là. Alors crois en moi, d’accord mon cœur ? ». Il essuya alors ses joues trempées avec son poignet et se mit alors à rire légèrement, reniflant. « Génial, tout mon sexappeal et ma virilité sont parties en fumée, super ! Moi qui m’étais juré de ne jamais pleurer devant toi, c’est fichu… Aish ! La honte ! Il est loin là le super sexy mécanicien torse nu en sueur et avec un peu de cambouis, pas vrai ? ». Son rire résonna dans la pièce, et il sera tout fort son amant dans ses bras musclés, le câlinant comme on le ferait avec un bébé.

    Finalement, Im Chul prit les petites mains de son amant qu’il embrassa, avant de se lever avec lui sans les lâcher. Reculant, il finit par s’asseoir sur le sofa de son aîné, et fit asseoir celui-ci sur ses cuisses, face à lui. Doucement, il écarta les cheveux de Cameron de sur son visage, et glissa sa main dedans. Il avait toujours aimé ce toucher si agréable qu’ils avaient. De ses plus anciens souvenirs, il se voyait déjà en train de les lui caresser. N’était-ce pas trop mignon ? Il lui déposa un tendre baiser sur sa joue. « Tu sais que je t’aime, hein Camie ? Tu es la seule et unique personne à qui je le dit… Même à mes parents je ne le leur dit pas. Tu es le seul qui a droit à ces mots. ». Il lui sourit, un peu charmeur, et vient capturer ses lèvres si délicieuses des siennes, alors que ses mains glissèrent le long des cuisses du plus âgé des deux, remontant à ses petites fesses rondes pour finir par se glisser sous le haut de Cameron. Et ainsi, alors qu’il lui caressait le dos, il lia leurs langues avec cette sensualité folle dont il avait le secret, rendant ce baiser plus chaud. Mon Dieu qu’il aimait sa peau. Elle était si douce, si laiteuse… A vrai dire, à chaque fois qu’il la touchait, il avait l’impression de la redécouvrir, et d’en devenir encore plus fou, plus accro. Au final, le fils Choi était la drogue la plus addictive et la plus puissante du monde. Oui, il n’y avait aucun doute là-dessus. Décollant le plus lentement possible ses lèvres des siennes, Im Chul vint lui susurrer chaudement à l’oreille : « Tu es l’homme de ma vie, Choi Cameron. Je veux que tu le saches. ». Il sourit et se recula pour le regarder, admirant simplement toute la beauté du jeune homme. Il était véritablement un ange. Lentement, ses mains trouvèrent place sur les fesses du plus âgé, les lui caressant tout doucement, alors que le jeune mécanicien alla lui dévorer le cou de baisers et légers suçons. Et d’une voix chaude et très sexy, virile même, il revint susurrer au creux de son oreille : « Ti amo ... vorrei fare l'amore con te ... »*. Et sans attendre sa réponse, il l’embrassa fougueusement, leurs langes se retrouvant pour un baiser des plus passionnés et langoureux, ses mains continuant de caresser ses petites fesses.



* « Je t’aime… Laisses moi te faire l’amour… » en italien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choi Cameron

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 42
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : arrêter de fumer serait bien honnêtement.

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Jeu 7 Mar - 22:51



la confusion. c'était le sentiment qui roulait dans l'esprit du plus âgé. à vrai dire, tout ce qu'il s'était produit aujourd'hui était vraiment bizarre. de ses habitudes à cette soudaine grosse dispute, à ces flots de larmes, à cette réaction, à cette tournure. pourquoi imchul était si gentil, aussi indulgent avec lui ? l'étudiant se posait la question car après tout, il lui avait fait du mal. beaucoup de mal. il l'avait blessé, vexé ; et s'il avait été à sa place, cameron n'aurait pas mis sa main à l'acide d'avoir de tels propos, de l'écouter si attentivement et considérablement. son égo, mais surtout son amour devaient être déçus de lui, et il s'en voulait pour ça. tout était de sa faute. s'il n'avait pas été si indécis, alors cet amour n'aurait pas été en danger. s'il avait continué de croire en leur amour, en leurs promesses, alors, peut être bien que tant de choses ne se seraient pas produites. peut être n'aurait-il pas rencontré shawn, peut être aurait-il osé défier son père et serait rentré au pays du matin calme plus tôt, peut être, aurait-il revécut ce puissant amour qui existait auparavant entre lui et le cadet. tant de suppositions, pour si peu de concret. car inversement, s'il n'avait pas rencontré shawn, alors, que serait-il devenu ? s'il avait défié son père, rien n'assurait que le fils choi soit encore en bonne santé, ni encore rentré en corée, mais enfin, rien ne garantissait qu'en rencontrant son amant plus tôt, les choses auraient été plus belles, plus brillantes, plus fleurissantes. et sa certitude à ce propos fut confirmée avec ce soudain événement. leur amour était puissant, trop puissant. leur désir était fort, tellement fort qu'ils en viendraient à crier et à croire des choses infondées, superficielles dans l'unique but d'exprimer oh combien l'un appartenait à l'autre. rien ne pourrait s'opposer à cet union si brulant, si amoureux. car celui qui tenterait du moins, pourrait bien s'y brûler les ailes. à quoi bon défier le destin, mais surtout kim im chul quand, la réponse est si évidente. manquer à son devoir, essayer, faillir, couterait une vie, d'une manière ou d'une autre. que cela soit en bien, ou en mal. une nouvelle-fois, cette journée l'apprit à cameron. lui s'en sortirait, car kim im chul, son roi, son prince, le possédait, lui et son amour depuis bien trop longtemps pour le laisser filer, pour céder. il s'en sortirait car son camp était déjà tout tracé depuis des années. néanmoins, celui qui s'y brulerait les ailes, celui qui perdrait, celui à qui on arracherait la vie... n'était autre que shawn. celui qui avait osé s’approcher de ce cercle vicieux.

ses bras étaient toujours enroulés autour du corps musculaire du plus jeune, tandis que sa tête reposait contre son épaule. son cadet était trop indulgent. réellement. il aurait voulu lui crier oh combien il devrait le hair, oh combien il aurait eu raison de ne plus l'aimer, de le rejeter et même de le frapper. il n'aurait récolté que ce qu'il avait semé mais pourtant, aucun mot ne sortit de sa bouche. non, aucun. celle-ci resta solidement fermée comme des mots doux glissèrent de la bouche du plus jeune. une perle. cet homme était une perle. il aurait voulu arrêter de pleurer, mais comment pouvait-il ? ces paroles qui étaient précédemment semblables à du poison, à des piques venimeuses s'étaient transformés en paroles si réconfortantes, et tant remplient d'amour, que cameron se frappait mentalement pour n'avoir été qu'un idiot. à ce même moment, imchul vint balayer ses joues rondes légèrement rougeâtres de toutes les larmes qui avaient été versées et prit son visage entre ses mains, le guidant plus près du sien. leurs fronts se touchèrent quelques secondes tandis qu'un léger mais amoureux baiser fut échangé entre les deux amants. « j-je t'aime tellement imchul. » leurs yeux se rencontrèrent pendant ce qu'il semblait être une éternité. une éternité durant laquelle le cadet ne cessait de caresser chaque parcelle de peau de l'ainé et revint lui voler multes baisers, tous plus amoureux et enflammés les uns que les autres. cameron revint cependant enfouir sa tête au creux du cou du plus jeune, les bras nouvellement enroulés autour de sa nuque au même moment que celui-ci se mit à rire. « c'est cute babo... heureusement que je n'aime pas qu'une montagne de muscles. » il lui donna un léger coup à la poitrine, tandis qu'il se redressait et s'assit de nouveau sur ses mollets. la face supérieure de sa main droite vint essuyer l'humidité qu'il restait sur ses joues puis, dans un léger soupir, ses yeux regagnèrent ceux de son amant, toujours luisants à cause des larmes qui avaient été versées. « je me sens tellement ridicule... j'ai pleuré alors que la seule personne qui avait une bonne raison de pleurer ici c'est... toi. » l'ainé amena un de ces index à faire face au visage d'imchul puis essuya délicatement chacun des deux yeux, ceux-ci semblant légèrement gonflés.

sans vraiment s'en rendre compte, cameron fut déposé sur les cuisses du cadet, lui faisant face. à vrai dire, l’étreinte que celui-ci lui avait donné l'avait tellement calmé et adoucit qu'il sentait son esprit divaguer et son corps se relâcher dans les bras de son amant. il aimerait rester là, blottit dans sa chaleur pour toujours, sa tête posée contre sa poitrine, au niveau de son cœur ou sur son épaule, comme il avait tant l'habitude de faire. néanmoins, les douces mains qui dévalèrent petit à petit son corps, le baiser déposé sur sa joue et ces mots susurrés à son oreille le réveillèrent quelque peu. « je sais tout ça bébé. sa main gauche vint caresser son visage lentement, laissant ses yeux suivre le parcours, allant du haut du visage jusque plus bas au niveau de sa poitrine. il l'aimait tellement. mais tellement. cameron se demandait même s'il était possible pour le cadet de l'aimer d'avantage. je suis sûr que non... je t'aime tellement. tellement plus que ce que tu ne pourrais imaginer. » aucun sourire n'ornait son visage, seulement une expression impassible. remplie de sérieux et d'honnêteté. ses yeux brillaient, pétillaient d'amour tandis que sa main continuait de caresser chaque centimètre de sa magnifique peau légèrement bronzée. cameron aimait tellement cette peau qui nuançait si bien avec la sienne. elle lui correspondait parfaitement, à lui et son physique, à son tempérament. il avait ces yeux perçants et sombres qui le faisaient tant frissonner une fois en contact avec les siens. il avait ces grandes mains viriles, et ces longs doigts habilles qui feraient toujours en sorte de lui faire connaitre la douceur et la chaleur en même temps. tout chez kim im chul s'assemblait parfaitement pour créer cet homme irrésistible qu'aimait tant notre étudiant. et chaque seconde il aurait aimé lui dire oh combien personne ne lui arrivait à la cheville. mais, cameron avait pitié de son égo. ♥ « je sais love, je sais. » il le fit taire avec un tout nouveau baiser sur les lèvres puis se retira quelques secondes plus tard, baissant timidement la tête. à ce même moment, les mains si partafites parfaites de son homme revinrent à ses petites fesses rondes qu'il affectionnait tant et lui susurra quelques mots à l'oreille avant de le pousser pour un baiser passionné et langoureux. ai-je rêvé ou... j'ai bien entendu vorrei fare l'amore con te ? l'ainé ne savait pas vraiment. peut être était-ce son cerveau, déjà perdu depuis bien trop longtemps pour même inventer des phrases italiennes de la part de son petit ami. ou.... peut être était-ce réel. dans les deux cas... c'était mignon. il tira alors le cadet par la nuque pour un baiser encore plus profond, plus chauffé, plus amoureux, se battant avec la langue de l'autre pour la domination, sachant bien évidemment que jamais il ne gagnerait à ce jeu même s'il le désirait terriblement. leurs lèvres se séparèrent quelques longues secondes plus tard, laissant place à de doux halètements provenant des deux pour qui l'air commençait sérieusement à manquer. « te quiero amor. » lui chuchota-t-il à l'oreille tout en se dégageant de sa position actuelle. le cadet sous-lui se releva et enroula les jambes de l'ainé autour de sa taille, tandis qu'ils firent leur chemin jusqu'au lit de celui-ci et se laissèrent retomber contre la surface du matelas. ils s'embrassèrent de nouveau comme l'un l'autre se dépouillèrent de leurs vêtements et s'en allèrent pour une longue après midi.

la circulation était bruyante. trop bruyante. tellement bruyante que cela réveilla cameron de son long et profond sommeil. l'ainé se tortilla légèrement à la fraicheur qui vint frapper sa peau exposée à l'air libre. il cligna faiblement des yeux quelques fois avant de poser son regard sur la personne étendue à côté de lui. aish. il était magnifique. néanmoins, un nouveau courant d'air vint le faire frissonner et ce n'est qu'à ce moment là que ses yeux se baissèrent. « j'avais presque oublié. » sa voix sonnait rauque et cassée due à tout l'exercice que lui et son amant avaient fait durant de bonnes heures, mais le plus important était tout de même qu'il ne portait rien du tout, restant nu et exposé au vilain frais. il se retourna alors vers imchul et vint se blottir dans ses bras pour gagner en chaleur. entre temps, l'ainé avait pu voir l'heure sur son horloge, et, il pouvait dire qu'il était 21h50. cameron était bien parti pour replonger dans un profond sommeil mais il pouvait sentir l'autre homme bouger. lorsqu'il leva la tête, son regard se trouva mêlé à celui de l'autre et un mince sourire vint se glisser sur ses lèvres. « hey love. » il déposa un léger baiser sur ses lèvres tandis qu'il se mit à grimacer légèrement. « waw, t'as été rugueux bébé... mon ventre t'insulte de tous les noms présentement. » une légère moue arpenta son visage alors qu'il caressait son propre ventre pour essayer de le décontracter.

well, si la longueur te va pas, fuck u t(èét).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Im Chul

avatar

troublemaker.
bitches ain't shit but hoes and tricks.

Messages : 34
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : Devenir un homme parfait pour Cameron

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Ven 8 Mar - 15:09

    Il avait beau réfléchir, il ne trouvait pas de défauts à son aîné. Non, il aimait tout chez Cameron. Vraiment tout. Même ses défauts faisaient parmi de son charme indéniable. Ses petites mains si mignonnes qu’il aimant tant serrer dans les siennes, sa peau laiteuse si douce et parfaite qu’il aimait tant toucher, ses fins et presque invisibles yeux qui avaient ce don de le faire frissonner, son corps frêle et peu viril qui le rendait totalement fou, sa voix si particulière qu’il pourrait écouter pendant des heures, son parfum si délectable qu’il pourrait reconnaître entre tous, et encore tant de choses dans son physique. Sa douceur à faire craquer n’importe quel cœur de pierre, sa timidité qui le rendait encore plus craquant qu’il ne l’était déjà, son côté boudeur qui donnait encore plus envie de le câliner qu’autre chose, sa possessivité prouvant tout l’amour et l’affection qu’il portait aux autres, son côté petit prince qui vous transformait en fidèle serviteur faute de ne pouvoir lui résister, bref. Im Chul était fou de lui, et un petit rien le faisait craquer. A ses yeux, le fils Choi était la 8ème Merveille du Monde, et sans conteste la plus formidable et la plus sublime. Il était son bébé, sa princesse, son Roi, son mari, son Dieu, sa religion. Tout ce que vous voudrez. Et notre jeune mécanicien savait pertinemment qu’il était son âme sœur. En Asie, il y a une vieille légende racontant qu’à l’origine, chaque personne est liée à son âme sœur et que Bouddhas les a séparées et placées en des lieux différents pour que le but de leur existence soit de retrouver cette moitié. Et Im Chul l’avait trouvé dès son plus âgé : nul doute là-dessus, c’était bel et bien Cameron. Il se voyait vieillit à ses côtés, dans une belle maison chaleureuse, avec des animaux comme son amant les aimait tant, des enfants aimant qui n’auraient aucune honte à avoir été élevés par un couple homosexuel. Il voulait mourir heureux auprès de son aîné. Et pour cela, il braverait n’importe quel obstacle qu’il soit, il défierait quiconque oserait se mettre au travers de leur chemin. Il ne voulait pas cacher son amour pour le plus âgé, il voulait assumer pleinement, se promener main dans la main avec lui sans se soucier des regards sur eux, l’embrasser avec tout l’amour qu’il ressentait en se moquant royalement des spectateurs outrés, lui dire ô combien il l’aimait sans avoir peur qu’on l’entende et qu’on les montre du doigt. Son homosexualité, il l’assumait depuis toujours. Maintenant, ce qu’il voulait, c’était montrer au monde entier qu’il appartenait pour toujours à Cameron, et que celui-ci lui appartenait de la même manière.

    Alors qu’il continuait ses délicieuses caresses sur ce fessier qu’il aimait tant, le jeune homme écouta son amant parler, buvant chacune de ses paroles. Il ferma les yeux au contact de sa petite main sur son visage et sur son torse, un long frisson remontant au même moment le long de son échine, aimant tant lorsque son aîné le touchait, car il le faisait avec la même douceur et délicatesse que s’il était la chose la plus fragile au monde. Et ça le touchait. « Moi aussi, tu sais, je t’aime bien plus que tu ne peux le penser. Je pourrais te le dire chaque minute qui passe mais j’aurais peur de t’en lasser à force, j’aurai peur que ces mots sonnent moins purs et sincères. ». Im Chul sourit et prolongea avec grand plaisir son petit baiser, le serrant un peu plus contre lui. Et lorsqu’il lui prononça cette phrase en italien qu’il avait passé du temps à apprendre et bien articuler, la réaction de Cameron fut rapide, ce qu’il plut énormément à notre mécanicien : il avait bien fait de lui réserver cette petite surprise dit donc. Un chaud et terriblement passionné baiser commença alors, tandis que leurs langues se cherchaient, se liaient, dansaient. Le corps entier du fils Kim se mit à frissonner, le sang dans ses veines se mettant à chauffer grandement, l’excitation se formant en lui. Et puis, au « Te quiero amor » de Cameron, il ne put résister davantage. Lui faisant entourer la taille de ses jambes, il le sera dans ses bras en mode koala et se leva, se dirigea vers la chambre de son aîné tout en lui dévorer le cou de baisers, légères morsures et petits suçons. Et tout le déposant délicatement sur le lit et le déshabillait, il priait que leurs voisins ne soient pas là. Pourquoi ? Tout simplement car il ne comptait pas se retenir et faire crier son amant comme jamais. Il voulait lui faire l’amour comme jamais il ne le lui avait fait. Avec amour et bestialité. Avec douceur et fougue. Au pire, tant pi pour eux, ils auront droit à l’audio de deux amoureux fous se montrant leurs sentiments sans pudeur ♥

    Une véritable marmotte. Lorsqu’Im Chul dormait, il était bien dur de le réveiller. Il avait un sommeil des plus profonds, et n’aimait pas se faire réveiller ou bien devoir se lever trop tôt. Et là-dessus, son métier lui allait parfaitement, car il ne travaillait que l’après-midi. Bref, tout cela pour dire qu’il était affalé dans le lit de son amoureux, nu comme un ver, dormant paisiblement avec une séance de sexe des plus… délicieuses ♥ Pourtant, en sentant ce corps qu’il connaissait à la perfection venir se blottir tout contre lui, il ne put faire autrement que l’enlacer de ses bras musclés et le regarder avec un regard encore un peu brumeux mais terriblement amoureux. « Re coucou toi ♥ Bien dormit ? ». Il sourit avec tendresse à Cameron, et la remarque de celui-ci ne fit qu’amplifier ce sourire. Allongeant délicatement son aîné sur le matelas, il mit la grosse couette sur eux pour ne pas qu’ils attrapent froid. Et venant lui caresser son ventre toujours avec cette même douceur, le jeune mécanicien prit une voix sérieuse. « YAH ! Que ce soit Kim YuHae ou Kim TaeJun, soit sage avec le bidou de ta eomma, d’accord ?! Namého. ». Il se retint de rire, fier de sa réflexion, et vint couvrir le ventre de l’homme de sa vie de baisers. Pourquoi avait-il utilisé ces prénoms ? Tout simplement car c’étaient ceux qu’ils avaient choisi s’ils devaient avoir des enfants ensemble, lors de la discussion très sérieuse qu’ils avaient eu juste après leur première fois, il y avait maintenant déjà 8 ans de cela. Cameron s’en souvenait-il lui aussi ? Il était persuadé que oui. Alors qu’il avait la joue posée sur le ventre de l’homme de sa vie, une idée lui vint à l’esprit. Se redressant subitement, il vola un baiser plein d’amour à son aîné et quitta le lit. « Attends-moi ici chaton, je reviens ! ». Il enfila son boxer et quitta la chambre rapidement, allant chercher les clés de son appartement dans la poche de sa veste. Il sortit de celui du fils Choi et entra discrètement dans le sien, allant chercher quelque chose dans le tiroir de sa table de chevet. Puis, il revint comme si de rien n’était, une main dans le dos et un sourire niais au visage. Il invita son aîné à s’asseoir sur le rebord du lit, et il lui caressa la joue, lui revolant un énième baiser. Puis, alors que sa main glissait le long du bras de Cameron pour finalement lui prend la sienne, il posa un genou au sol, son cœur se mettant à frapper violemment dans sa poitrine, le rouge lui montant aux joues, son autre main toujours dans le dos. Et prenant une grande respiration, il plongea son regard dans le sien, caressant le dos de sa main de son pouce. « Je l’ai acheté le lendemain même de notre première fois, mais… j’ai toujours été trop timide pour te l’offrir. Puis, tu es partit… Mais maintenant que tu es là, de nouveau à moi, plus rien ne m’empêche de te l’offrir. ». Il lui lâcha la main et lui présenta alors un petit écrin en velours noir, très simple mais beau. Et tout en se pinçant les lèvres, il l’ouvrit pour faire apparaître deux magnifiques alliances en or blanc, avec gravé à l’intérieur « love since 09.08.05 ». « Je… Choi Cameron, aurais-je l’immense honneur de vous présenter comme étant mon mari à partir de ce jour ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choi Cameron

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 42
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : arrêter de fumer serait bien honnêtement.

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Ven 8 Mar - 22:54



à l'intérieur de chacun d'entre nous existe probablement quelque part cet endroit qui, dès que quelque chose nous tient à cœur, nous pousse plus loin, nous pousse à nous accrocher, à mener une cause, ou à en protéger une. c'est une base humaine simple, de morale, et d'un naturel sans mesure. pourtant tout cela reste si complexe à l’œil humain, car peu importe si cela nous plais ou non, agisse en bien ou en mal, tout le monde sur cette planète soutient une cause. parfois, ce soutient, cet amour, peut se transformer en vrai combat, en combat d'une vie, en combat d'un temps. ce qui est sûr, c'est que certains combats marquent les esprits, ou ont des conséquences, pouvant aller des plus superficielles aux plus profondes, aux plus ancrées. le parfait exemple, tout le monde le connait. il a fait trembler le monde pendant des années et des années, remué des continents, des pays, poussé des amis à se monter les uns contre les autres, pour défendre une cause, un partie pour lequel la plupart n'y portait aucun intérêt mais seulement le profit. gagner plus de territoire, plus de richesse, de pouvoir. mais à la base, cette terrible cause soutenue fut l'extermination des juifs par hadolf hitler. rien de plus. et qu'il ait agit en bien ou en mal, cet homme a soutenu sa cause, faisant tomber son pays dans un gouffre profond submergé de douleur et de peur, mais pas que. c'est plus de la moitié du monde qui tomba avec lui. chacun avait un camp, chacun avait sa propre cause, et chacun avait sa manière de le montrer. violemment, ou plus délicatement. tout dépend de la personne, de l'ampleur de la cause. et cameron n'échappait pas à ce parfait caractéristique humain. pendant des années, il a soutenu ses idées, ses croyances, ne désirant pas entendre autre chose que cela. parce qu'il avait mis du temps à se bâtir des bases, des connaissances, que tout détruire l'aurait chamboulé, désorienté. et si vous n'avez pas encore deviné ce que le jeune étudiant a soutenu pendant des années et bien, cela n'est autre que sa sexualité. je ne vous apprends rien. monsieur choi, son père, n'a jamais rien voulu entendre, pas une explication, pas un argument, pas même une maigre raison d'écouter son fils parler. celui-ci devait être comme les autres, devait épouser une bien belle jeune fille, succéder à son piédestal et lui faire de petits enfants qui seraient capables de faire perdurer sa lignée pendant quelques siècles encore. que son fils ne soit pas heureux ? choi s'en fichait. après tout, il n'a jamais réellement remarqué lorsque son fils allait mal, lorsque celui-ci séchait les cours pour aller voir le peu d'amis qu'il possedait ou encore mieux, se blessait physiquement et moralement. tout ce qu'il voyait, ce fut ses résultats scolaire, et son avancée sexuelle, s'il avait trouvé une fille, et s'ils avaient couchés. sinon, rien ne l’intéressait. cameron avait pourtant essayé, d'être gentil, docile, parfait aux yeux de son père pour que celui-ci soit un minimum indulgent avec lui et le laisse faire ce qu'il veut de sa vie et avec qui il le voulait. mais non. cameron continuait de recevoir des jeunes filles à la maison, qui lui promettraient leur avenir une fois l'âge légal atteint. et chaque soir, après avoir refusé humblement d'épouser qui que ce soit de cette manière, il recevrait les coups violents de son père, lui répétant que non jamais il ne reverrait ce sale kim. ce sale gamin qu'il aimait tant. c'est ce qu'il pensait du moins. car chacun soutient une cause, la fait vivre, la maintient, d'une manière ou d'une autre. et c'est exactement ce que cameron fit. il continua de faire briller son amour pour imchul, le gardant toujours vivant au plus profond de son âme. car il était la seule personne qui méritait, et qui obtiendrait son amour.

en parlant d'amour, rien n'aurait été plus clair que ce qu'ils avaient fait cet après-midi là. ils savaient, la plus grosse majorité de temps, qu'une mauvaise dispute finirait par s'en suivre par de petites - grosses - galipettes au lit. car malgré tout ce que le sexe peut également transmettre comme signification, la première reste une manière d'exprimer son amour, ses sentiments à l'autre. et c'est ce qu'ils avaient fait pendant ce large temps. ils avaient profité l'un de l'autre, s'étaient susurré des mots doux et amoureux tandis que leurs corps faisaient le reste. transmettaient la passion, le désir et l'envie à travers une cession sexe plutôt à caractère bestiale et violent, mais pas pour autant dénigrée d'amour. bien au contraire, chaque poussée aurait fait gagner un ou plusieurs cri, gémissement de l'ainé, mais à chaque seconde qui les précédaient, il y aurait les douces mains du cadet qui serraient là à le caresser, tandis que de tendres et chauds baisers seraient déposés contre ses lèvres, lui rappelant oh combien imchul l'aimait. cette passion mêlée à autant de douceur avaient beaucoup plus de significations que de simples mots pour cameron, car les mots peuvent mentir, tandis qu'un corps ne le peut. « j'aurais mieux dormi si on s'était glissé sous les couvertures... on se les gèle ici. » cameron enroula fermement ses bras autour de son propre corps pâle puis avec l'aide de ses deux mains, frotta contre sa peau pour gagner en chaleur. il ne faisait que râler depuis cinq bonnes minutes, il en était conscient. d'abord le froid, puis son ventre, quelque chose arriverait pour sûr après, mais le cadet était plus ou moins habitué avec les années. lorsque celui-ci se pencha et prit le soin d'embrasser, caresser son ventre l'ainé arqua un sourcil. ce que son homme pouvait être taquin parfois. s'il n'était pas épuisé comme l'enfer et son corps totalement engourdi, l'ainé lui aurait très certainement couru après à travers tout l'appartement pour venir l'étrangler. « yah, devrais-je rappeler à kim junior que c'est premièrement de sa faute ? junior a été trop gourmand. il devrait être punis. » une moue ornait son visage tandis que sa main se baladait sur son ventre. en réalité, la sensation était étrange et assez désagréable. cameron n'était même pas sûr si c'était la faute de la rugosité de son petit ami ou un tout autre problème. peut être suis-je enceinte olé ~ non... vraiment non, mais l'étudiant verrait bien vite si la faute venait de son mâle sexy ou de son bide colérique. se redressant quelque peu sur ses coudes, il gémit légèrement à la contraction des muscles qu'il ressentait en bas du dos. à vrai dire, cela faisait quelques temps qu'ils n'avaient pas couchés. car du mieux que cameron le pouvait, il essayait de coucher le moins souvent possible avec le jeune mécanicien, voir quasiment jamais à cause de sa relation avec shawn. ce qui était tout à fait normal. c'est pourquoi, ce retour à la source allait être fort amusant pour choi qui n'avait plus du tout d'activité sexuelle - par ici ~ - depuis un temps conséquent. une fois qu'il s'était retrouvé redressé, imchul le fit patienter ici quelques minutes tandis qu'il passerait vite fait à son appartement. ce temps libre lui servit à maudire verbalement toute la douleur que son corps vivait mais également à arpenter les alentours à la recherche de ses animaux domestiques. ils n'avaient pas eu leur repas du soir. c'était un crime. ses yeux ne vinrent aucune trace d'opium ni de mohani. c'était bizarre. ce n'est que lorsqu'il appela l'un des deux petits qu'ils galopèrent en fête dans la chambre jusqu'à son lit qu'ils s’empressèrent de grimper. ils partagèrent un vif moment de caresse et de câlins avant que son homme ne regagna l'appartement, ce sourire niais aux lèvres. waw, whats going on.

« je l’ai acheté le lendemain même de notre première fois, mais… j’ai toujours été trop timide pour te l’offrir. puis, tu es partit… mais maintenant que tu es là, de nouveau à moi, plus rien ne m’empêche de te l’offrir. » ... était-il sérieux ?! réellement ? l'ainé ne pouvait dire. son cerveau n'était plus capable de fonctionner correctement. il restait seulement là, assit au bord du lit, les vieux yeux grandement ouverts ( je te laisse le mot fail pour la beauté de l'image ) avec ce même visage impassible. son être était choqué. car après tout, combien de fois avaient-ils parlé de se marier, créer une famille, voyager ensemble autour du monde au nom de leur amour ? souvent. très souvent. c'était devenu un rêve pour cameron que de se marier avec le cadet, adopter un petit garçon ou une petite fille qu'ils appelleraient taejun ou yuhae, visiter certains continents qu'ils admiraient tous les deux. mais ce qui lui plaisait le plus à l'idée, c'était d'être aux côtés de l'homme qu'il aimait jusqu'à ce que la mort les séparent. ou du moins, il espérerait que ce soit la raison. « je… choi cameron, aurais-je l’immense honneur de vous présenter comme étant mon mari à partir de ce jour ? » l'homme qui lui faisait face n'eut pas vraiment le temps d’appréhender une quelconque réponse car, l'ainé se jeta sur lui, enroulant ses bras autour de son cou et riant de bonheur dans son épaule. il resta là quelques bonnes minutes toujours à rire incontrôlablement tandis que son corps tremblait légèrement sous les doigts de l'autre homme. finalement, il se retira et vint lui faire face, avec ce grand sourire pétillant et ces grands yeux brillants de bonheur qui parlaient pour lui même. « évidement que je veux. omg omg omg. » il ne put s'empêcher de gigoter les bras, tel le grand enfant qu'il était. rien n'aurait pu rendre sa journée plus belle. rien. même son ventre avait à peu près cessé ses caprices. à peu près car, oui, la douleur provenait bien du junior de son amant puisque ses muscles étaient tendus comme l'enfer, mais, cameron ne se souciait pas. « je t'aime je t'aime je t'aime. » replongeant dans le cou de l'autre sans vraiment prendre en considération l'état actuel de son corps, celui-ci se raidit lorsqu'un angle trop ténébreux fut engagé. cela fit gémir bruyamment l'ainé. « mm, bébééé, masse-moii, je me casse tout présentement par ta faute, tu me dois au moins çaa. » il lui fit une moue des plus adorables alors qu'il revint aussitôt s'asseoir sur ses mollets et tendit néanmoins la main gracieusement, attendant son amant pour lui glisser l'anneau. ( j'ai pensé au seigneur des anneaux, fml ).

mes longueurs vous dit t(èét).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Im Chul

avatar

troublemaker.
bitches ain't shit but hoes and tricks.

Messages : 34
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : Devenir un homme parfait pour Cameron

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Sam 9 Mar - 22:59

    09.08.05. Ce magnifique jour qu’est le 9 Août 2005. A vrai dire, la gravure dans leurs alliances était fausse dans le sens que non, leur amour n’avait pas débuté ce jour-là. Alors pourquoi l’avait-il choisit ? Car c’était la date de leur première fois. D’ailleurs, en Europe, c’est le jour de la saint amour. S’ils savaient cela, nous somme sûr que ce détail embelliraient encore plus l’image sublime et précieuse de cette journée si importante pour eux. Enfin bref. Ce qu’Im Chul avait voulu exprimé avec ce « love since 09.08.05 » c’était la concrétisation, la preuve de leur amour éternel. Si certain ne se souvenait plus du jour ou même du visage de leur première fois, notre jeune mécanicien lui ne pourrait jamais l’oublier. Sans cesse cette nuit-là se répétait dans son esprit, et pour lui c’était comme si cela c’était passé la veille. Il avait encore de terribles frissons qui lui parcouraient le corps lorsqu’il revoyait le visage de Cameron rougit et éprit par le désir, il avait encore le sang qui bouillonnait dans ses veines en se souvenant de cette sensation si particulière mais délicieuse qui s’empara de lui lorsqu’il pénétra pour la première fois son aîné, il avait encore ce sourire immense et remplit de bonheur lorsqu’il entendait le si timide mais sincère je t’aime Chullie » qu’avait prononcé le plus âgé juste après cet instant de pur et intense plaisir. D’ailleurs, étrangement, dès qu’ils faisaient l’amour, le fils Kim sentait toujours au fond de lui cette même sensation que lors de leur première fois. Un mélange assez complexe : une envie puissante d’être le plus parfait possible, une peur de lui faire mal d’une quelconque façon, mais surtout un amour ardent et sans limite. Et finalement, une seconde date risquait fort probablement de devenir toute aussi importante dans la vie de notre jeune homme. Car en effet, si Cameron acceptait sa demande en mariage, alors cette nouvelle journée s’encrerait profondément et pour toujours da sa vie. Dans leur vie.

    En parlant de cela, Im Chul était toujours là, un genou au sol, et les bras tendu pour présenter les alliances en or blanc dans le petit écrin de velours noir. Il stressait. Mon dieu qu’il stressait. Oh, non pas qu’il doutait des sentiments de son aîné, loin de là. Mais il ne voulait pas le pressé, le prendre de court, le priver de liberté. Après tout, c’était un rêve d’enfants que de se marier ensemble, peut être que maintenant, avec ses vingt-trois ans, il était moins rêveur, et ne s’imaginait pas encore passé devant le prêtre. Aish. Il détestait avoir cette boule si douloureuse dans le ventre. Mais pour son plus grand soulagement, la réponse arriva bien rapidement. En effet, sans avoir le temps de dire quelque chose, il se retrouva avec Cameron dans les bras, riant aux éclats pour une raison qu’il ne connaissait pas. Etait-il ridicule avec cette proposition un peu… vieux jeu ? Sans attendre, le mécanicien se mit à le câliner avec toute la tendresse donc il était capable, lui caressant le dos de sa main libre. Alors, c’était un oui ? Il le laissa se reculer, et en voyait ce bonheur qu’affichait son aîné, sans aucune pudeur, il comprit, ses mots étant même inutiles tellement la réponse se lisait sur le visage magnifique de son amoureux. Un doux rire quitta les lèvres d’Im Chul en voyant la réaction si mignonne de son aîné. Dieu qu’il était adorable. Il l’accueillit de nouveau dans ses bras et le serra tout contre lui, lui déposant un baiser sur la tempe. « Moi aussi je t’aime mon ange, plus que tout au monde ♥ ». Entendant alors son gémissement de douleur et sa remarque, il lui adressa une moue désolée. « Excuses moi bébé… Junior a vraiment été méchant ! Je vais te masser, promis ! ». Et voyant sa main tendu, il posa l’écrin au sol et la lui prit délicatement dans la sienne. Il y déposa un doux baiser le dos et prenant l’alliance réservée à Cameron, il la lui passa lentement à l’annulaire, pour bien prendre le temps de graver cet instant dans sa mémoire. Puis une fois celle-ci liée pour toujours –il l’espérait- au doigt de son amant, Im Chul laissa celui-ci lui faire de même. Et voilà. Ils étaient maintenant mariés, il ne restait plus qu’à passer devant le prêtre. Un soupire de bonheur quitta ses lèvres, alors qu’il assit avec soin le plus âgé sur le rebord du lit. Il lui vola un baiser et se leva : « Il ne faut pas que tu attrapes froid ! Je suis un mari attentionné vois-tu ! ». Il rit un peu et lui ré enfila son boxer, avant de lui mettre son propre t-shirt. « Comme ça tu dormiras dans mes bras et bercé par mon parfum hehe ♥ ». Puis, il les installa tous deux dans le lit, remontant bien la grosse couette sur eux deux. Il le fit s’allonger sur son corps musclé, et tout en l’embrassant, il passa ses mains sous son propre chandail porté par le fils Choi pour se mettre à lui masser le creux des reins, voulant le détendre et lui apaiser sa douleur. Io le laissa blottir son visage après le baiser dans son cou, continuant un moment son petit massage fait avec amour. D’ailleurs, face à ce silence, il s’arrêta pour écouter la respiration de son amant. Il s’était endormit. Moooh, ce petit chou. Trop craquant. Après un dernier baiser le front, Im Chul ferma les yeux, et finit par se laisser emporter lui aussi dans le merveilleux monde des songes et des rêves.

    Un miaulement et une petite queue caressant son visage le fit sortir des bras de Morphée. Grognant légèrement, il se frotta les yeux d’une main et fixa le chaton qui lui léchait le visage. « Yaaaaaaah. B’jour à toi aussi Opium ! ». Il caressa la petite boule de poils qui finalement descendit du lit. Tournant la tête, il vit son amant en boule à ses côtés. Un véritable petit ange. Délicatement, sans le réveiller, le jeune homme vint voler un tendre baiser à Cameron avant de quitte le lit le plus discrètement possible. Sans faire de bruit, il alla nourrir les deux petits animaux chouchous de sa moitié, avant de prendre son téléphone portable et de commander le petit déjeuner à une délicieuse et réputée boulangerie de leur quartier. Connaissant bien le côté gros dormeur de son amoureux, Im Chul en profita pour préparer un beau plateau, avec jus d’oranges pressées par ses soins, du café chaud, lait, le tout rejoint rapidement par des pâtisseries en tout genre (croissant, éclair, religieuse et autres) et une rose que le livreur de la boulangerie lui apporta. Une fois le tout bien mit en place sur le plateau, il l’amena en faisant bien attention dans la chambre, le posant sur la table basse de son côté qui était entièrement libre. Puis, il se recoucha comme si de rien n’était, laissant l’odeur des viennoiseries et du café titiller les narines du plus âgé des deux, alors qu’il le reprenait délicatement dans ses bras sans le réveiller, glissant une main dans ses cheveux si doux et soyeux. Tout cela était digne d’une belle nuit de noces, et il espérait réellement faire plaisir à Cameron par cette petite attention très charmante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choi Cameron

avatar

loveseeker.
cherry cola through my veins.

Messages : 42
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : arrêter de fumer serait bien honnêtement.

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Mar 12 Mar - 22:22



la mémoire humaine est capable d'enregistrer tellement de choses dans une vie. tous les bons moments, comme les plus mauvais, les éléments qu'on désirerait garder, comme ceux qu'au contraire on aimerait jeter au loin et brûler à petit feu. nous en avons toute une. une plus ou moins efficace suivant les personnes, suivant les cas. si certains ne possèdent qu'une petite mémoire capable de ne retenir que le stricte nécessaire et broie petit à petit le reste avec les années, ce n'est pas le cas du fils choi. sa mémoire a toujours rayonné comme il le prouvait si bien lors de ses examens, se rappelant du plus infime détail. évidemment, une telle capacité ne vient pas seule. on pourrait ne pas y croire mais pourtant, une mémoire s'entretient, une mémoire se développe, s'affine. on ne peut pas retenir le contenu d'un magasine de trente pages sans s'y mettre en condition. y arriveriez vous ? non, probablement pas. car l'être trumain humain évolue sans arrêt, même lorsque celui-ci pense avoir atteint sa dernière phase de mutation. il faut s'entretenir, se maintenir en forme. c'est comme avec l'alimentation. on relâche, on prend. et ce, cameron l'a bien vite apprit, ce qui le poussa bien vite à entretenir ses méninges, développer sa mémoire par divers exercices qu'il faisait sur des cahiers, mais également en écoutant certains télégrammes. sa mémoire est surtout auditive, ce qui fait qu'en rejouant ce qui a était dit quelques fois dans sa tête suffit amplement. l'intérêt vous allez me dire ? avoir l'avantage de pouvoir garder en mémoire des souvenirs magnifiques, inoubliables. s'il y a bien une chose dont le jeune étudiant aurait peur, c'est de tout oublier. de ne plus savoir son passer, son présent, de ne plus se reconnaitre lui ou son entourage. s'il devait avoir un accident assez grave pour le faire oublier tout ça, et s'il pouvait encore penser avec son ancienne tête, alors il mettrait fin à sa vie à coup sûr. même si imchul et shawn seraient là pour le lui rappeler, jamais il ne tolérerait d'oublier toutes les merveilleuses choses qu'il aura vécut à leurs côtés. mais particulièrement dans un cas précis : son amour pour imchul. comment pourrait-il se résoudre à oublier toutes ces fois où, petits, ils se dorlotaient mutuellement devant leurs dessins animés ? comment pourrait-il oublier ces nombreuses fois où ils s'étaient promis de se marier et de fonder une famille ? mais pire encore. il aurait à oublier sa première fois et cette nouvelle date, le jour de leur mariage. et il ne voulait pas. il ne voulait pas perdre cette sensation d'avoir les douces mains du cadet le caressant avec tendresse et amour qu'il ressentait depuis ce fameux jour de mois d'août. il ne voulait pas oublier ce visage suant, remplis de désire et de plaisir lorsqu'ils avaient fait pour la première fois l'amour passionnellement. même si ce doux mélange de plaisir et de tendresse étaient mêlés à une once de douleur, il ne voulait pas oublier. car cette première fois représentait bien plus qu'une première baise. cela représentait leur union, leur fidélité, leur concrétisation. et aujourd'hui encore, il ne voudrait pas oublier, même ces larmes roulant sur le visage du plus jeune. car après tout, chaque souvenir est précieux d'une certaine manière, qu'on le pense ou pas.

et présentement, ce moment fut bien plus que précieux. cameron avait attendu ce moment depuis tellement longtemps, qu'il pensait que jamais il n'arriverait. son départ pour les états-unis n'y aidant pas par ailleurs puisqu'il n'imaginait absolument pas revoir imchul. c'est pourquoi rien ne put calmer son excitement face à la demande adorable de son amant. c'est vrai, voir ce rouge et tout ce stress sur son visage l'avait en partie fait rire car après tout, c'était bien lui le plus timide des deux et celui qui était toujours le plus embarrassé. l'étudiant ne s'en plaignait pas pour autant. son statut de « cutie » dans le couple lui allait parfaitement. qu'il ne soit pas viril ou pas masculin du tout ne le dérangeait guère puisque cela plaisait au jeune mécanicien et pouvait même aller jusqu'à l'exciter. quoi. après tout imchul était bien un homme hein. un bisexuel. si les deux sexes peuvent l'attirer, alors un mélange des deux peut tout aussi bien. d'ailleurs, on pourrait ressortir plein d'archives qui le prouverait. imchul aimait lorsqu'il portait son petit tablier rose, aimait lorsque cameron était audacieux et je vise par-là ces rares fois où l'ainé aurait osé porter des talons, une belle robe et des bas pour son mâle sexy, mais il existe tant d'autres exemples en poche. l'ainé, en entendant la promesse de l'autre de le masser plus tard, ne tarda pas à afficher un autre de ses sourires resplendissant. « junior va devoir être plus calme la prochaine fois. » une moue vint à ses lèvres tandis qu'il aurait aimé ajouter quelques mots comme pourtant c'était très bien comme ça roh ou junior a été très performant, c'était cool, mais il fut vrai qu'une fois le ménage fait, la chanson n'était pas la même lorsqu'il était donné de se lever et de marcher confortablement. l'étudiant allait garder ça en tête. levant les jambes légèrement pour faciliter le tissus des boxers à revenir à son endroit d'origine, cameron ne put s'empêcher de sourire presque comme un imbécile. son homme était adorable. vraiment. et lorsque le cadet sortit un de ses longs t-shirts pour le lui enfiler, un moh lui échappa des lèvres. « boui ♥. » il baissa la tête pour voir jusqu'où à peu près s'arrêtait la longueur du vêtement et fut heureux d'apprendre que celui-ci lui arrivait à la mi-cuisse. il releva une nouvelle fois la tête, celle-ci fabuleusement ornée d'un eye smile adorable. « merci beaucoup. ♥ » cameron vint alors se nicher contre le torse tonique du mécanicien lorsque celui-ci s'allongea de nouveau sur le lit, les couvrant cette fois-ci du froid. les battements du cœur de l'autre et ses délicates mains travaillant en bas de ses reins ne l'aidèrent pas vraiment à lutter contre la fatigue qui s’empara petit à petit et l'emmena au pays des rêves sans même avoir eu le temps de dire à son homme bonne nuit ou un quelconque je t'aime.

était-ce le poids du corps du cadet qui revint se poser contre le matelas qui le réveilla de son long et profond sommeil ? bonne question. cameron ne savait pas pourquoi soudainement ses yeux se mirent à s'ouvrir, fixant aléatoirement et videment les draps sous lui. s'ils s'étaient ouverts, son esprit cependant n'était pas encore connecté à la réalité. pour lui il était encore endormi et ce n'est que lorsque le plus jeune l'appela que son corps réagit et se réveilla avec un léger sursaut. cameron fut accueillit par le sourire et le baiser du jeune mécanicien encore allongé à côté de lui, mais quelque chose d'autre attira son attention. il n'était pas vraiment sûr si c'était sa gourmandise qui lui jouait des tours ou si c'était la réalité mais il pensait sentir l'odeur des croissants qu'il payait chaque matin avant d'aller à ses cours. son corps endormit se redressa difficilement et bancalement comme il glissa ses doigts dans ses cheveux encore tout ébouriffés. « qu'est-ce que ça sent bébé ? » sa voix sonna rauque et encore toute engourdie du long sommeil et de l'activité précédente d'hier. ses doigts vint frotter légèrement ses yeux pour que ceux-ci s'adaptent à la luminosité agressive de la pièce. après quelques secondes, il se demanda si ce n'était pas l'odeur qui était entièrement imprimée dans le t-shirt de son époux. mais, pourquoi sentirait-il le croissant plutôt que son odeur corporel ? ça, seule la science pourrait le dire. cameron se mit ensuite à quatre pattes pour aller déposer un léger baiser sur les lèvres de l'autre. lorsqu'il rouvrit les yeux après s'être retiré, il aperçut plus loin derrière le dos d'imchul quelque chose qui fumait. sa tête se pencha alors pour un meilleur angle et c'est ainsi qu'il réalisa. « ooooh me dit pas que - » son corps le fit trainer jusque sur les genoux de l'autre homme. d'ici il put alors voir tout le beau repas qu'il l'attendait et sans plus attendre, il se pencha une nouvelle fois pour rencontrer les délicieuses lèvres du mécanicien. « daaaw c'est trop chou. ♥ » sans perdre une minute, il se leva précipitamment, prit le plateau dans ses mains puis se dirigea vers le comptoir de l'appartement où il comptait bien reprendre ses forces. son popotin se posa sur son tabouret habituel qui fit ressortir par la même occasion ses petites fesses toutes bombées. ♥

lorsqu'il termina enfin tout le délicieux plateau repas que son amant avait préparé, un soupire s'extirpa de ses lèvres. il avait bien mangé, oh oui vraiment. même trop. si présentement il devait courir après mohani pour avoir laissé échapper sa laisse, il irait très certainement s'écraser comme une larve sur le bitume. ses mains glissèrent alors de long et en large sur son ventre rond et bien remplit tandis que ses yeux se relevèrent pour rencontrer ceux qui lui faisaient face. un sourire timide vint alors se glisser sur ses lèvres tandis qu'il jouait avec les coutures de son t-shirt, encore endormit pour faire grand chose d'autre. ses bras s'étirèrent donc pour détendre ses muscles encore engourdis et balaya par la même occasion du regard l'appartement. « tellement de choses à faire... dis, tu m'aideras à changer les draps bébé ? tout seul c'est nul. » une nouvelle fois une moue adorable s'afficha sur son visage tandis qu'il prit à deux mains le col du t-shirt et vint déposer l'ouverture à ses lèvres, mordant le sommet du vêtement. durant le processus, l'odeur du plus jeune vint à ses narines et cameron ne put s'empêcher d'inhaler son doux et agréable parfum et de l'exhaler après. ce qu'il sentait bon. vraiment. rien ne pourrait le séparer de son t-shirt présentement. pas même son amant. hormis s'il lui promettait ses bras musclés mais ça c'était tout autre chose. « aaaaah ! j'y pense... on ne devrait pas prendre une douche ? .... on l'a pas prise hier ? » ses joues tournèrent au rouge tandis qu'il plongea timidement son regard dans celui de l'autre.

j'ai été lente mais .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Im Chul

avatar

troublemaker.
bitches ain't shit but hoes and tricks.

Messages : 34
Date d'inscription : 03/03/2013
ambition : Devenir un homme parfait pour Cameron

MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   Ven 15 Mar - 23:12

    Il était bien conscient qu’il était le pire des égoïstes. Que son amour pour son aîné le rendait presque infect. Il voulait être le seul et unique aux yeux de Cameron. Il voulait être le seul à lui manquer, le seul à qui il pense, le seul qu’il a envie de voir, le seul de qui il parle. Mais il savait que c’était mal. Il ne voulait pas étouffer son amant. Il ne voulait pas l’empêcher de vivre. Mais au fond de lui il voulait que le fils Choi soit dépendant de lui. Qu’il ne puisse pas se passer de lui. Car il avait en lui ce trop-plein d’amour. Il était fou, digne de lui. Il pourrait tout faire pour l’homme de sa vie, mais vraiment tout. Jamais ô grand jamais il ne pourrait se passer de lui. De son corps tout frêle qui ne demande qu’à être serré dans ses bras musclés, de ses petites mains qui lui procurent milles frissons dès qu’elles le touchent, de ses si magnifiques yeux aussi fins et délicats à faire jalouser n’importe quel asiatique, de ses délicieuses lèvres si tentantes, bref. Son homme appelait à la luxure tellement il était parfait. Et c’était pour cela que le fait de savoir qu’il avait fait l’amour avec un autre homme –et qui sait, peut-être d’autres- le rendait fou. Fou de colère et de jalousie. Car cet acte était leur preuve. Cette preuve de leur amour éternel. Im Chul avait été le premier, et il avait tant voulu être le seul. Encore une fois, cela une preuve de son égoïsme. Mais que voulez-vous. Il l’aime. Et il ne pouvait concevoir qu’un autre ait pu toucher sa peau si douce, ait pu gouter à ses lèvres si addictives, ait pu entendre ses gémissements si sensuels, ait pu tout simplement lui faire l’amour. Non. Il lui appartenait. Et il comptait bien rattraper le temps perdu, et effacer toute trace de ce Shawn sur le corps du fils Choi.

    Alors qu’il était bien blottit dans le lit, l’odeur de leur petit déjeuner lui donnant de plus en plus faim, il sentit le corps dans ses bras bouger. Et il accueillit sa belle au bois dormant d’un doux et chaleureux sourire, avant de l’embrasser avec amour. Il ne dit pas un mot, admirant simplement Cameron. Et il se retint de rire en voyant l’appétit et la gourmandise de celui-ci le tirer vers le plateau repas. Un nouveau baiser fut échangé entre leurs deux jeunes hommes, et il lui caressa les cheveux. « Je savais que ça te ferais plaisir, mon petit bidou sur pattes ! ». Il ne put s’empêcher de rire et lui caressa les fesses avant que son amant ne quitte la pièce avec le plateau. Yah. C’était quoi ça ?! C’était un petit déjeuner au lit, pas tout seul à la cuisine ! « YAH ! CHOI CAMERON ! Ramène ton petit cul que j’aime tant ici ! C’est un p’tit dej romantique au lit, babo !! ». Il se mit assit, adossé à la tête de lit, les bras croisés, boudant faussement. Son désormais mari revint donc avec sa petite moue désolée trop craquante, et finalement, une fois tous deux bien confortablement installés dans leurs lits, ils purent déguster tranquillement leur repas, étant comme lors d’une nuit de noces, tout amoureux. Et Im Chul dévora aussi bien son petit déjeuner que son amant du regard. Il avait l’impression de rêver tellement il se sentait bien, heureux. Ce genre de scènes, il en avait rêvé chaque jour depuis le départ de son aîné. N’être que tous les deux, à profiter de la vie, sans cacher leur amour. Puis, une fois ce repas finit, il s’étira longuement et enlaça d’un bras sa moitié, le regardant caresser son ventre. « Tu sais que c’est un réflexe de femme enceinte, de se caresser ainsi le ventre ? ». Le jeune mécanicien rit avec une grande tendresse et hocha alors la tête aux dires de son homme. « Bien sûr que je vais t’aider mon cœur ! Je dois prendre soin de mon ptit mari ♥ ». Il lui déposa un baiser sur la tempe et le serra contre lui. Puis, le plus vieux des deux proposa une idée qui plut au fils Kim. Il se retint de lui sauter dessus en voyant à la fois sa moue trop craquante et ce qu’il faisait à son tshirt. « Oui, tu as raison chaton, allons-y ! ». Se levant du lit, Im Chul s’étira longuement, faisant un peu craquer son dos. Puis, avec une grande délicatesse, il prit son homme dans ses bras, comme une mariée, et l’emmena ainsi à la salle de bain.

    Une fois dans la pièce, il le reposa au sol et mit un bain en route, ajoutant plein de bain moussant comme Cameron aimant tant. Tendrement, il se mit à déshabiller son mari, lui embrassant chaque parcelle de peau, se faisait ainsi à la fois doux et sensuel. Et une fois le plus âgé entièrement nu, il glissa sans gêne son regard sur le corps parfait du jeune homme, avant de lui voler un baiser. « Aish, t’es juste magnifique ♥. ». Il retira ensuite son propre boer et éteignit l’eau une fois la baignoire remplit. Entrant le premier pour vérifier la température, il s’installa bien, adossé au bord, puis prit la petite main de sa moitié pour le faire venir également dedans. Il le plaça de sorte à être assit entre ses jambes, son dos posé contre son torse. Im Chul l’enlaça donc et ferma les yeux, profitant de l’instant présent. Puis, ne pouvant résister à l’être blottit dans ses bras, il vint lui embrasser le cou et l’épaule, tout en se mettant à parler. « Dis, chaton, tu as des vacances bientôt ? Car bon, le mariage gay, ici en Corée, c’pas trop ça… Je sais qu’il y a les Etats-Unis, le Danemark, le Canada, les pays slaves aussi je crois… On peut en profiter pour y faire notre lune de miel non ? Il faudrait prendre une semaine du coup, ce serait, non ? Il y a un pays qui te tenterait plus que les autres ? ». Attrapant le gel douche, il s’en mit sur les mains et commença à savonner le dos, les épaules et les bras de Cameron, chantonnant même un peu. Puis, il fit glisser ses mains sur le torse de son amoureux, le savonnant tout en le taquinant un peu en jouant de ses fins doigts sur ses petits tétons. « Tu ne trouves pas que ça sonne bien, Kim TaeHyun Cameron ? ♥ ». Il sourit, fier de sa réflexion, et rinça délicatement son amant, comme une mère le ferait avec son enfant. Puis, il lui tourna doucement le visage de son amoureux pour venir l’embrasser avec une douceur folle, montrant tout son amour pur et sincère au travers de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Naekkeo haja, naega neol saranghae ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
black diamonds :: ✖ fly to seoul :: ∞ myeongdong :: résidences :: appartement de choi cameron.-